Aller au contenu principal

Des tensions sur la contractualisation entre producteurs et entreprises de semences

Le congrès du maïs, organisé les 21 et 22 novembre à Mulhouse, a été le théâtre de vives tensions sur la contractualisation entre producteurs et entreprises de semences, l’accès à plusieurs assemblées générales ayant été refusé aux journalistes. «On a quelques problèmes de revenu et on veut se le dire en tête-à-tête», a justifié Pierre Blanc, président de l’AGPM maïs semence. Une «recommandation interprofessionnelle» est établie tous les ans par la FNPSMS, sur la base d’«indicateurs partagés» permettant de fixer la rémunération des producteurs. Il s’agit de «trouver un accord interprofessionnel prenant en compte le besoin de compétitivité à l’export», a indiqué en conférence de presse Xavier Thévenot, président de la section maïs et sorgho de l’UFS. Les semenciers sont «conscients des charges qui pèsent sur les agriculteurs français», les mettant «en désavantage compétitif par rapport aux autres bassins de production de semences», selon lui. L’accord interprofessionnel doit aussi prendre en compte un contexte national dans lequel «la valorisation de l’innovation et du progrès génétique a beaucoup de mal à passer». Pour Daniel Peyraube, président de l’AGPM, c’est notamment le retrait de molécules phytos qui pénalise la compétitivité des multiplicateurs. «Depuis trois ans, on a des cours assez bas », a-t-il ajouté.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde