Aller au contenu principal

Des simulations de ration plus justes

Avec Systali, les éleveurs, et les nutritionnistes ont à leur disposition une méthode de rationnement qui intègre mieux la complexité des phénomènes biologiques en action lors de la digestion chez les ruminants. Sur le terrain, les conseillers d’Avenir conseil élevage déploient progressivement ce système de calcul grâce à la prise en main du rationneur informatique Rumin’al. Celui-ci permet de coller davantage à la réalité et de gagner en précision.

L’efficacité d’un aliment n’est pas identique d’un animal à l’autre,  et d’une ration à l’autre.
L’efficacité d’un aliment n’est pas identique d’un animal à l’autre, et d’une ration à l’autre.
© D. R.

L’analyse physico-chimique d’un aliment en détermine les teneurs en amidon, en cellulose ou bien encore en MAT... À partir de ces caractéristiques analytiques, des valeurs alimentaires telles que UFL, PDI, digestibilité sont calculées. Ce sont ces données qui permettent d’ajuster la ration d’un troupeau et de mettre en adéquation les besoins nutritionnels et l’objectif de production.

Or, l’efficacité d’un aliment n’est pas identique d’un animal à l’autre et d’une ration à l’autre. Ce niveau d’assimilation peut même varier significativement. Systali intègre tous ces facteurs de variations dans son moteur de calcul afin de limiter les écarts entre la valeur alimentaire calculée et la valeur alimentaire réellement assimilée. «Nous savions que la valorisation des fourrages et des concentrés était variable. Dans certaines situations, pour pallier ce phénomène, les conseillers avaient l’habitude de placer l’objectif de production un peu plus haut afin d’apporter les bonnes quantités à l’auge. Avec Rumin’al, nous avons un outil plus précis puisqu’il prend en compte les variations de valorisation», explique Vincent Claisse, conseiller spécialisé Nutrition à Avenir conseil élevage. 

Ainsi, avec la méthode Systali, les équations de détermination des UF, PDI et dMO ont évolué. Les fourrages ont en moyenne des valeurs légèrement différentes par rapport à l’ancien système (+ 0,05 UF et - 5 PDI). Ces valeurs sont d’ailleurs indicatives puisque Systali s’appuie principalement sur la digestibilité de la matière organique (dMO) de l’aliment qui est ajustée selon le niveau d’ingestion, la proportion de concentrés dans la ration et l’équilibre protéique du rumen (résumé par les sigles BalProRu ou BPR, voir encadré). Néanmoins, même si elles ne sont plus prises en compte dans les calculs de rationnement, les valeurs UF et PDI restent valables pour comparer les aliments entre eux tout comme la dMO. «La Balance protéique ruminale n’est pas un concept nouveau. Les conseillers d’élevage se souciaient déjà de l’équilibre protéique et énergétique de la ration, mais le fait de n’avoir plus qu’un seul critère aide beaucoup dans les simulations puisque les excès ou déficits sont pris en compte immédiatement.» La digestibilité de la ration se dégrade lorsque la BalProRu est négative et une situation très déséquilibrée pénalise l’efficacité de l’azote ingéré et entraîne son gaspillage (augmentation des rejets d’azote). 

L’outil Rumin’al prend en compte le fait que chaque vache ne valorise pas les aliments de la même manière que les autres vaches du troupeau. À l’extrême, une vache qui ingère 13 kg de MS valorise presque toute l’énergie de la ration, la perte n’est que de 0,3 UF.
Une vache qui ingère 28 kg est moins efficace et laisse «filer» l’équivalent de 3 UF, soit 6 à 7 l de lait potentiels. Ces différences de rendement en fonction de la vache résultent de la vitesse de transit ruminal. Une vache à haut niveau d’ingestion a aussi un transit plus rapide au détriment de l’assimilation de l’énergie dans le rumen. Or, les valeurs données dans les tables ou par les analyses sont calculées pour des situations où les interactions sont faibles (niveau d’ingestion favorable, bon équilibre azoté et une quantité de concentré adaptée).

Pour Vincent Claisse, l’utilisation de la méthode Systali retranscrit mieux la complexité de l’alimentation des bovins, «dès qu’un paramètre évolue, c’est l’ensemble des autres valeurs qui changent. Faire une ration à la main en utilisant cette méthode est impossible. Mais avec l’outil Rumin’al, les conseillers d’Avenir conseil élevage ont à leur disposition un outil performant qui offre une meilleure compréhension des résultats techniques et qui peut permettre d’expliquer pourquoi une ration calculée sur le papier ne donnait pas le résultat escompté dans la pratique».

Le rationneur intègre aussi des calculs plus précis sur les besoins et les apports en acides aminés tels que la méthionine et la lysine. Il apporte des niveaux de prédiction élevé pour suivre la qualité de la matière grasse et protéique du lait. Ce sont des éléments précieux pour les éleveurs engagés dans des filières ou des labels de valorisation du lait. Enfin, Rumin’al est aussi capable de calculer des indicateurs environnementaux : rejets azotés, production de méthane…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde