Aller au contenu principal

Des foyers de grippe aviaire découverts en Belgique

Plusieurs foyers d’influenza aviaire hautement pathogène (H5N8) et faiblement pathogène (H5) ont été détectés, en Belgique, dans des élevages de volailles, ont indiqué les autorités sanitaires belges le 7 janvier.

Volailles
Aucun assouplissement des mesures mises en place ne sera envisagé tant que la menace de contamination par les oiseaux sauvages reste élevée. Cette situation pourrait perdurer jusqu'au printemps 2021.
© Pixabay

Après avoir durement touché le sud-ouest de la France, la grippe aviaire n’épargne pas non plus des zones plus au nord, avec la découverte de plusieurs foyers en Belgique depuis le 26, dans des élevages de volailles.

« Depuis le 26 novembre 2020, la présence du virus hautement pathogène H5 de la grippe aviaire a été constatée dans deux élevages de volailles en Belgique : d’une part dans un élevage professionnel sur la commune de Menin et d’autre part chez un détenteur particulier situé sur la commune de Dinant. En plus de ces deux contaminations, une contamination par un autre virus H5 de l'influenza aviaire - faiblement pathogène - a également été détectée dans un élevage professionnel de volailles à Dixmude, en Flandre occidentale », a ainsi précisé ce jeudi 7 janvier l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca), dans un communiqué. Dans chacune de ces situations, les volailles ont été euthanasiées.

« Les contaminations ayant entre-temps été éliminées et la situation maitrisée, l'AFSCA a levé les différentes zones de restriction délimitées autour de ces exploitations », poursuit l’agence.  

Un confinement toujours d'actualité

Néanmoins, « malgré cette évolution positive dans les exploitations contaminées et la levée des zones de restriction, le virus de la grippe aviaire est toujours présent » sur le territoire belge, note l’AFSCA. Parallèlement, 20 cas de grippe aviaire hautement pathogène ont été découverts chez des oiseaux sauvages outre-Quiévrain, dont certains près de la frontière française.

Le confinement des volailles et oiseaux captifs reste donc d’actualité. Cela vaut également pour les particuliers qui ne possèdent que quelques poules. Aucun assouplissement des mesures mises en place ne sera envisagé tant que la menace de contamination par les oiseaux sauvages reste élevée. Cette situation pourrait perdurer jusqu'au printemps 2021.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde