Aller au contenu principal

Des producteurs du GIEE Semences fourragères durables à Recolt’Expo

Le GIEE Semences fourragères durables de la Somme présent au premier rendez-vous national de matériel de récolte dans l’Aude, en quête d’échanges techniques et de références technico-économiques.

Démonstration de coupe à Recolt’Expo (Castelnaudary, Aude).
Démonstration de coupe à Recolt’Expo (Castelnaudary, Aude).
© D. R.

Le GIEE Semences fourragères durables est l'émanation de la volonté d'une poignée d'agriculteurs de la Somme qui, en 2020, décident de travailler sur une thématique commune pour accompagner le développement de leurs exploitations. Le groupe se compose de neuf exploitations dont une en agriculture biologique, et est animé par trois partenaires techniques : la Chambre d’agriculture de la Somme, la coopérative Noriap et la Fédération nationale des agriculteurs multiplicateurs de semences (Fnams).  

Le GIEE oriente ses travaux sur la conservation d’une filière de semences locales, riche d’un savoir-faire reconnu tout en adaptant leur système de culture aux évolutions du milieu, et produire des références technico-économiques sur de nouvelles pratiques culturales.

Rappelons qu’un GIEE est un collectif d'agriculteurs reconnu par l'État qui s'engage dans un projet pluriannuel de modification ou de consolidation de leurs pratiques en visant à la fois des objectifs économiques, environnementaux et sociaux.

Pour améliorer leurs connaissances et connaître les dernières techniques de ces cultures spécifiques, les producteurs du GIEE ont fait le voyage jeudi 9 juin dernier jusqu’à Castelnaudary dans l’Aude pour assister à Recolt’Expo, premier rendez-vous national de matériel de récolte.

La visite de l’essai Agrosem a permis d’obtenir des références techniques et économiques d’un système de culture sans produit phytosanitaire et en utilisant uniquement des leviers agroécologiques (semis sous couvert, désherbage mécanique, association de cultures, biocontrôle, bandes fleuries…).

Au niveau régional, en 2022, la région Hauts-de-France compte 3 000 ha de productions de se-mences fourragères et de légumineuses, essentiellement présentes dans l’ex-Picardie. En 2021, notre région représentait une part non négligeable de la production française de semences pour certaines espèces comme le ray grass anglais (30 %), la vesce commune (11 %), ou encore les fétuques (11 %).  

Ces cultures fourragères porte-graine offrent de multiples avantages sur le plan agronomique : diversification de l’assolement, apport de matière organique, intégration de légumineuses, amélioration de la structure du sol, autonomie en paille, etc. Sans oublier le plan environnemental : faible dépendance au fongicide et insecticide (cf. graphique : IFT hors herbicides par culture)

Néanmoins, ces cultures sont soumises à un cahier des charges strict, notamment en matière de présence de graines d’adventices dans les lots récoltés. Avec des résistances croissantes à certains herbicides, et des leviers chimiques de plus en plus restreints, de nouveaux systèmes de production doivent être mis en place pour continuer à produire des semences fourragères de qualité sur notre territoire.

Différentes pratiques culturales sont donc testées dans le cadre du GIEE, telles que le semis sous couvert, l’andainage, et l’application de solutions de biocontrôle pour gérer l’apion sur le trèfle violet. 

Dans les pratiques novatrices, les premiers résultats du semis de ray-grass anglais ou de fétuque élevée sous couvert de blé en sortie d’hiver sont concluants. Cette technique permet un développement précoce de la porte-graine, et ainsi de limiter ensuite la levée de mauvaises herbes dans la culture de la porte-graine. 

Les expérimentations d’andainage au sein du groupe ont permis de mettre en évidence que chaque matériel a des avantages et inconvénients suivant les conditions climatiques et la culture à andainer. Il n’y a pas d’andaineuse parfaite. Cette technique permet d’obtenir des récoltes de qualité, au plus proche des normes d’humidité de la graine ; et de compenser l’interdiction du dessicant Reglone2 depuis 2019. Les gains de rendements sont donc essentiellement obtenus via les réglages de la moissonneuse-batteuse. 

Concernant les applications de produits de biocontrôle (Success, purin de fougère et de rhubarbe) pour gérer l’apion sur trèfle violet, les résultats sont moins probants en présence d’une forte pression de ce ravageur. Des nouveaux essais en bandes agricoles au cours de la campagne 2022 vont permettre de compléter ces résultats. 

Il faut noter que le GIEE Semences fourragères durables travaille en complémentarité avec le Pôle technique semences régional, dont la thématique principale est la recherche de nouvelles références chimiques pour gérer les bioagresseurs sur les porte-graines.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Tereos paiera ses betteraves 2022-23 «au moins autant que les concurrents»
Ce 9 juin, comme chaque année, la coopérative sucrière Tereos conviait les journalistes à une conférence de presse annuelle,…
Cristal Union avance un prix de betteraves très en hausse
En conférence de presse ce 13 juin, les dirigeants de la coopérative Cristal Union ont annoncé que les betteraves 2022 (en terre…
Compte tenu des annonces de prix pour les deux prochaines campagnes, l’usine  de Vecquemont devrait être approvisionnée en pommes de terre fécule sans trop de difficultés, même si des surfaces restent à trouver chez les producteurs  du grand nord de la France.
La Coopérative féculière de Vecquemont sauve «son» usine
Face à un industriel (Roquette) qui n’entendait pas revaloriser le prix d’achat de pommes de terre destinées à la transformation…
Dany, le bouilleur ambulant, est à cheval sur la paperasse : la législation est stricte.
L’alambic des établissements Charpentier sillonne encore la campagne
Il y a bien longtemps que le bouilleur ne fait plus bouillir la marmite des établissements Charpentier, basés à Beauquesne.…
Une partie de la Somme en vigilance sécheresse
Ce 16 juin, la préfecture de la Somme a annoncé le placement en vigilance sécheresse des bassins-versants de l’Avre et de la…
Groupe Carré
Le Groupe Carré gagne un peu plus la Somme
Le négociant en grains historiquement installé en Nord-Pas de Calais a inauguré le 21 juin une plateforme dédiée à la collecte…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde