Aller au contenu principal

Des retenues d’eau possibles sous conditions

Le directeur de l’Agence de l’eau Artois Picardie, Thierry Vatin, n’est pas foncièrement contre la possibilité de créer des retenues d’eau pour lutter contre les phénomènes de sécheresse, mais pose ses conditions.

Avant de donner son aval ou non à la création de retenues artificielles d’eau, l’Agence de l’eau Artois Picardie aimerait travailler le sujet de ses différentes utilisations et les moyens de les réduire.
Avant de donner son aval ou non à la création de retenues artificielles d’eau, l’Agence de l’eau Artois Picardie aimerait travailler le sujet de ses différentes utilisations et les moyens de les réduire.
© Pixabay



Créer des retenues d’eau pour collecter les eaux pluviales et permettre aux agriculteurs de poursuivre leurs travaux d’irrigation lorsque les besoins s’en font sentir, c’est l’idée défendue avec force et depuis longtemps par la profession agricole. En août dernier, l’association des irrigants de France rappelait ainsi que «l’irrigation et le stockage de l’eau sont des solutions pour prévenir et lutter contre les incendies de forêt». Mais l’expérience vécue dans plusieurs régions de France – Caussade, Sivens - est là pour le rappeler : pas facile d’envisager un projet de construction de retenue d’eau sans s’attirer les foudres d’associations environnementales, de collectifs d’opposants en tous genres ou de pouvoirs publics locaux.

«Pas de réponse unique»
Dans la région Hauts-de-France, si l’Agence de l’eau Artois Picardie ne s’oppose pas de manière formelle à la création de retenues d’eau artificielles, son directeur Thierry Vatin émettait quelques réserves sur le sujet, en ce milieu de semaine, à l’heure de présenter le lancement une démarche de concertation autour du futur Schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux 2022-2027 sur le bassin Artois-Picardie : «La réflexion est nécessaire. Il n’y a pas de réponse unique, a ainsi déclaré M. Vatin. Ce qui est sûr, ce que l’on ne peut pas gérer la ressource comme on l’a fait jusqu’à présent.» Partant de ce constat, le responsable de l’Agence de l’eau Artois-Picardie dit vouloir organiser une concertation la plus large possible, sans dogmatisme : «Il ne faut pas être des ayatollah, d’une manière ou d’une autre.» «Si on crée des retenues d’eau, poursuit M. Vatin, on doit le faire de façon judicieuse.»

Partage et économie de la ressource
Pour cela, assure le directeur de l’Agence de l’eau Artois Picardie, «dans les secteurs en tension, il faut que tout le monde se mette autour de la table et que l’on regarde les ressources et les besoins». Prudent dans ses réponses, il rappelle son inquiétude face au risque de rupture du grand cycle naturel de l’eau : «Le risque de laisser chacun capter l’eau dont il a besoin en ne considérant que ses besoins est de rompre le grand cycle de l’eau et de ne plus permettre la recharge des nappes», a-t-il défendu. Et de citer d’autres alternatives à la création de retenues d’eau, à commencer par une utilisation de la ressource plus raisonnée ou l’aide à l’investissement dans des matériels plus économes. Pour l’Agence de l’eau Artois-Picardie, cette seconde option pourrait s’accompagner de la mise en œuvre d’appels à projets dédiés. Quant à Irrigants de France, le discours est pour le moins tranché. En août, l’association appelait ainsi «à libérer la réalisation d’infrastructures de stockage d’eau dans le cadre des projets de territoire afin que ces ouvrages, certes garants de l’activité agricole, soient aussi au service de tous les usager». Ce qui constitue en l’état au moins un point d’accord avec les Agences de l’eau.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde