Aller au contenu principal

Des producteurs samariens dans Objectif Top Chef

Chaque jour à 18h40 sur M6, l’émission Objectif Top Chef met en avant des produits français, que les apprentis cuisiniers doivent «sublimer» au mieux. Les mini-légumes de Jacques Deramecourt, à Estrées-Mons, et les pommes de terre de Thomas Ducamps, à Ham, en font partie.

Les mini-légumes de Jacques Deramecourt seront "sublimés" dans Objectif Top Chef ce 26 novembre.
© D. R.

«Il est primordial pour un cuisinier de savoir d’où provient le produit qu’il travaille», martèle sans cesse le chef Philippe Etchebest. Chose dite, chose faîte. Dans son émission Objectif Top chef, diffusée chaque jour de la semaine à 18h40, sur M6, les producteurs français sont régulièrement mis à l’honneur.

Parmi eux, Jacques Deramecourt, exploitant et gérant de l’entreprise Picvert, à Estrées-Mons. Ses mini-légumes (poireaux, carottes, betteraves, fenouils, navets…) seront «sublimés» devant les téléspectateurs ce 26 octobre, par les apprentis cuisiniers qui se confrontent lors de défis gastronomiques. «Avec trois autres producteurs locaux, nous participons à cette émission dans le cadre de notre adhésion à l’association Demain la terre qui promeut l’agriculture plus durable», explique-t-il. 

 

Après les épinards, les mini-légumes

Pour le producteur, «voir ses produits mis en valeur par des chefs potentiellement étoilés un jour est gratifiant.» Ses épinards avaient déjà fait une apparition à l’écran début 2022, dans le cadre de l’émission Top Chef les Grands Duels. Cette fois, «avec deux millions de téléspectateurs en moyenne, Objectif Top Chef est un moyen puissant pour développer la notoriété de l’association tout en mettant en avant les producteurs, leur engagement, leurs produits et leurs terroirs», assure l’association.

 

"Mieux vaut prendre nous-même en main l'évolution des pratiques vers une agriculture plus durable"

Jacques Deramecourt a rejoins l’association il y a cinq ans, avec la volonté de prendre en main l’évolution des pratiques vers une production plus durable. «Mieux vaut que cela vienne de nous plutôt que cela nous soit imposé.» La réduction des produits phytosanitaire, des engrais chimiques, et les techniques culturales visant à améliorer la vie du sol sont des défis de taille. Pour certifier ces efforts, le label Demain la terre s’ajoute à HVE et bio, obtenus en 2019. Des arguments pour fidéliser la clientèle, «principalement les industriels du sachet, la grande distribution, les grossistes avec les restaurateurs et les primeurs», note le chef d’entreprise.

La production de ces fameux mini-légumes a nécessité de l’inventivité pour répondre aux enjeux de l’impact environnemental. Tout a démarré dans les années 1990, lorsque Jacques Deramecourt a repris la suite de l’exploitation familiale. Il lance la production de jeunes pousses de salades pour diversifier les productions. «Mais comment en proposer en hiver, sans recours aux serres chauffées à l’impact écologique désastreux ? En 2007, une ferme au soleil du Portugal, dans un terroir en bordure d’océan rafraîchi par les alizés, est établie. C’est là que sont cultivés les mini légumes Picvert. Pour répondre à la demande, une autre ferme voit le jour dans autre terroir favorable, à Malaga en Espagne», explique l’entreprise.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L214
Une pétition demande la dissolution de L214
Des agriculteurs ont lancé le 13 novembre une pétition en ligne pour dénoncer les agissements de l’association de protection…
«Soulagement» pour les agriculteurs futurs méthaniseurs d’Ailly-sur-Somme
Après une consultation publique houleuse, et plusieurs modifications pour tenter de contenter tout le monde, le projet d’unité de…
Poulehouse se grille avec ses partenaires
Partageant largement sur les réseaux sociaux son différend avec le groupe coopératif Noriap, sa filiale Cocorette et Œufs Nord…
Yann Joly espère que le Tribunal de grande instance de Paris reconnaîtra le «trouble anormal de voisinage» causé par  les éoliennes. Il pourrait ainsi réclamer une indemnisation financière des pertes liées à l’arrêt de son élevage laitier. 
Yann Joly devant le TGI : « Je n’ai plus rien à perdre »
Yann Joly, ancien éleveur laitier du Boisle, a vu son troupeau dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013.…
Le méthaniseur de Fabien et Anne-Sophie Niquet assure une complémentarité à leur activité d’élevage laitier. 
Une diversification méthanisation réussie : ils partagent leur expérience
Ces 26 et 27 octobre, Fabien et Anne-Sophie Niquet ouvrent leurs portes aux professionnels de l’agriculture puis au grand public…
Pour le sénateur Demilly, Mousline est « essentielle pour l'est de la Somme »
Le 28 octobre, le groupe Nestlé, propriétaire de la marque Mousline, a annoncé que les activités de production et de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde