Aller au contenu principal

Désherber avant de fertiliser

Fertilisation et désherbage sont certes indépendants d’un point de vue technique, mais les deux sont liés agronomiquement : si l’azote est apporté sur une culture non désherbée, celui-ci bénéficie autant aux adventices qu’à la culture.

Afin de préserver le rendement de la culture et optimiser l’efficacité des herbicides, il est essentiel de désherber avant, ou dans les jours suivants le premier apport d’azote. Les désherbages précoces préservent le rendement de la culture, surtout par levée précoce de la concurrence des adventices mais aussi par l’optimisation de la fertilisation de la culture. Par ailleurs, ceux-ci sont plus efficaces, les adventices étant jeunes et non stimulées par la fertilisation. En tout état de cause, il ne faut pas laisser plus de deux semaines entre les deux opérations, surtout si aucun désherbage n’a été réalisé à l’automne.
Ce qui ressort des essais mis en place par Arvalis – Institut du végétal à Boigneville (91) lors de la campagne 2009-2010 sur ray-grass est résumé dans le schéma ci-dessous. Le reliquat sortie hiver réalisé mi-janvier était de 30 unités. Les spécialités étudiées ici sont à la fois foliaires et racinaires. Elles réagissent donc un peu avec l’humidité du sol. Les niveaux d’efficacité sont globalement bons à très bons.
Le niveau de fertilisation n’a pas d’influence sur l’efficacité finale. En revanche, la date de désherbage est essentielle à la bonne efficacité. Ainsi, les désherbages précoces (au moment du premier apport) sont les plus efficaces. Pénalisées par le type de produit employé (Archipel : produit majoritairement foliaire) et de possibles relevées, les modalités désherbées à l’automne ont des efficacités inférieures, comprises entre 90 et 93 %.
Ces efficacités restent cependant supérieures de plus d’une dizaine de points aux applications réalisées après le premier apport. Par ailleurs, il est intéressant de noter que ces applications d’automne préservent le rendement de la culture, par une levée précoce de la concurrence.
Toutes les modalités désherbées après l’apport d’azote sont désavantagées, à l’exception du témoin sans apport. Ainsi, les pratiques courantes en matière de désherbage et de fertilisation, pénalisent de 13 qx/ha le rendement (à savoir fertilisation puis désherbage), par rapport à une situation de désherbage avant ou au moment du premier apport.
Au-delà du facteur fertilisation, le plus important à retenir est que les désherbages précoces (à l’automne ou précoces en sortie d’hiver) sur les flores classiques sont techniquement les plus favorables pour préserver le potentiel de la culture. Attention tout de même aux adventices atypiques, qui peuvent germer plus tardivement (folle-avoine, gaillet, ammi majus, etc.) et qui nécessiteront une intervention spécifique.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde