Aller au contenu principal

Des magasins en circuits courts estampillés Bienvenue à la ferme

Après les expériences fructueuses de trois magasins pilotes, les chambres d’agriculture veulent déployer la marque Bienvenue à la ferme en franchise de magasins.

Le magasin Saveurs de Normandie à Ménilles (Eure) est passé sous enseigne Bienvenue à la Ferme en 2019. 
Le magasin Saveurs de Normandie à Ménilles (Eure) est passé sous enseigne Bienvenue à la Ferme en 2019. 
© Saveurs de Normandie

Les circuits courts ont connu un vrai effet de mode pendant le premier confinement. «Et cette mouvance continue, affirme Sébastien Windsor, président des Chambres d’agriculture (APCA). Cependant, il n’est pas évident d’aller chercher du fromage d’un côté, puis des fruits d’un autre, et ainsi de suite. Il fallait trouver une solution pour remédier à cette problématique.» Ainsi, l’APCA annonçait, le 12 octobre, le lancement du réseau de magasins sous l’enseigne Bienvenue à la ferme, une marque jusque-là positionnée sur la labellisation de magasins de vente à la ferme ou de producteurs, de marchés de producteurs ou encore de drives fermiers. 

Le projet est porté par la société Fermes and Co, détenue par l’APCA (34,8 %), Normandie Seine Participation (19,94 %), Crédit agricole Bretagne Participations (12,89 %), Banque Populaire Grand Ouest (11,5 %), Banque Populaire Val de France (11,5 %) et la fondation Avril (9,3 %). Son concept : «Pouvoir rendre accessibles les produits fermiers aux consommateurs avec une offre globale, explique Jean-Marie Lenfant, président délégué Bienvenue à la ferme et président de Fermes and Co. On doit pouvoir y venir faire ses courses alimentaires de A à Z.» Et pour les producteurs : «Apporter des débouchés durables en s’appuyant sur la marque connue et reconnue Bienvenue à la ferme.»

 

Favoriser le local

Concrètement, le cahier des charges de ces nouveaux magasins «franchisés» s’articule autour de quatre axes : une offre variée et complète, sous un seul toit, qui favorise les circuits courts (un seuil de 80 % au minimum a été évoqué), le respect de la saisonnalité des produits, la préférence pour la proximité et au moins la moitié de produits de producteurs du réseau Bienvenue à la ferme. Une condition est également requise pour les producteurs qui voudraient voir leurs produits y être commercialisés : ouvrir les portes de leurs fermes au public deux fois par an.

Les gérants de magasin pourront être des agriculteurs, mais pas seulement. «Cela peut être des commerçants, des entrepreneurs du territoire, des personnes en reconversion professionnelle», décrypte Patricia Sijilmassi, directrice générale de Fermes and Co.
Le droit d’entrée est fixé à 20 000 € HT pour une création de magasins, et à 10 000 € pour les commerçants évoluant déjà sur le marché des produits vendus en circuit court. À cela s’ajoute une redevance d’exploitation indexée sur le chiffre d’affaires à hauteur de 2,6 %. «Côté chiffre d’affaires annuel, un magasin est en mesure de réaliser entre 3 500 et 9 000 € par m2. Nous estimons qu’il y a facilement le potentiel entre 300 et 400 magasins en France», souligne Patricia Sijilmassi. 

 

Cent magasins d’ici cinq ans

Trois magasins pilotes, Saveurs de Normandie (Ménilles, Eure), Le Champ des saveurs (Craon, Mayenne) et La ferme de sous la ville (Lantic, Côtes d’Armor) sont déjà opérationnels. «Un quatrième point de vente devrait ouvrir ses portes en janvier à Argentan (Orne) et une dizaine de projets sont dans les tuyaux, et déjà bien avancés», se félicite la spécialiste du commerce en réseau. «Notre objectif est d’ouvrir une centaine de magasins dans les cinq prochaines années», ambitionne-t-elle.

«Grâce au développement des circuits courts, nous ramenons de la valeur au producteur, du sens à nos métiers et nous recréons du lien avec le consommateur», acquiesce Sébastien Windsor, président de l’APCA, que ce projet «rend très fier».

 

Fermes and Co en chiffres

3 magasins ouverts (un quatrième en janvier 2022)
10 magasins en projet (cent d’ici cinq ans)
4 profils de propriétaires : producteurs, commerçants, professionnels du commerce en réseau, salariés en reconversion
120 à 350 m2 de surface moyenne
3 500 à 9 000 €/m2  de chiffre d’affaires 
80 % de produits en circuits courts, et 50 % de producteurs du réseau : c’est ce qu’impose le cahier des charges
+ 20 % de rémunération pour les agriculteurs estimés
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Lors de la campagne 2021-2022, 1,8 million de tonnes de betteraves ont été transformées par l'usine Sainte-Émilie durant une campagne de 115 jours.
Cristal Union revient sur son prix de 30 € pour 2022-2023
Contrairement à ce que le groupe coopératif avait annoncé en décembre dernier, le prix de la tonne de la prochaine campagne ne…
Pulpes
Tereos met les pieds dans le plat de pulpes avant le début de campagne
Les adhérents de la coopérative Tereos ont reçu il y a quelques jours (11 avril) une note dans laquelle le groupe détaille les…
Drive Lact'Union
Les Abbevillois peuvent acheter du lait « vraiment d’ici »
Sur son site d’Abbeville, le groupe coopératif Lact’Union a ouvert le 27 avril un drive au grand public pour lui permettre d’…
Aurélie Thaureau et Nicolas Portois (FDC 80) entourant Jean-Philippe Hermant, l’un des utilisateurs réguliers de la barre d’effarouchement en dépôt dans le canton d’Ailly-sur-Noye.
Faire place nette de gibier avant la fauche
Les cinq fédérations des chasseurs des Hauts-de-France ont investi l’an dernier dans l’achat de barres d’effarouchement qu’elles…
Première étape pour les candidats, sous l’œil attentif du responsable de production de Picvert, Christophe Ringard (à g.) : différencier un chénopode d’une pousse de mâche.
Les indispensables petites mains des champs se raréfient
Chaque printemps, le casse-tête de la main-d’œuvre est de plus en plus sévère pour les producteurs de légumes. Le Groupement d’…
L’augmentation mécanique du Smic impactera les minima conventionnels de la production agricole et des Cuma présentés ci-dessous à compter du 1er mai. 
Nouvelle grille des salaires au 1er avril 2022
Une nouvelle grille des salaires est parue au 1er avril 2022 (IDCC 7024). Une prochaine augmentation du Smic est aussi…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde