Aller au contenu principal

Des pistes pour une justice climatique

Dans la lignée de l’Accord de Paris et en amont de la Cop 22, le Cese a voté un avis sur les enjeux de la justice climatique pour la France.

Présentation de l'avis du Cese sur la justice climatique. De gauche à droite : Agnès Michelot, Anne-Marie Ducroux (présidente de la section Environnement du Cese) et Jean Jouzel.
Présentation de l'avis du Cese sur la justice climatique. De gauche à droite : Agnès Michelot, Anne-Marie Ducroux (présidente de la section Environnement du Cese) et Jean Jouzel.
© AAP


Si l’Accord de Paris peut être considéré comme un succès, le réchauffement climatique restera tout de même une réalité à la fin du siècle. Et même limité à 2 °C, ce changement aura des conséquences économiques, sociales et sanitaires. Les populations les plus vulnérables seront les premières impactées, que ce soit dans les pays en développement, mais également dans les pays développés où les plus pauvres n’auront pas les mêmes possibilités d’adaptation que les classes favorisées.
C’est pour limiter au maximum ce déséquilibre que la section Environnement du Conseil économique, social et environnemental (Cese) a voté le 27 septembre un avis sur la justice climatique. Les deux rapporteurs, Jean Jouzel, directeur de recherche au CEA, et Agnès Michelot, enseignante chercheuse en droit, proposent une méthode globale pour anticiper le changement climatique, transversale à tous les secteurs d’activité.
Parmi leurs principales recommandations figurent la nécessité de sécuriser les ressources élémentaires pour les plus démunis, notamment dans les projets d’investissement via une meilleure considération du taux d’actualisation (valeur qui permet de comparer les coûts et bénéfices à deux dates différentes, pour vérifier qu’avec la somme d’argent investie les bénéfices sont toujours importants, d’un point de vue économique mais aussi social, plusieurs années après le projet).
D’autres axes importants sont évoqués dans l’avis, comme le lien entre climat et santé à renforcer dans les politiques publiques, le développement d’une politique de logement en accord avec les enjeux climatiques, ou encore les investissements vers les populations vulnérables.

L’agriculture, un des secteurs les plus impactés
«Au niveau planétaire, le réchauffement climatique va peser sur la production agricole, rendre plus difficile la situation de centaines de millions d’agriculteurs et générer des pénuries. En France, les conséquences du réchauffement climatique seront importantes pour l’agriculture, l’aquaculture et la sylviculture, et de façon peut-être plus proche, pour la viticulture», indique l’avis. Pour le secteur spécifiquement, le Cese propose quelques grandes pistes d’adaptation : améliorer les capacités de stockage et de transfert des eaux de surface, développer les rotations et associations de cultures, favoriser les espèces les plus résistantes et opérer des sélections génétiques, structurer le secteur et soutenir la capacité d’adaptation des producteurs, valoriser les opportunités agricoles liées aux évolutions climatiques.
Parmi les mesures plus globales, le Cese propose de refonder la couverture des risques climatiques et du régime de catastrophe naturelle, et évoque la possibilité d’augmenter les franchises pour les communes qui n’ont pas de Plan de prévention des risques (PPR). L’objectif est également de favoriser une égalité de traitement entre les territoires. Les populations sont en effet diversement impactées par le changement climatique en fonction de leur situation géographique : les zones de montagne sont privilégiées, tandis que les littoraux sont plus menacés. Les zones urbaines très peuplées concentrent aussi
les risques, notamment une vulnérabilité accrue face aux canicules.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Un nouveau magasin de produits locaux à Corbie
Vincent Dufrenoy ouvrait une nouvelle boucherie et magasin de produits locaux à Corbie ce 1er avril. On y a fait un tour !
170 exploitations agricoles couvrant environ 30 000 hectares ont obtenu le label d’agriculture de conservation «Au cœur des sols».
Déjà 30 000 hectares labellisés «Au cœur des sols»
Les agriculteurs de l’Apad fêtent la première année d’existence de leur label d’agriculture de conservation des sols «Au cœur des…
Les détenteurs du Certiphyto pourront vacciner contre la Covid-19
La liste des personnes autorisées à administrer des vaccins contre la Covid-19 s'allonge puisque les détenteurs du Certiphyto…
Secure Colza : des leviers techniques pour redynamiser la culture
Donner des clés aux agriculteurs pour leur permettre de maintenir leurs surfaces de colza : c’est tout l’objectif de Secure colza…
Produire de la Pompadour, ce n’est que de l’amour
La variété Pompadour sait se faire désirer et c’est ce qui rend sa culture intéressante aux yeux des six producteurs picards…
«Des gelées historiques» dans les vergers de la Somme
Le gel, qui a frappé de plein fouet bon nombre de cultures en France en ce début de semaine, n’a pas épargné les vergers de la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde