Aller au contenu principal

Des outils innovants pour la maîtrise des mammites

Chez les petits ruminants, les outils d’intervention et de gestion en matière d’infections mammaires, doivent être repensés en tenant compte de leurs spécificités.

Les tests pendant la traite se déploient aujourd’hui sur le terrain pour appréhender les conditions de traite à l’interface animal-machine-trayeur.
Les tests pendant la traite se déploient aujourd’hui sur le terrain pour appréhender les conditions de traite à l’interface animal-machine-trayeur.
© Guillaume Perrin (la Marne agricole)


Le contrôle des infections mammaires joue un rôle essentiel dans la maîtrise de la qualité sanitaire du lait et des produits laitiers. Sur le terrain, des mesures de maîtrise des concentrations cellulaires ont été proposées, mais n’ont été que partiellement adoptées, car elles ne prenaient pas en compte les spécificités des petits ruminants.
Un projet(1) a ainsi été lancé afin de proposer des critères de sélection des animaux à traiter (ou réformer) et adaptés au contexte d’élevage et de suivi technique. «Ce programme de recherche visait ainsi à soumettre, sur le plan génétique, de nouveaux objectifs de sélection combinant santé de la mamelle et aptitude à la traite et, sur le plan sanitaire, de nouveaux outils d’intervention et/ou d’aide à la décision à inclure dans les démarches existantes, en tenant compte de leur acceptabilité par les acteurs du développement», notent les auteurs de l’étude.

Complémentarité des méthodes disponibles
La détection moléculaire donne des résultats satisfaisants en matière de diagnostic des infections mammaires. Selon les auteurs, «cette technologie offre la possibilité de caractériser des facteurs de virulence importants ou des gènes de résistance aux antibiotiques et, de ce fait, mériterait de se généraliser et d’être appliquée chez les petits ruminants».
Une valorisation génétique et sanitaire des concentrations cellulaires peut être, par ailleurs, possible, alors que les signatures spectrales en moyen-infrarouge des infections mammaires sont peu informatives. L’examen des mamelles pour le repérage des mammites chroniques est également un bon moyen pour en identifier les principaux signes.

De nouvelles approches
Différentes techniques de caractérisation morphologique par imagerie, de la mamelle et du trayon, ont été développées en stations expérimentales (prises de vue numériques, échographies, thermographies). Elles laissent envisager une aide quant à la caractérisation des conformations mammaires et de l’analyse du traumatisme des tissus. Une approche typologique des données de pointage permettrait, quant à elle, une prise en compte plus globale des caractères.
Chez la chèvre, par ailleurs, un référentiel des lésions des trayons comme témoins de la qualité de la traite a été élaboré. «La fréquence des lésions du trayon semble majoritairement augmenter avec le temps de traite et le niveau de production. Le stade de lactation paraît également avoir une incidence : diminution de la fréquence des congestions, des hyperkératoses et des anneaux de compression, mais augmentation des pincements ou des kystes.»
Les outils de test pendant la traite offrent une appréciation de l’aptitude fonctionnelle de la mamelle et des conditions de traite. L’utilisation de LactoCorder en caprins fait apparaître le débit de première minute comme répétable et, par conséquent, elle peut être considérée comme une mesure valable d’un point de vue génétique.
Les références acquises en matière de fréquences des incidents de traite suggèrent des voies d’amélioration possibles à la fois en termes de techniques de traite et de l’emploi et/ou du fonctionnement du matériel. Ces résultats semblent intéressants pour analyser la traite. Par contre, chez la chèvre, il existe peu de relations entre conformation mammaire et cinétique de traite.

Déploiement en cours
En ovins, en l’absence de LactoCorder, cette approche s’est appuyée sur les enregistrements de temps de traite et de fluctuations de vide à l’aide du VaDia. Comme chez les chèvres, des déséquilibres fonctionnels ont été mis en évidence. Le VaDia semble d’ores et déjà intéressant pour analyser la traite, fournir une indication sur les niveaux et fluctuations du vide, et investiguer l’impact des pratiques de traite sur l’extrémité du trayon.
«Les tests pendant la traite se déploient aujourd’hui sur le terrain pour appréhender les conditions de traite à l’interface animal-machine-trayeur, permettant ainsi de les objectiver et de disposer d’éléments de pilotage de la traite. L’étude des fluctuations de vide demande à être poursuivie pour mieux interpréter les données obtenues. Les objectifs de sélection ont d’ores et déjà évolué pour prendre en compte la résistance aux infections mammaires.»

(1) Ce projet a été porté par les Unités mixtes technologiques «Santé des troupeaux de petits ruminants» et «Génétique génomique des petits ruminants» associant l’Institut de l’élevage et l’Inra. Source : Journée Casdar 2018.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L214
Une pétition demande la dissolution de L214
Des agriculteurs ont lancé le 13 novembre une pétition en ligne pour dénoncer les agissements de l’association de protection…
Nicolas Mourier, épaulé d’Angélique, apprentie étudiante en agronomie à l’UPJV, poursuit l’amélioration de ses pratiques. Ici, un essai de différents couverts dans du blé.
Nicolas Mourier et l’ACS, de la praticité à la technicité
Ce 24 novembre, le député Leclabart organisait une table ronde sur le thème de l’agriculture régénératrice. Nicolas Mourier,…
Yann Joly espère que le Tribunal de grande instance de Paris reconnaîtra le «trouble anormal de voisinage» causé par  les éoliennes. Il pourrait ainsi réclamer une indemnisation financière des pertes liées à l’arrêt de son élevage laitier. 
Yann Joly devant le TGI : « Je n’ai plus rien à perdre »
Yann Joly, ancien éleveur laitier du Boisle, a vu son troupeau dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013.…
Le méthaniseur de Fabien et Anne-Sophie Niquet assure une complémentarité à leur activité d’élevage laitier. 
Une diversification méthanisation réussie : ils partagent leur expérience
Ces 26 et 27 octobre, Fabien et Anne-Sophie Niquet ouvrent leurs portes aux professionnels de l’agriculture puis au grand public…
Le 24 novembre dernier, Frédéric Morel, responsable de la région Hauts-de-France et Ardennes et Yann Lecointre,  directeur général d’Innoval ont présenté à quelque 130 éleveurs des Hauts-de-France les contours de la nouvelle entité coopérative baptisée Innoval née de la fusion entre Evolution, les entreprises de conseil en élevage BCEL Ouest  et Copavenir et le GDS de Bretagne. La suite de la journée était consacrée à des interventions techniques sur la reproduction animale.
Innoval, la coop de l’ouest qui gagne le nord
Quelque 130 éleveurs de la région ont assisté le 24 novembre dernier à une réunion de présentation des activités et du périmètre…
Cinq robots de traite DairyRobot R9500 sont installés dans deux bâtiments distincts (deux et trois robots), en circuit libre. 
Des robots GEA pour la traite confortable d’un gros troupeau
D’année en année, le Gaec de l’Argilière à Grandcourt (80) n’a cessé d’évoluer. 7 UTH s’y activent désormais, avec une grosse…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde