Aller au contenu principal

Des faits, un bilan et une stratégie future tournée vers la diversification

La dernière assemblée de section Noriap s’est déroulée jeudi dernier. Les résultats de la campagne précédente ont été abordés, ainsi que les stratégies du groupe Noriap à venir.

© AAP


Il est parfois bon de regarder en arrière. «Rappelez-vous, en 2015, 35 000 tonnes de céréales étaient stockées à l’extérieur. On enregistrait une augmentation des volumes collectés de plus de 13 % par rapport à la campagne précédente», rappelle Eric Fauconnet, directeur administratif et financier du groupe Noriap, lors de l’assemblée de section de la région Sud, à Ailly-sur-Noye.
Organisées dans chacune des six régions de la coopérative, ces as­semblées de section sont l’occasion pour Noriap de présenter le résultat financier de la campagne précédente, d’exposer la stratégie du groupe et d’échanger avec ses adhérents. «Mais avant cela, revenons sur les faits marquants de cette année comptable 2015-2016», poursuit Eric Fauconnet.

Les faits marquants de 2015-2016
Nul doute, le premier fait marquant pour la coopérative restera la ré­colte exceptionnelle des céréales. «Avec une moyenne en blé de 100 qx/ha, les volumes réceptionnés ont battu le record de 1996», commente-t-il. La qualité des grains était globalement bonne, avec un taux moyen en protéines de 11,1 %, se rapprochant vivement de l’objectif des 11,5 %. Puis, il y a la poursuite du programme de modernisation des sites, baptisé le projet «Epsilon 2010-2025». Pour rappel, ce projet d’investissement dédie 70 millions d’euros à la création, la modernisation et la restructuration des sites de collecte de Noriap.
Ainsi, pour sa 5e campagne d’exécution, «le site de Gannes a vu sa capacité de stockage en céréales et en oléoprotéagineux augmenter de 23 000 tonnes. L’investissement réalisé s’élève à 5,5 millions d’euros mais, au total, sur l’année, ce sont 12 millions d’euros qui ont été investis dans la manutention des sites de collecte», dit le directeur administratif et financier. De plus, au cours de cet exercice comptable, le groupe Noriap a fait le choix d’élargir son champ d’investigation dans les filières agricoles locales en s’orientant vers la filière œuf. Noriap a ainsi contribué au capital du groupe œufs Nord Eu­rope pour le rachat de Cocorette. «Le 1er juillet 2015, autre fait marquant, la coopérative Noriap et la coopérative agricole la Flandre signent un partenariat. Elles forment dorénavant l’Union Flandre Picardie (UFP), précise Eric Fauconnet. Celui-ci nous permet de mutualiser les fonctions supports, les moyens logistiques et de renforcer notre présence auprès de l’UTDF.» Côté distribution, troisième grand métier du groupe Noriap, l’année a été marquée par la fusion entre la Sicap et l’entreprise Delbard.

2,5 M€ de résultat
Au 30 juin 2016, date de clôture de l’exercice comptable, la coopérative dégage alors un résultat de 2,554 millions d’euros contre 3,955 l’année dernière. Et en y ajoutant l’ensemble de ses filiales, le Groupe Noriap affiche un résultat de 2,968 millions d’euros. Face à ces résultats, «afin d’anticiper sur le résultat économique de la campagne 2016-2017, le conseil d’administration a décidé de réaliser une provision pour risque de campagne de 1,9 million d’euros», déclare Martin Migonney, directeur général de Noriap.
La réduction des tonnages collectés, cette année, de 36 % comparativement à la collecte 2015, et les faibles niveaux de poids spécifiques atteints annoncent une an­née compliquée. «Nous avons donc également fait le choix de bloquer la mise à jour du capital social, de mettre en place un plan économique au sein du Groupe Noriap, mais aussi de diviser par deux le budget investissement pour cette an­née», explique Jean-François Gaffet, président de la coopérative.
Pour Novial, filiale du groupe orientée dans la fabrication et la commercialisation d’aliments du bétail, l’année écoulée a été également compliquée. «Le tonnage vendu a reculé de 8 %. La crise de l’élevage est bien réelle et se fait ressentir», explique Martin Migonney. La direction a donc fait le choix de fermer l’usine de fabrication d’aliments du bétail, à Albert, le 1er décembre 2016.

Nouvelle station d’expérimentation
Côté expérimentation, «nous avons besoin de quelque chose de plus concret qui s’inscrit dans la durée», explique le directeur général de Noriap. La coopérative met en place une nouvelle station d’expérimentation avec un parcellaire élargi et intégré aux réseaux locaux et nationaux de prospective. Des partenariats de longue durée, soit de dix ou quinze ans, vont être signés.

Se lancer dans le machinisme
En parallèle, le groupe Noriap continue à se diversifier, notamment sur les données agricoles, les outils d’aide à la décision et le machinisme. «Un lien doit être fait entre ces trois termes. Et, pour cela, la coopération est l’outil idéal pour se lancer, déclare le directeur général. La coopérative a un rôle à jouer dans les données d’exploitation que les constructeurs souhaitent utiliser.» Noriap vient donc de créer la société Somat, avec la vente de matériel agricole.
A ce jour, la coopérative Noriap dispose d’une carte pour la commercialisation de matériel agricole dans les départements de la Somme et de l’Aisne. Elle annonce, après avoir lâché l’affaire il y a quelque temps, avoir déposé de nouveau une offre pour la reprise de l’entreprise SAS Mansard, suite à son dépôt de bilan. Le tribunal de commerce rendra son jugement le 6 décembre prochain… Affaire à suivre !


Groupe Noriap en chiffres

556 M€ CA

5 000 agriculteurs partenaires
819 équivalents temps plein
1 413 500 tonnes de céréales collectées en 2015


Coopérative en chiffres

1er collecteur de la Somme

371 M€ CA
3 500 adhérents
170 000 ha de céréales collectés
150 sites de collecte
331 équivalents temps plein
1 324 500 tonnes de céréales collectées en 2015

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
L’aménagement de bâtiments d’élevage peut faire l’objet d’un accompagnement financier.
Un projet d’investissement sur votre exploitation ? Le point sur les aides
L’appel à projets du Plan de compétitivité et d’adaptation des Exploitations agricoles (PCAE) est ouvert depuis le 15 février.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde