Aller au contenu principal

Elevage
Des vaches allaitantes rondement logées

Depuis quelques semaines, les Salers de Gonzague et Hélène Proot ont pris place dans une Roundhouse®. Le bâtiment rond, développé par ID Agro, répond aux soucis de bien-être de l’éleveur et de l’animal, à la facilité de travail et à plus de rentabilité. 

Voilà dix ans que Gonzague et Hélène Proot rêvaient d’une Roundhouse® pour leur troupeau de trente-et-une mères Salers bio. Aujourd’hui, enfin, la centaine d’animaux a quitté ses vieilles granges peu adaptées et se prélasse dans les 700 m2 de ce bâtiment atypique. «On a changé de siècle. Le travail est fait en une heure désormais, au lieu d’une matinée avant cela», rient-ils aujourd’hui. Leur première motivation ? «L’esthétisme, assure Hélène. C’est ici que l’on vit et qu’on travaille tous les jours. Le cadre est important.» Sa structure ronde et ouverte, sans angle mort, avec un toit en textile de forme fluide, s’intègre parfaitement dans l’environnement. «Il n’y a pas de mur en béton. L’horizon n’est pas coupé», ajoute Gonzague. 

Le choix s’est aussi fait pour le bien-être des animaux. «Les vaches vont à l’herbe six mois de l’année. Ce qui signifie que les six autres mois, elles sont en bâtiment. Il faut qu’elles y soient bien.» L’ouverture sur toute la circonférence, ainsi qu’au centre du toit «garantissent une excellente ventilation, contribuent à un climat sain et à un confort optimal», assure ID Agro, le constructeur. «C’est l’idéal pour éviter les problèmes de respiration», note Gonzague. La table d’alimentation, sur toute la périphérie, offre une large place à l’auge. «Pour nous, c’était important, car on a banni l’écornage.» Même les veaux ont adopté leur nouveau logement. «Ils aiment se coucher contre un mur. Ce doit être un réflexe pour éviter de se faire piétiner. Dans ces parcs, ils trouvent tous une place qui leur convient.»

Le bâtiment est divisé tel un camembert, par parcs, autour d’un îlot central de contention. «C’est très pratique. Pour sortir le fumier, par exemple, il suffit d’ouvrir une porte pour pousser les vaches dans cette aire d’attente centrale.» ID Agro ajoute : «dans cet îlot, il est possible de rassembler et de trier les animaux d’un lot, pour ensuite les rediriger en toute sécurité par une seule personne vers le couloir de contention intégré, les cases ou le camion de transport de bétail.» Il reste à Gonzague d’installer ce couloir de contention, ainsi qu’une balance. «Nous aussi, avons gagné en confort de travail et en sécurité.» 

 

Moins de paille consommée

Gonzague a aussi remarqué que sa consommation de paille avait diminué de moitié pour un même nombre d’animaux depuis qu’ils ont intégré la Roundhouse®. «Comme c’est très ventilé, elle reste sèche. Il y a aussi moins de piétinement.» Les problèmes de pattes devraient être moins nombreux. Ce confort s’est néanmoins mérité. «Pour la construction, je me suis débrouillé seul avec le plan. Il n’y a pas de technicien compétent en France pour ce bâtiment.» La structure métallique entièrement galvanisée à chaud comprend une colonne centrale où sont montées des traverses sur huit côtés. L’assemblage de la structure et de la toiture se fait au sol. L’ensemble est ensuite relevé le long de la colonne centrale, en même temps que les colonnes extérieures s’articulent et se stabilisent en périphérie avant fixation aux fondations/sol. «C’était tout de même une aventure.» Une aventure qui en valait la peine.

 

Pour les allaitantes… Mais pas que

The Roundhouse®, disponible en trois tailles (diamètres de 22 m, 30 m et 45 m), a été développé au départ pour les bovins viande mais se prête aussi très bien à l’élevage de vaches laitières et la gestion de vaches en période de transition, de lots de génisses ou comme toiture pour un carrousel de traite. Le bâtiment est aussi utilisé dans les élevages de moutons, et en engraissement de porc plein-air. Le premier bâtiment Roundhouse de France a vu le jour à l’automne 2017, dans le département de la Creuse. Équipé d’un système de contention intégré circulaire et de cornadis autobloquants et Feston sur le pourtour, celui-ci héberge une cinquantaine de limousine et leurs veaux en système veaux sous la mère bio. Un compartiment du bâtiment est réservé aux veaux avec, de part et d’autre de ce compartiment, deux grands compartiments pour les mères et nourrices. Les veaux ont accès aux mères et nourrices deux fois par jour et ont également accès à un parc extérieur devant leur compartiment.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde