Aller au contenu principal

Non, toutes les chèvres ne mangent pas des sapins de Noël

Parmi les éleveurs de chèvres de la région, tous ne partagent pas l’initiative qui consiste à « recycler » les sapins de Noël en les donnant à manger à leurs animaux. Explications.

Chèvres et sapins
Actuellement en gestation, les chèvres de la Chèvrerie de Bruyères devraient avoir du sapin au menu jusqu’en février prochain.
© Chèvrerie de Bruyères

Éleveuse de chèvres dans l’Aisne, à Bruyères-et-Montbéraut, Béatrice Chartier n’en revenait toujours du succès rencontré en ce début de semaine par l’une de ses récentes publications sur les réseaux sociaux. L’an dernier à la même époque, elle avait récupéré quelque 250 arbres de Noël. En ce début d’année 2021, elle devrait en récupérer au moins autant, si ce n’est plus. A la tête d’un troupeau d’une trentaine de chèvres, elle profite de la fin d’année pour récupérer auprès de particuliers leurs sapins. « Cela fait trois ans que je fais cela », explique-t-elle. L’intérêt ? Apporter une source de vitamines et d’oligo-éléments à ses animaux. Selon l’éleveuse, les bénéfices de cet apport seraient multiples : « En mangeant les épines, les chèvres font le plein de vitamines. Dans l’écorce, il y a un tanin qui est bon pour leur estomac ». Une fois que les chèvres auront dévoré les sapins, il n’en restera que les branches et le tronc, dénudés. Béatrice Chartier compte environ un sapin pour quatre chèvres. Les arbres sont répartis aux quatre coins de l’enclos pour éviter la lutte entre les animaux. « On leur laisse en général deux jours puis on les retire. L’idée, c’est de leur proposer une cure, pas de leur en donner à longueur d’année ».

Une expérience de court terme

Agissant sur les conseils d’une éleveuse installée dans une autre région, et enthousiaste, Béatrice Chartier souligne quand même quelques points de vigilance : « Tous les sapins ne sont pas comestibles, détaille-t-elle. Il faut trier les sapins que l’on reçoit. Ils doivent être le plus naturel possible, notamment sans neige artificielle ». Si les espèces « norman » et « épicea » se prêtent particulièrement bien à l’expérience, thuyas et ifs sont quant à eux toxiques.

Actuellement en gestation, les chèvres de la Chèvrerie de Bruyères devraient avoir du sapin au menu jusqu’en février prochain. La fabrication de fromages à partir de leur lait ne reprendra quant à elle « que mi-mars », précise Mme Chartier, ce qui éloigne le risque d’imprégnation du lait par un goût résineux. Ailleurs dans la région, d’autres éleveurs se montrent quant à eux plus frileux.

Dans le Nord, à Thiennes, la chèvrerie du Tannay mettait ainsi en garde il y a quelques jours ses clients sur la « valorisation » des sapins par les chèvres. Aurore et Alexandre Loriette expliquent sur leur site Internet « recevoir beaucoup d’appels ces jours-ci pour que les chèvres "valorisent" les sapins de Noël en fin d'utilisation. La cause est noble, mais nous ne voulons pas donner ce genre d'aliment à nos braves chèvres. Les conifères sont potentiellement toxiques pour elles et en aucun cas nous ne risquerons quoi que ce soit ». Si le couple d’éleveurs reconnait que « les chèvres aiment ça », ils freinent les donateurs : « A court terme, c'est bien ! C'est plein de vitamines car les sapins sont encore "frais". C'est également un vermifuge naturel... Mais à plus long terme, des toxines peuvent créer des troubles digestifs et/ou nerveux ».

Des éleveurs très sollicités mais prudents

A la Chèvrerie de Canaples (80), l’expérience conduite par Béatrice Chartier n’est évidemment pas passée inaperçue. Depuis quelques jours, l’éleveur de Canaples Matthieu Vandenbussche explique recevoir « une vingtaine d’appels par jour ». Au bout du fil, des particuliers comme des professionnels cherchant à se débarrasser de leur sapin : « C’est de la folie…, assurait-il en milieu de semaine. Mais je préfère ne pas nourrir mes animaux avec cela. A la rigueur, si je venais à le faire, ce serait avec des animaux qui ne sont pas en lactation, mais mon troupeau va bien jusqu’à présent ».

A Quend (80), à la chèvrerie le Maguette chez Georges Gribauval, les propositions ont été moins nombreuses, mais c’est plutôt bien ainsi, selon l’éleveur : « Deux personnes m’ont proposé leur sapin, mais c’est tout », expliquait-il ce mardi. « Quand j’ai démarré mon activité, je me souviens qu’il y avait un sapin au fond du terrain où je mettais mes chèvres et elles l’ont dépouillé. C’est donc qu’elles aiment cela (rires). Ça peut être un bon délire, mais je ne le fais pas… »

Depuis quelques jours, l’éleveur pratique ce qu’il nomme « une trêve hivernale » ; autrement dit, ses animaux ne sont plus en production et l’élevage est fermé au public. Enfin, en ce qui concerne les sapins, l’éleveur conseille plutôt à ceux qui le sollicitent de se renseigner auprès de la collectivité dans laquelle ils habitent : « Certaines communes comme Fort-Mahon les récupèrent pour stabiliser les dunes de sable ». Plus éloignées du littoral, d’autres collectivités proposent également des points de collecte pour donner une seconde vie aux sapins.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’augmentation de prix en vue pour les betteraves qui seront récoltées en 2023, mais des engagements techniques…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde