Aller au contenu principal

Recherche
Des faucheurs volontaires détruisent plusieurs tonnes de semences de tournesol

Ce n’est pas la première fois que l’entreprise RAGT, basée dans l’Aveyron est la cible de militants anti-OGM. Les réactions d’indignation se multiplient.

© Pixabay

Pas moins de 80 faucheurs volontaires se sont introduits dans les locaux de l'entreprise RAGT de Calmont (Aveyron) le 10 novembre. Ils ont détruit plusieurs tonnes de semences de tournesol Vollcano Clearfield qu’ils considèrent « illégales ».

Brandissant des drapeaux des "faucheurs volontaires" et portant une pancarte indiquant « inspection citoyenne en cours », ils ont mélangé ces graines de tournesol avec du maïs afin de les rendre inutilisables.

Ces graines de tournesol ont été obtenues par New breeding techniques (NBT), technique qui a valu à la Française, Emmanuelle Charpentier, le prix Nobel de chimie en octobre 2020. Les NBT permettent de modifier le génome des plantes sans insertion de gêne étranger (transgénèse). Mais ils sont considérés comme des organismes génétiquement modifiés par les anti-OGM.

Cette action intervient deux jours après la décision du Conseil qui, le 8 novembre, a sursis à statuer sur le dossier de la mutagénèse en raison d'une différenciation entre mutagénèse aléatoire in vitro et mutagénèse aléatoire in vivo non conforme au droit européen. Dans sa décision, le Conseil d’Etat renvoie le sujet devant la Cour de Justice Européenne en utilisant une procédure accélérée. Ces mêmes faucheurs volontaires avaient détruit une parcelle de tournesol en août dernier dans la commune d’Ambeyrac (Aveyron). 

La FNSEA réclame justice

« C'est inacceptable dans un État de droit. C'est inacceptable dans une démocratie qui permet à chacun de s'exprimer. C'est inacceptable pour quiconque fait le choix d'une société apaisée, bâtie sur le respect des biens et des personnes et attachée au respect des valeurs républicaines qui fondent le vivre-ensemble », a vivement réagi le 12 novembre la FNSEA.

En appelant « l'Etat et la Justice à réagir vigoureusement à cette multiplication d'actions violentes et illégales », le syndicat agricole majoritaire dénonce également « les messages de ces marchands de peur » qui détruisent le travail de toute une filière. Fustigeant « les fakes news et les mensonges » utilisés par ces personnes « pour créer un climat de suspicion et d'opposition chez les citoyens », la FNSEA demande que le Gouvernement et le Parlement s’engagent dans « une réflexion de fond urgente pour lutter, par des voies législatives et juridiques, contre ce type de propagande insidieuse et dangereuse ». 

Parmi les autres réactions, celle de l’ancien président des JA et député européen Jérémy Decerle qui a fait part de son indignation, le 12 novembre sur Twitter : « Après les bassines, les semences… », regrette-t-il, constatant des « actes irrespectueux » qui « affaiblissent l’agriculture en crachant sur les pratiques actuelles, en saccageant la recherche, et refusant l’innovation et le progrès agroécologiques ».

Un autre élu agriculteur, le député LREM de la Creuse, Jean-Baptiste Moreau a réagi le 11 novembre en apportant son soutien à l’entreprise RAGT : « Mais où se croient ces gens et pour qui se prennent-ils ? », a-t-il écrit sur Twitter, en référence aux auteurs des dégradations qu’il qualifie de « guignols » et de « voyous ». « Cela en dit long sur leur conception de la democratie : tout ce qui est contraire à notre dogme doit être détruit (…) Les pouvoirs publics contrôlent ce qu'il y a à contrôler », a-t-il assuré.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Bien que son industriel laitier, Danone, pousse à plus de production, le jeune Thomas Buquet a joué la prudence  et l’exploitation ne devrait pas produire plus. Au contraire, l’objectif est de descendre entre 70 et 75 vaches.
Un robot pour conforter la gestion du travail
À 26 ans, tout juste installé depuis un peu plus d’une année en Gaec avec son frère Nicolas à Blargies, dans le Nord-Ouest de l’…
Atelier de multiplication porcin cherche son nouvel éleveur
Depuis trente-trois ans, Agnès Boone-Duacheux exerce avec passion son métier d’éleveuse porcin spécialisée en multiplication,…
Cristal Union
Cristal Union paiera « plus de 40 euros par tonne » les betteraves récoltées en 2022
Sans attendre la fin de la période d’arrachages des betteraves, le groupe coopératif Cristal Union a fini lui aussi par annoncer…
Quand il imagine un parcours d’obstacles, Arnaud Bazin pense toujours au cheval avant tout.
Arnaud Bazin, metteur en scène des concours de saut d’obstacles
Dans un concours hippique, c’est lui qui amène le décor. Il fait en sorte que les acteurs, couples cheval-cavalier, puissent y…
Bertrand Achte, Maxence Turbant, Erwin Pardon et Leslie Camus.
Pas d'accord avec McCain sur les prix pour la campagne 2024
C'est historique : pour la seconde fois depuis sa création en 1997, le Gappi et McCain n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur…
À Thiers-sur-Thève (60), Colette Ringeval et Corentin Bleyaeart ont trouvé le lieu propice au développement de leurs activités très diversifiées : maraîchage bio, poules pondeuses bio, production de miel,  pension de chevaux et vente à la ferme.
Ils partent de zéro pour monter une ferme à leur image
Colette Ringeval et Corentin Bleyaeart, fille et fils d’agriculteurs de la Somme, ont choisi de s’installer hors cadre familial…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde