Aller au contenu principal

Télégonflage : des solutions gagnantes

De plus en plus d’agriculteurs s’intéressent au télégonflage. Le spécialiste allemand PTG propose diverses solutions, en travaillant en étroite collaboration avec les concessionnaires.

Les agriculteurs veulent jouer sur la pression des pneus, sans avoir à descendre du tracteur.
© PTG

Pour s’assurer d’être à la bonne pression sur route, qui est gage de sécurité, et pouvoir aussi travailler à basse pression dans les champs, les agriculteurs sont de plus en plus nombreux à s’orienter vers le télégonflage pneumatique. «Cela fait un peu plus d’un an que le télégonflage prend de l’essor», constate Thomas Dallemagne directeur d’agences chez PM-Pro (Anglure et Matougues, 51). Les demandes viennent directement de nos clients qui cherchent des solutions pour limiter le tassement de sol dans leurs parcelles».
L’attrait pour cette technologie est aussi perçu par PTG, filiale du groupe Michelin qui voit ses ventes de systèmes de télégonflage progresser. 
«C’est moins coûteux qu’auparavant car de plus en plus de tractoristes dotent leurs modèles d’usine d’un compresseur de freinage», observe Antoine Verzeaux, dirigeant de la société Verzeaux Sarl, distributeur exclusif PTG. Autrement dit, beaucoup de tracteurs sont déjà partiellement équipés pour le télégonflage.

Sans descendre du tracteur
La société allemande vient en appui auprès des concessionnaires pour proposer différentes solutions allant de la plus simple (système statique ou la version une ligne) à la plus aboutie : la version deux lignes. Exclusive à la société allemande, la version deux lignes s’adapte à toutes les marques de tracteurs. Elle permet d’augmenter, de réduire, ou de modifier la pression des pneumatiques en une dizaine de minutes alors que le tracteur est en mouvement. Et ce, juste en appuyant sur un bouton en cabine grâce au pilotage en isobus sur le terminal du tracteur. C’est l’une des spécificités propres à PTG.
Les pneus étant de plus en plus techniques, «les agriculteurs veulent jouer sur la pression des pneus, sans avoir à descendre du tracteur», confirme Thomas Dallemagne. Le responsable chez PM-Pro constate que le télégonflage séduit principalement pour les chantiers de semis, les travaux lourds et le transport (épandage de lisier par exemple). «Les agriculteurs veulent éviter le jumelage, remarque-t-il. Surtout lorsqu’ils parcourent des distances importantes entre différents sites».
Dans la gamme de solutions proposées par PTG, il y a aussi la version RDS. Avec joints tournant interne sur l’essieu arrière, c’est la solution la plus intégrée. «Son principal atout est que les tuyaux ne passent pas à l’extérieur du tracteur. Le tuyau vient se placer dans l’intérieur de la roue, le joint tournant sur l’arbre. Il est ensuite boulonné sur la trompette», détaille le dirigeant de Verzeaux Sarl. Avec un tel système, l’équipement est non visible de l’extérieur et il n’y a aucun risque d’arrachage des tuyaux. La seule contrainte est que les tracteurs doivent posséder des arbres à crémaillère à l’arrière.

De nombreux atouts
Quel que soit le système choisi, PTG insiste sur les apports d’un tel système. Sur route, les pneumatiques s’abîment moins, leur durée de vie augmente et il n’y a plus de risque d’échauffement voire de détérioration. «Suivant le type de transport, on peut réduire l’usure des pneus jusqu’à 30 %», précise Antoine Verzeaux. Le chauffeur accède également à une meilleure tenue sur route et à une stabilité plus grande dans la conduite. Dans les champs, on exerce moins de pression sur le sol, on diminue la profondeur de l’empreinte, on réduit la résistance et on préserve les sols par un moindre tassement. L’empreinte au sol sera plus étendue, plus longue. Cela impactera aussi sur la traction, qui sera meilleure. Autre grand avantage : la réduction du patinage (jusqu’à
20 %). Enfin, utiliser des pneumatiques à la bonne pression rime avec réduction de la consommation en carburant. «Sur route, il est possible de réaliser plus de  10 % d’économie en réduisant la résistance au frottement», déclare le spécialiste. Cela est encore plus significatif dans les champs : la diminution en carburant est estimée entre 10 et 15 %.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Pour ses premières vendanges, Martin Ebersbach a pu compter sur l’aide de sa famille et de ses amis. Reste tout le travail de vinification à réaliser.  Dégustation de la première coupe de vin effervescent bio d’Ailly-sur-Noye début 2023. 
Une première vendange au Vignoble des Vœux
Pour pouvoir s’installer à la ferme familiale des Vœux, à Ailly-sur-Noye, Martin Ebersbach a planté un vignoble pour y produire…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Pour un échantillon de producteurs suivis par le groupe Carré, les charges de structure se montent à 1 098 €/ha en 2021.
Céréales : des charges de structure bien encombrantes
Depuis 2018, le groupe de négoce Carré réalise un suivi des coûts de production chez plusieurs de ses clients agriculteurs pour…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde