Aller au contenu principal

Arboriculture
Des pratiques durables dans le vent

A la tête d’un verger créé par son grand-père à Fresnes-Mazancourt, dans le Santerre, Antoine Vanoye ouvrira son exploitation au grand public pour une première participation aux portes-ouvertes du réseau des vergers écoresponsables les 28 et 29 août.

Ouvrir les portes de son verger aux consommateurs, ce n’est pas une première pour Antoine Vanoye puisque le producteur vend déjà une partie de sa production en direct. Ce qui l’est en revanche, c’est sa participation aux portes-ouvertes du réseau des vergers écoresponsables animé par l’association nationale pommes-poires (ANPP). Il espère ainsi «répondre à de nombreuses questions», et lancer sa saison de libre-cueillette. Les Vergers du Santerre sont partagés entre la production de pommes (10 ha) et de poires (5ha). La campagne 2021 démarrera avec une seule variété, la Delbar Estival. Les autres allées seront ouvertes un peu plus tard pour laisser le temps aux fruits d’atteindre leur maturité. La saison des poires devrait débuter le 8 septembre avec la variété Conférence, «ce qui est nettement plus tard que l’an dernier où nous avions commencé à récolter fin juillet», rappelle le producteur. Si Antoine Vanoye cultive jusqu’à 22 variétés, certaines se détachent par rapport aux autres : Jonagold et Boskoop pour les pommes, Conférence et Angelys pour les poires. D’ici quelques temps, l’arboriculteur espère aussi récolter des abricots : «On s’est lancé cette année en plantant quelques arbres. C’est lié au réchauffement climatique...», explique-t-il avec humour. Une façon de se diversifier et d’élargir son offre de fruits. 

Lutte biologique

Lors des opérations portes ouvertes – une seconde opération est programmée le 25 septembre au Domaine de Moismont à Vron –, il s’agit pour l’ANPP de promouvoir sa démarche de production durable baptisée «vergers écoresponsables», et dont la traduction concrète est «la mise en place de méthodes de production respectueuses de l’environnement, de la biodiversité, tout en assurant l’équilibre économique». Aux Vergers du Santerre, la présence d’éléments qui leur valent d’être labellisés «vergers écoresponsables» est discrète, mais efficace. «La première exigence, explique Antoine Vanoye, c’est de n’utiliser que des produits homologués en France…»
Dans les allées de ses vergers, entre les arbres, il installe des pièges à phéromones et use du principe de confusion sexuelle pour empêcher les ravageurs (carpocapses) de s’attaquer à ses fruits. Favoriser la présence de typhlodromes dans ses parcelles lui permet de lutter contre la présence de certains acariens phytophages, comme l’araignée rouge. De manière à limiter l’impact des traitements sur l’environnement, il a opté pour la lutte biologique intégrée. Nichoirs pour chauve-souris, refuges pour les chrysopes sont également installés dans les arbres. Depuis 4 ans, Antoine Vanoye a investi dans une station de traitement de l’eau qui lui permet de «diviser les traitements par deux», assure-t-il. Se convertir au label Agriculture Biologique n’est en revanche pas prévu, ni souhaité par l’arboriculteur : «Il y a trois ans, j’ai essayé de me passer de solutions de synthèse. J’ai morflé…»
Tout ce qui est mis en œuvre n’est pas toutefois couronné de succès, comme cela est le cas cette année avec l’implantation de bandes de couverts mellifères : «J’ai semé un peu trop et les températures ne m’ont pas aidé, concède Antoine Vanoye. Mais je recommencerai…». 

Des certifications multiples 

Parmi les certifications et démarches engageantes pour les Vergers du Santerre, cette dernière détient le label Bee Friendly qui reconnait des pratiques qui respectent, favorisent et intègrent les pollinisateurs. La multiplication des cahiers des charges et démarches de certification l’effraie toutefois et l’interroge : «Chaque client veut ses propres garanties… On a le sentiment de participer à une course à l’échalote». S’il apprécie la démarche des «vergers écoresponsables», «c’est parce qu’il s’agit d’une démarche créée par les producteurs et qu’elle est reconnue», assure M. Vanoye. Depuis 2013, l’engagement dans la démarche «Vergers écoresponsables» donne en effet aux arboriculteurs français une équivalence de certification HVE 2. Comme lui, la totalité des adhérents de la coopérative Nelfruit – 13 producteurs, 180 hectares et une production de 5 000 tonnes par an – au travers de laquelle il vend l’autre partie de sa production sont également certifiés «vergers écoresponsables». Il y a quelques semaines, l’arboriculteur du Santerre a décroché le niveau 3 de la certification HVE, en passant par la voie B ; autrement dit celle qui nécessite d’avoir un pourcentage de SAU en infrastructures agroécologiques supérieur ou égal à 10% (ou un pourcentage de SAU en prairies permanentes de plus de 5 ans d’au moins 50%) et que le poids des intrants dans le chiffre d’affaires de l’exploitation n’excède pas ou soit égal à 30%. Une certification de plus pour laquelle il a reçu un visuel qu’il pourra afficher aux murs de son magasin avec les panneaux pédagogiques que lui a fourni l’ANPP pour ses portes-ouvertes.

Arboriculture

Avec le gel, une estimation de récolte en chute libre pour la poire, légère hausse pour la pomme 

Fin juin dernier, l’Association nationale pommes poires (ANPP) annoncait une première estimation de récolte de poires d’environ 60 000 tonnes cette année (-58% par rapport à 2020). «C’est une situation extrêmement préoccupante pour les producteurs, notamment dans les vergers de poires d’été du Sud-Est de la France où des récoltes sont quasiment réduites à néant» à cause du gel, déclarait son directeur Josselin Saint-Raymond. Côté pommes, l’ANPP table sur une récolte de 1,357 million de tonnes (Mt). Soit une hausse de 1% par rapport à l’an dernier, sachant que 2020 avait été «la deuxième plus faible récolte de la décennie». Vu la forte floraison des vergers, cela représente tout de même un manque à gagner d’environ 300 000 t par rapport au potentiel de production initial de 1,675 Mt, a souligné le directeur de l’ANPP. «On aura cette année une offre à peu près identique à celle de l’année dernière, ce qui veut dire que nous ne manquerons pas de pommes, pour peu que nos clients travaillent avec nous pour faire une place à des fruits qui pourraient présenter un aspect dégradé à cause du gel ou un calibre un peu plus petit que d’habitude», a-t-il assuré.

Des pertes dans le Santerre aussi
Chez Antoine Vanoye, le gel a aussi causé quelques dégâts, même s’il s’estime «être épargné par rapport à d’autres. Au sein de la coopérative Nelfruit, d’autres producteurs sont plus touchés». «Avec mes fils, expliquait-il fin de semaine dernière, on a fait six nuits blanches pendant l’épisode de gel. On a brûlé des ballots de paille pour créer un écran de fumée, on a allumé des bougies, fait tourner notre éolienne… Finalement, on ne s’en sort pas trop mal puisqu’en pommes, j’estime que nous pourrons faire 90% de la récolte prévue». En poire, les choses sont différentes : «Je pense perdre 20% de la récolte estimée avant le gel. On a lutté tant qu’on a pu…» Ces pertes de production, le producteur samarien considère qu’elles seront «difficiles à récupérer et à répercuter sur le prix de vente.»  
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Pour être juste, le prix d’un maïs sur pied s’établit en fonction du rendement  en grain, de la cotation sur le marché et de la culture qui sera implantée  par la suite.
Quel prix pour le maïs sur pied en 2021 ?
L’achat et la vente de maïs sur pied sont une pratique courante dans le département. Pour calculer le juste prix, deux méthodes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde