Aller au contenu principal

Des JA inventifs et généreux face au Covid-19

Les Jeunes agriculteurs continuent de s'impliquer dans la crise du Covid-19 en fournissant du matériel bien utile aux soignants et professions particulièrement exposées. L'exemple dans le canton d'Hornoy-Oisemont.

Alexandre Lesot devant l'imprimante 3D qui lui sert à fabriquer des visières de protection.
Alexandre Lesot devant l'imprimante 3D qui lui sert à fabriquer des visières de protection.
© D. R.

Pendant le confinement, les agriculteurs ne font pas que continuer à produire l'alimentation des Français pour demain et les jours d'après. Certains usent de leur matériel et de leur créativité pour venir en aide aux soignants en fournissant des masques, des blouses, ou des visières de protection. À l'ouest d'Amiens, le vice-président des Jeunes Agriculteurs du canton d'Hornoy-Oisemont, Alexandre Lesot fabrique depuis plusieurs jours ces fameuses visières qui s'ajoutent à l'équipement de base contre la contamination par le Covid-19. Ses outils ? Des bobines de film plastique et des baguettes de reliure également en plastique et une imprimante 3D.

Des bénéficiaires multiples
«Au départ, j'ai fait quelques masques après avoir vu que d'autres le faisaient aussi, pour des proches, témoigne Alexandre. Puis vu la demande, j'ai continué à en faire à plus grande échelle en modifiant un peu le modèle que j'avais trouvé sur Internet ; j'en ai ensuite parlé au bureau des JA de mon canton qui ont proposé d'acheter la matière première pour ensuite les offrir».
Parmi les bénéficiaires de ces dons,les Ehpad d'Hornoy-le-Bourg et Oisemont, des commerces de première nécessité, des artisans, les services après-vente agricoles ou encore agriculteurs effectuant de la vente directe. Maintenant qu'Alexandre maîtrise la fabrication, il estime pouvoir fabriquer trois visières toutes les deux heures. Salarié dans le secteur des transports la journée, le jeune homme donne un coup de main sur la ferme familiale, le soir en rentrant, et fabrique des masques. «L'imprimante 3D, c'est quelque chose que j'ai acheté pour m'amuser parce que j'aime bien les nouvelles technologies, la modélisation... Aujourd'hui, je me rends compte que c'est vraiment utile et que j'ai le sentiment d'être utile à quelque chose».
Au sein du même canton, les Jeunes agriculteurs avaient organisé un peu plus tôt une collecte de bidons de gel hydroalcoolique offerts par Tereos à ses coopérateurs ; une matière bien précieuse par les temps qui courent et qui a été redistribuée à des établissements de santé.

Des visières fabriquées dans les lycées de la région

Bien que les établissements scolaires de la région soient fermés depuis plusieurs semaines en raison du coronavirus, certains continuent d'accueillir des activités pour la bonne cause. C'est notamment le cas des Espaces d'innovation partagés (EIP), une sorte de «Fab Lab» financés par la Région. Implantés dans plusieurs lycées des Hauts-de-France, - on en compte une cinquantaine parmi lesquels le Lycée hôtelier du Touquet (62), les lycées Pierre Mendès-France à Péronne (80) et Valentine Labbé à la Madeleine (59) ou encore au Lycée Delambre à Amiens (80) -, «la plupart ont répondu présent et ont mobilisé leurs outils d'innovation pour se rendre utiles dans la lutte contre la propagation du virus, en fabriquant visières, blouses...», s'est félicitée la Région Hauts-de-France, il y a quelques jours. Et d'ajouter que ces EIP «disposent des équipements nécessaires à la réalisation collaborative de projets innovants, du prototypage à la production». Au Lycée Paul Langevin de Beauvais (60) plus de 1 500 visières ont été conçues, fabriquées et distribuées aux EHPAD et établissements de soin, grâce  à des imprimantes 3D.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les 54 saisonniers retenus ont participé à une journée d’essais sous l’œil attentif de Fabien Deguehegny, un des associés de la SCEA Biosources.  Premiers «vrais» désherbages prévus mi-mai. 
Recruter 52 saisonniers locaux pour le désherbage : pari gagné
La SCEA Biosources, à Méharicourt, a converti 163 ha en bio, dont 80 ha de légumes. Un des enjeux était de recruter une…
Aujourd’hui, il n’est pas possible de planter les pommes de terre en direct dans la pré-butte. Un travail sur le couvert est encore à mener pour y parvenir. 
Le pré-buttage d’été pour limiter l’érosion : rêve ou réalité ?
Jean-Paul Dallene, installé à Oppy (62), pratique le pré-buttage d’été pour ses pommes de terre depuis trois ans. Même si la…
Douze-mille personnes avaient participé à l’édition 2019 d’Ailly-le-Haut-Clocher.
Plaine en fête 2021 ? Oui !
Covid ou pas, les Jeunes agriculteurs de la Somme ont décidé d’organiser Plaine en fête cette année. L’édition devra certainement…
Pulvé
Dans le Nord, une commune de Flandre fait de l'anti-agribashing
Dans une publication sur le réseau social Facebook, une élue de la commune d'Hondeghem, dans les flandres, tente d'expliquer à…
450 hectares de betteraves à ressemer dans la Somme
Au 20 avril, la CGB estime autour de 4 500 hectares la surface de betteraves sucrières endommagées par l’épisode de gel dans les…
Hugues d’Hautefeuille a testé plusieurs itinéraires culturaux dans ses micro-parcelles, à Monsures. 
Une filière orties émerge en Hauts-de-France
L’ortie est une plante qui pousse partout où on ne la souhaite pas. Pourquoi ne pas la cultiver pour en tirer des bénéfices ? C’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde