Aller au contenu principal

Des foyers de grippe aviaire découverts en Belgique

Plusieurs foyers d’influenza aviaire hautement pathogène (H5N8) et faiblement pathogène (H5) ont été détectés, en Belgique, dans des élevages de volailles, ont indiqué les autorités sanitaires belges le 7 janvier.

Volailles
Aucun assouplissement des mesures mises en place ne sera envisagé tant que la menace de contamination par les oiseaux sauvages reste élevée. Cette situation pourrait perdurer jusqu'au printemps 2021.
© Pixabay

Après avoir durement touché le sud-ouest de la France, la grippe aviaire n’épargne pas non plus des zones plus au nord, avec la découverte de plusieurs foyers en Belgique depuis le 26, dans des élevages de volailles.

« Depuis le 26 novembre 2020, la présence du virus hautement pathogène H5 de la grippe aviaire a été constatée dans deux élevages de volailles en Belgique : d’une part dans un élevage professionnel sur la commune de Menin et d’autre part chez un détenteur particulier situé sur la commune de Dinant. En plus de ces deux contaminations, une contamination par un autre virus H5 de l'influenza aviaire - faiblement pathogène - a également été détectée dans un élevage professionnel de volailles à Dixmude, en Flandre occidentale », a ainsi précisé ce jeudi 7 janvier l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca), dans un communiqué. Dans chacune de ces situations, les volailles ont été euthanasiées.

« Les contaminations ayant entre-temps été éliminées et la situation maitrisée, l'AFSCA a levé les différentes zones de restriction délimitées autour de ces exploitations », poursuit l’agence.  

Un confinement toujours d'actualité

Néanmoins, « malgré cette évolution positive dans les exploitations contaminées et la levée des zones de restriction, le virus de la grippe aviaire est toujours présent » sur le territoire belge, note l’AFSCA. Parallèlement, 20 cas de grippe aviaire hautement pathogène ont été découverts chez des oiseaux sauvages outre-Quiévrain, dont certains près de la frontière française.

Le confinement des volailles et oiseaux captifs reste donc d’actualité. Cela vaut également pour les particuliers qui ne possèdent que quelques poules. Aucun assouplissement des mesures mises en place ne sera envisagé tant que la menace de contamination par les oiseaux sauvages reste élevée. Cette situation pourrait perdurer jusqu'au printemps 2021.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’augmentation de prix en vue pour les betteraves qui seront récoltées en 2023, mais des engagements techniques…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde