Aller au contenu principal

Des experts en qualité et sécurité des aliments formés à Corbie (80)

La sécurité des aliments est un enjeu de santé publique. Pour la garantir dans les entreprises, le lycée Sainte-Colette de Corbie (80) a mis en place une licence professionnelle QSA (qualité et sécurité des aliments), avec un certain succès. Témoignage d’une des apprentis. 

Clémentine Gentilhomme, sous le regard bienveillant de son maître d’apprentissage, Estelle Capron. Elle a intégré le service QSHE de l’entreprise spécialisée dans la fabrication de contenants en plastiques pour l’industrie agroalimentaire en juin 2021. 
Clémentine Gentilhomme, sous le regard bienveillant de son maître d’apprentissage, Estelle Capron. Elle a intégré le service QSHE de l’entreprise spécialisée dans la fabrication de contenants en plastiques pour l’industrie agroalimentaire en juin 2021. 
© A. P.

Chez FSP (Ferembal section plastique), à Roye (80), on ne rigole pas avec la qualité et la sécurité de ses produits. L’entreprise du groupe Coexpan (division du groupe espagnol Lantero spécialisée dans la fabrication de films plastique rigides et de produits thermoformés), fabrique entre autres les feuilles thermoformées que l’on retrouve dans le pot de compote plastique. 

Parmi les soixante-cinq salariés, deux nouvelles petites mains s’affairent au laboratoire du service QSHE (Qualité, Hygiène, Sécurité, Environnement) depuis l’été dernier : celles de Clémentine Gentilhomme. Elle est embauchée en apprentissage, dans le cadre de la licence professionnelle QSA (qualité et sécurité des aliments) qu’elle suit au lycée Sainte-Colette de Corbie, un établissement du Cneap. «Après un BTS Anabiotech, c’était la licence qui correspondait le plus à mes attentes. L’alternance était mon souhait, car je voulais du concret. Ça apporte une vraie expérience, et trouver un emploi ensuite est plus facile», confie-t-elle. Les qualités requises ?
«Il faut être motivé, précis, et ne pas avoir peur de travailler.»

 

Grosse demande

Trouver un employeur n’a pas été un problème. «Ça s’est fait par le bouche-à-oreille.» «C’est la première fois que nous embauchons un apprenti dans notre service QHSE. Le profil de Clémentine nous a séduit. Et les aides à l’apprentissage ont motivé ce choix», ajoute Estelle Capron, maître d’apprentissage. En réalité, l’offre d’emploi dans le secteur est même très importante. «Nous avons une liste d’entreprises qui cherchent à recruter, assure Émilie Estot, responsable de la licence. Les apprentis sont aussi nombreux à vouloir se former.» La deuxième promotion de cette toute nouvelle licence compte déjà dix-huit apprenants, en contrat dans des entreprises de l’agroalimentaire très diverses, de la microbrasserie à Bigard, Florette ou encore Lact’innov. «Nous avons un objectif de vingt à vingt-cinq apprentis.» La condition d’accès est d’être titulaire d’un bac+2 dans le domaine scientifique. 

Le rythme de trois semaines en entreprise et d’une semaine à l’école, soit quinze semaines de cours à l’année, convient parfaitement à Clémentine. «C’est cohérent. Je retrouve beaucoup de ce que j’aborde en entreprise dans les cours.» «Les aspects législatifs et réglementaires sont une grosse partie de l’enseignement», note Émilie Estot. Mise en place des actions préventives, du plan d’hygiène, de la démarche HACCP, appréhender les procédés de fabrication pour les principaux secteurs de production alimentaires, communiquer, manager, former, font partie des compétences transmises. 

 

Un rôle clé

Plus qu’un renfort des équipes, l’apprenti de la licence QSA a un rôle clé dans son entreprise, notamment à travers son projet tuteuré. «C’est la grosse partie de l’examen.» Chacun doit trouver une problématique à laquelle il doit apporter une réponse qui permettra une avancée pour sa société. Celle de Clémentine est très technique. «Elle répond à une demande d’un client, qui souhaite une étude de corrélation entre l’épaisseur de la couche EVOH (un polymère largement utilisé dans la fabrication d’emballage, couche barrière pour la protection de l’aliment, ndlr) et le déclenchement de l’alarme machine», explique Estelle Capron. «Je dois pouvoir certifier que le seuil d’alarme de nos machines, qui garantit cette présence d’EVOH, est cohérent avec les fiches de spécifications du client», précise Clémentine. Elle devra apporter sa réponse en juin, date de l’examen. Elle souhaite ensuite poursuivre dans cette voie avec un master QSE (Qualité et sécurité des aliments).

 

Plus d’informations sur lyceesaintecolette.cneap.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Pour Frédéric Thomas, «le couvert est presque la culture la plus difficile à réussir».
Devenir un carbon farmer grâce à la couverture permanente des sols
Comment injecter plus de carbone dans les sols et d’azote pour la culture ? En intensifiant la photosynthèse, et donc, en misant…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde