Aller au contenu principal

Mobilisation syndicale
Des quatre coins des Hauts-de-France, GMS et État sous pression

La manifestation orchestrée par la FRSEA Hauts-de-France et les Jeunes agriculteurs, le 22 février, a témoigné d’une exaspération forte face à la non-application de la loi Egalim 2 et des charges qui ne cessent de s’envoler.

La balle est désormais dans le camp des enseignes de grande distribution et de l’État auxquels sont demandés des réponses «fortes», à l’image de la mobilisation des agriculteurs dans les Hauts-de-France, mardi 22 février.
À Lille, 500 tracteurs et 800 agriculteurs, 150 tracteurs et 300 manifestants à Amiens ont défilé pour demander une meilleure application de la loi Egalim 2, moins de contraintes et témoigner d’un quotidien difficile. Dès le matin, des cortèges partis des quatre coins du Nord-Pas de Calais et de la Somme ont convergé vers les capitales régionales, prenant la direction de plusieurs grandes surfaces pour en bloquer les accès, puis vers les préfectures. Dans l’Aisne et l’Oise, des rencontres entre profession agricole et représentants de l’État étaient également au programme.

 

Arrêter l’asphyxie

Symboliquement, à quelques pas de la préfecture d’Amiens, les agriculteurs ont déposé bottes et combinaisons de travail au sol sous le slogan «on rend notre tablier» ou encore «plein les bottes». Parmi les revendications, rappelées par le président de la FDSEA de la Somme, Denis Bully, «une application insuffisante de la loi Egalim 2».
«La loi existe, mais elle n’est pas appliquée. L’État doit prendre ses responsabilités et prendre les mesures qui s’imposent.» Après avoir évoqué le sujet «Egalim», FDSEA et les JA ont plaidé pour «une sortie de la politique de décroissance actuelle». En ligne de mire, la future Pac qui impose plus de surfaces improductives, les ZNT et la demande d’une «mise en œuvre moins oppressante des contrôles en agriculture et l’introduction du droit à l’erreur promis par le chef de l’État». «On ne peut pas aller plus loin. Il faut arrêter d’asphyxier notre profession», a encore défendu Denis Bully, rejoint par le président des Jeunes agriculteurs, Guillaume Clop : «Dans un contexte comme celui-là, comment voulez-vous que des jeunes s’installent ?»

 

Des négociations commerciales très tendues

Attentive aux revendications de la profession, la préfète de la Somme Muriel Nguyen a assuré «avoir entendu les messages», et s’est engagée à «les faire remonter au sommet de l’État». La préfète s’est par ailleurs montrée enthousiaste à l’idée d’effectuer un déplacement de terrain «que vous me proposerez, dans une ferme». Une manière pour la représentante de l’État «d’afficher un soutien et de se rendre compte des pratiques». Les représentants de plusieurs enseignes de grande distribution rencontrés en différents endroits ont, quant à eux, donné le sentiment de ne pas prendre la mesure de la détresse du monde agricole, ou de s’en moquer, rejetant la responsabilité à d’autres ; le tout à quelques jours de la fin des négociations commerciales plus que jamais tendues.

 

La DGCCRF inflige une amende de plus de 19 millions à Intermarché

Le distributeur Intermarché s’est vu sanctionné d’une amende administrative de plus de 19 millions d’euros (M€) «pour non-respect des règles fixées par le Code de commerce en matière de transparence contractuelle», informe le ministère de l’Économie dans un communiqué du 22 février. La sanction prononcée par la DGCCRF (répression des fraudes) porte sur les pratiques d’une centrale d’achat internationale du groupe Les Mousquetaires : la société ITM Alimentaire international. Les agents «ont mis en évidence un manque de traçabilité, dans les contrats signés en France par un grand nombre de ses fournisseurs, des sommes versées par ces derniers à une centrale internationale pour des services de coopération commerciale». Par ailleurs, «plus de 1 100 contrôles» seront effectués par la DGCCRF dans le cadre des négociations commerciales entre les industries alimentaires et les distributeurs qui s’achèvent le 1er mars. Bercy annonce le lancement d’une procédure «envers une centrale régionale d’une autre enseigne» pour des pratiques abusives en matière de pénalités logistiques. Deux autres enseignes sont également soupçonnées «de pratiques illicites» similaires.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’augmentation de prix en vue pour les betteraves qui seront récoltées en 2023, mais des engagements techniques…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde