Aller au contenu principal

Des programmes de maintien de l’élevage en ZH renouvelés

Les deux territoires dits de zones humides de la Somme bénéficient chacun d’un plan d’action, que pilote l’Agence de l’eau Artois Picardie.

© D. R.

Un tiers des zones à dominante humide du bassin Artois-Picardie est occupé par les agriculteurs. C’est le constat qu’a fait l’Agence de l’eau Artois Picardie.
Et c’est la raison pour laquelle elle a mis en place, depuis 2013, en collaboration avec les acteurs clés dans ce domaine, un programme d’action de maintien de l’élevage. Ce programme s’inscrit dans le cadre du troisième Plan national d’action en faveur des milieux humides lancé par le ministère de l’Ecologie en 2014.
Cinq axes de travail ont été définis : améliorer l’action publique pour favoriser le maintien de l’activité agricole dans les zones humides, maîtriser le foncier, accompagner techniquement les agriculteurs, valoriser les productions agricoles produites de façon durable dans les zones humides, et évaluer et préparer l’avenir.

En moyenne vallée...
Deux plans existent dans notre territoire : le programme de maintien de l’élevage en zones humides de la moyenne vallée de la Somme, fixé de 2015 à 2018 et renouvelé dès 2019, et le programme de maintien de l’élevage et valorisation des prairies de la plaine maritime, qui s’étale de 2018 à 2020.
Pour le premier, 545 555 € environ sont débloqués (financé à 70 % par l’Agence de l’eau Artois Picardie), et des moyens humains sont déployés par le Conseil départemental, la chambre d’agriculture et le Conservatoire d’espaces naturels. «Le premier plan nous a permis de réaliser des actions telles que l’accompagnement individuel de vingt-quatre éleveur engagés dans le programme, la mesure de productivité de prairies de huit exploitations, ou encore l’animation des MAE. Avec la reconduction de ce programme, nous souhaitons poursuivre dans cette voie», expliquent les techniciens de l’agence de l’eau.

... et en plaine maritime
En plaine maritime, le budget pour 2018-2020 s’élève à 600 000 € environ (aussi financé à 70 % par l’Agence de l’eau Artois Picardie), et 3,5 équivalents temps plein mobilisés par le SMBS-GLP et la chambre d’agriculture.
Cette zone bénéficie en fait d’un programme d’action depuis 2012 et un large travail y a été effectué : étude de l’évolution de l’agriculture sur vingt ans, acquisition  de références technico-économiques dans cinquante exploitations d’élevage, animation des MAE, accompagnement individuel des éleveurs, mise en place d’un observatoire agro-écologique des prairies du territoire (cf. infographie).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde