Aller au contenu principal

Des magasins fermiers se fédèrent en association

Depuis le 25 mai dernier, neuf magasins de producteurs et points de vente collectifs ont créé l’Association des magasins de producteurs fermiers des Hauts-de-France.

Plusieurs magasins collectifs de produits fermiers sont désormais rassemblés au sein d’une association destinée 
à accompagner leur développement.
Plusieurs magasins collectifs de produits fermiers sont désormais rassemblés au sein d’une association destinée
à accompagner leur développement.
© V. F.



Quatre magasins du Nord (Au panier vert, Com’ à la ferme, Talents de ferme, Au rond-point fermier), quatre du Pas-de-Calais (Au rendez-vous fermier, Aux goûts de la ferme, Vert de terre, Naturpaysan) et un de la Somme (Esprit fermier) en sont à l’origine. Leur motivation ?
Structurer une dynamique régionale. «En créant cette association régionale, notre volonté est de poser une première pierre pour créer une dynamique solide, grâce à des actions collectives au sein des magasins de producteurs, mais aussi entre structures», témoigne la vice-présidente de l’association, Marie-Odile Smets ; laquelle est agricultrice à Quesnoy-sur-Deule (59) et membre du Panier Vert. Pour Édith Macke, une autre agricultrice nordiste – elle est administratrice du magasin «Au rond-point fermier» de Bailleul et secrétaire générale de l’association -, «il y a matière à créer ensemble un projet dans la durée. Les expériences menées pendant la crise du Covid-19, comme des Drive sur les points de vente collectif, ont été reconnues et appréciées des consommateurs».

Structurer une demande régionale
Alors que la vente directe de produits fermiers a été particulièrement mise en lumière lors du confinement lié au Covid-19, la volonté d’accompagner son développement et d’aider les agriculteurs à se structurer ne date pas d’hier. Dès 2015, une première tentative pour créer une association régionale réunissant les magasins de produits fermiers du Nord-Pas-de-Calais avait été imaginée. Mais «faute d’animation et de soutien», dixit les promoteurs de la nouvelle association, «le soufflet est malheureusement retombé». Cela n’a pas empêché de nouveaux points de vente de sortir de terre, ainsi que l’émergence d’un projet d’organisation collective à partir du début de l’année 2019. Avec le soutien de Trame, organisme national de développement agricole, le projet a été relancé. Pour définir le fonctionnement de cette nouvelle association, quelques agriculteurs des Hauts-de-France sont allés à la rencontre de leurs homologues en région Provence-Alpes-Côte d’Azur en novembre dernier.
L’association des magasins de producteurs fermiers de Hauts-de-France s’est fixée quatre axes de travail prioritaires : «échanger entre magasins et agriculteurs adhérents», «accompagner les démarches et les projets», «communiquer et assurer la promotion des enseignes», «mutualiser». La prochaine étape consiste à faire connaître plus largement l’association auprès d’autres magasins de producteurs et points de vente. Un défi qui devrait s’appuyer sur la mise en place d’opérations de communication et d’actions communes, comme des commandes groupées, par exemple.



À Saint-Fuscien, un nouveau magasin de producteurs a ouvert ses portes

Depuis quelques jours, Grégoire Leleu, Sébastien Joly et Ulrik Maquigny ont ajouté une nouvelle corde à leur arc. Déjà associés au sein du point de vente collectif de produits fermiers «Esprit Fermier» à Glisy, ces trois éleveurs – l’un est producteur de produits laitiers, l’autre est producteur de volailles et le troisième est producteur de viande d’agneau -, ont lancé leur propre magasin collectif à Saint-Fuscien. L’objectif de cette enseigne qu’ils ont baptisé «Aux trois fermes» est de proposer les produits de leurs fermes, mais aussi plus largement ceux d’autres agriculteurs et artisans des Hauts-de-France. Parmi les 600 références disponibles, on peut y retrouver depuis le vendredi 12 juin «des produits d’épicerie, des bières, des cidres, des jus en tous genre, des biscuits» mais avant tout des viandes, des fruits et légumes d’origine locale «qui font partie des indispensables». L’ouverture de ce nouveau point de vente s’est fait avec la bienveillance de l’ancienne municipalité de Saint-Fuscien qui souhaitait voir le local, situé au 2 ter rue d’Amiens, être investi par une activité commerciale : «On a répondu présent à la fois par défi, mais aussi parce que l’un d’entre nous a du fermer son magasin à la ferme, faute de place», explique Grégoire Leleu. Si être présent dans un, puis deux, voire trois magasins collectifs n’est pas simple en termes d’organisation, «on réfléchit à la manière de concilier tout cela», poursuit-il. Depuis l’ouverture d’«Aux trois fermes», vendredi dernier, les clients sont bien au rendez-vous : «Il a un effet de curiosité, c’est certain, mais on pense qu’il y a une vraie demande locale. La clientèle que nous recevons n’est pas la même que celle qui fait ses courses à Esprit Fermier, même s’il y a parmi ces clients des personnes qui connaissent Esprit Fermier». Pour assurer l’ouverture du magasin du mercredi au vendredi l’après-midi, le samedi toute la journée et le dimanche matin, un salarié a été embauché. Et ce n’est pas fini : «Une deuxième embauche va avoir lieu la semaine prochaine, se félicite Grégoire Leleu.  C’est plutôt un signal positif».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Pour Frédéric Thomas, «le couvert est presque la culture la plus difficile à réussir».
Devenir un carbon farmer grâce à la couverture permanente des sols
Comment injecter plus de carbone dans les sols et d’azote pour la culture ? En intensifiant la photosynthèse, et donc, en misant…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde