Aller au contenu principal

Des engrais de ferme précieux

La maîtrise du coût de production des fourrages est au cœur des préoccupations des éleveurs. Utilisés à bon escient, les engrais de ferme, fumiers et lisiers, sont très bien valorisés par le maïs fourrage. 

Une bonne valorisation des engrais de ferme permet une économie importante sur le poste achat d’engrais. 
Une bonne valorisation des engrais de ferme permet une économie importante sur le poste achat d’engrais. 
© R. Légère

Qu’il s’agisse de fumiers ou de lisiers, les «engrais de ferme» permettent une économie importante sur le poste achat d’engrais. Si les conditions de portance des sols sont favorables, il est déjà temps de réaliser l’épandage des fumiers. Les lisiers et fumiers de volailles peuvent attendre, au plus près du semis, et devront impérativement être enfouis sitôt l’épandage. 

 

Valorisation de l’azote, type de produit et des pratiques 

Dans les fumiers, l’azote est majoritairement présent sous forme organique et une partie seulement (de l’ordre de 30 % pour un fumier de bovins) sera disponible pour la culture de maïs qui suivra l’épandage. L’azote sous forme organique nécessite une phase de transformation avant d’être assimilé, sous forme nitrate, par les racines du maïs. Le temps nécessaire à ce processus est fonction de la composition du fumier (rapport C/N). C’est pour cette raison qu’on conseille d’épandre les fumiers 1,5 à 2 mois avant le semis, voire même avant quand il s’agit d’un fumier frais et pailleux (C/N élevé). Un épandage trop tardif risque d’induire des effets dépressifs sur la culture, liés à l’organisation de l’azote qui ne sera pas terminée au stade 8-10 feuilles, début de l’absorption importante de l’azote par le maïs. Si les sols ne sont pas suffisamment ressuyés avant cette date, il est toujours préférable d’attendre, au risque de provoquer des tassements très préjudiciables à l’enracinement de la culture. 

Dans les lisiers et les fumiers de volailles, l’azote est majoritairement présent sous forme ammoniacale. Cette forme est rapidement disponible pour la culture, mais est aussi très sensible à la volatilisation dans l’atmosphère. Ainsi en conditions de sol sec, de temps venté et ensoleillé, les pertes peuvent aller jusqu’à 50 %. Un enfouissement rapide, si possible dans les 2-3 heures après épandage, permet de limiter les pertes et de réaliser des économies d’engrais substantielles. Pour une efficacité optimale, ces produits doivent être épandus au plus proche du semis. Un lisier apporté au stade 6-8 feuilles, incorporé par un binage ou injecté dans l’inter rang, sera également très bien valorisé. 

 

Phosphore et potassium : même efficacité que l’engrais minéral 

Par rapport au phosphore minéral, l’efficacité du phosphore d’un engrais de ferme est comprise entre 70 et 95 % l’année de l’apport, selon les produits. Après un an de présence dans le sol, le phosphore a le même effet sur l’enrichissement du sol que les engrais phosphatés solubles dans l’eau. Le potassium contenu dans les engrais de ferme a exactement la même efficacité que celui contenu dans les engrais minéraux. 

 

Économies de soufre et d’amendements basiques 

Tous les engrais de ferme contiennent aussi des oligoéléments, tel que le soufre, nécessaire dans les rotations avec céréales, colza ou prairies, et des bases calciques qui contribuent à limiter l’acidification naturelle des sols. Ainsi, les épandages d’effluents d’élevage permettent de réduire significativement les apports d’amendements basiques. Sur les parcelles recevant régulièrement des fumiers ou des lisiers, un apport de 100 à 150 kg CaO/ha/an
suffit pour compenser l’acidification naturelle, au lieu de 200 à 300 kg CaO/ha/an habituellement nécessaires. Un suivi régulier du pH eau est conseillé, au moins tous les cinq ans. 

 

Points clés pour une valorisation maximale des engrais de ferme 

• Épandre les fumiers de bovins 1,5 à 2 mois avant les semis de maïs
• Incorporer les lisiers et fumiers de volailles dans les 2-3 heures qui suivent l’épandage 
• Faire analyser régulièrement ses fumiers et lisiers pour ajuster les quantités apportées 
• Tenir compte de tous les éléments apportés (NPK et soufre, magnésium, oligo-éléments, bases calciques) dans la stratégie de fertilisation et de chaulage de la rotation.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Un nouveau magasin de produits locaux à Corbie
Vincent Dufrenoy ouvrait une nouvelle boucherie et magasin de produits locaux à Corbie ce 1er avril. On y a fait un tour !
170 exploitations agricoles couvrant environ 30 000 hectares ont obtenu le label d’agriculture de conservation «Au cœur des sols».
Déjà 30 000 hectares labellisés «Au cœur des sols»
Les agriculteurs de l’Apad fêtent la première année d’existence de leur label d’agriculture de conservation des sols «Au cœur des…
Les détenteurs du Certiphyto pourront vacciner contre la Covid-19
La liste des personnes autorisées à administrer des vaccins contre la Covid-19 s'allonge puisque les détenteurs du Certiphyto…
Secure Colza : des leviers techniques pour redynamiser la culture
Donner des clés aux agriculteurs pour leur permettre de maintenir leurs surfaces de colza : c’est tout l’objectif de Secure colza…
Produire de la Pompadour, ce n’est que de l’amour
La variété Pompadour sait se faire désirer et c’est ce qui rend sa culture intéressante aux yeux des six producteurs picards…
«Des gelées historiques» dans les vergers de la Somme
Le gel, qui a frappé de plein fouet bon nombre de cultures en France en ce début de semaine, n’a pas épargné les vergers de la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde