Aller au contenu principal

Des pistes pour réduire les coûts dans l’immobilier ancien

L’immobilier subit une fiscalité lourde, notamment avec les prélèvements sociaux de 17,2 %. Mais ils existent des moyens de limiter la facture. 

Plusieurs dispositifs existent pour réduire la note de l’impôt sur le revenu  et des prélèvements sociaux.
Plusieurs dispositifs existent pour réduire la note de l’impôt sur le revenu et des prélèvements sociaux.
© D. R.

Les rendements sans risque rapportent peu de revenus. À l’inverse, l’immobilier continue de verser des revenus et sa cote s’apprécie avec le temps. Mais, malheureusement, les revenus sont plombés par une fiscalité lourde et celle-ci mange, dans la plupart des cas, la moitié des revenus des bailleurs. 

Des parades existent, notamment dans l’ancien à rénover, qui permet de passer en charge les travaux qui viennent réhabiliter le bien pour lui offrir une nouvelle vie. Le législateur a mis en place un panel de dispositifs fiscaux pour les particuliers qui s’engagent à remettre en état ces immeubles. 

Cet éventail d’avantages fiscaux offre de bonnes économies d’impôt. Une fois loués, ils ont vocation à donner aux bailleurs un rendement de 2 à 5 % par an. Nettement mieux qu’un placement d’épargne classique. 

 

Le déficit foncier

Ce mécanisme de droit commun permet à ceux qui perçoivent déjà des loyers d’alléger leur impôt de manière importante, s’ils rénovent un logement locatif. Pour bénéficier de cet allègement, il faut être dans le régime réel des revenus fonciers et non pas au micro-foncier. Dans ce cas, les propriétaires peuvent déduire l’ensemble des charges liées à la rénovation de l’immeuble (travaux de toiture, de menuiserie, de réfection des planchers, d’isolation, coût du crédit, assurance…) des revenus fonciers qui permet la première année d’imputer un déficit dans la limite de 10 700 € et ensuite, si celui-ci n’est pas absorbé en totalité, de l’imputer sur les revenus fonciers à venir. De ce fait, cela réduit l’assiette taxable et, par conséquent, l’impôt et les prélèvements sociaux. 

 

Le Denormandie 

Les particuliers qui achètent et réhabilitent un logement dans l’une des 245 villes du programme Action cœur de ville peuvent profiter d’économie d’impôt allant jusqu’à 21 %. Les propriétaires peuvent rénover eux-mêmes ou passer par un opérateur, mais les programmes sont rares.

 

Le Pinel ancien 

Le Pinel ancien concerne la transformation de bâtiments industriels en logements. À la clé, un double avantage. Une partie des sommes déboursées (foncier, travaux de structure, frais d’achat…) donne droit à une réduction d’impôt allant jusqu’à 21 %, dans le cadre du Pinel. Les dépenses de restauration et de rénovation (travaux de toiture, de menuiserie, de réfection des planchers, d’isolation, d’électricité…) bénéficient du mécanisme du déficit foncier. 

 

Le monument historique 

L’investisseur achète un logement dans un bâtiment classé (château, abbaye…) rénové par un opérateur. Les travaux et les intérêts d’emprunt du crédit sont déductibles à 100 % du revenu global, sans limites. C’est un levier très puissant, mais qui ne vaut le coup que pour les très gros revenus, ceux au moins imposés à la tranche de 45 %. Les acheteurs devront louer le logement nu pendant au moins trois ans et le détenir quinze ans. Ils peuvent aussi faire le choix d’y habiter. Dans ce cas, le montant des travaux à défiscaliser est réduit de moitié.

 

Le Malraux 

Il s’agit là d’acquérir et de rénover un appartement dans un quartier sauvegardé en échange d’une grosse réduction d’impôt. Le montant de la réduction est de 30 % du montant des travaux, dans la limite de 400 000 €, soit 120 000 € sur quatre ans. Le Malraux peut avoir du sens pour des contribuables au-delà de 30 % de tranche marginale d’imposition. Attention, le fisc suit ces montages à la loupe et les pièges sont nombreux, notamment au niveau des travaux non éligibles et de l’application du taux de TVA. Mieux vaut passer par un opérateur spécialisé pour éviter les erreurs. Les propriétaires doivent garder et louer ce logement au moins neuf ans.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

dossier PAC dépôt dossier aides PAC
La date limite de dépôt des demandes d’aides de la PAC repoussée

Les demandes d’aides de la PAC liées à la surface au titre de la campagne 2024 pourront être déposées jusqu’au vendredi 24 mai…

RN 25 Beauval
RN 25 : un accord unanime présenté à Beauval

Les exploitants et propriétaires concernés par les expropriations du chantier de rénovation de la RN25 étaient conviés à une…

Élaboré et servi par Martin Ebersbach, le vin de la Ferme des Vœux est blanc (rosé) pétillant, élaboré selon une méthode champenoise.
Au Vignoble des Vœux, une longue attente bientôt récompensée

La diversification vers la viticulture engagée par Martin Ebersbach à la Ferme des Vœux enthousiasme le Conseil départemental…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

En visite à l’EARL des enclos, la ministre Pannier-Runacher a assuré que «quand on met en place des réglementations,  ce n’est pas pour le plaisir mais parce qu’il y a urgence à répondre au dérèglement climatique».
Dans la Somme, Agnès Pannier-Runacher prend la défense d’Egalim

La ministre déléguée auprès du ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire s’est rendue le 17 avril au Crotoy…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde