Aller au contenu principal

Betteraves
Déterrage des betteraves : la montée de l'avaleur

Débat à l'assemblée générale du syndicat betteravier de la Somme.

Les constructeurs ont présenté leurs avaleurs de silos.
Les constructeurs ont présenté leurs avaleurs de silos.
© AAP

La seconde table ronde était consacrée au déterrage. En Picardie, 83% des betteraves sont aujourd'hui déterrées et ce pourcentage devrait encore croître sachant que SVI était le seul industriel à ne pas déterrer. La France se distingue en la matière puisqu'elle est le seul pays betteravier où la trémie est très majoritairement utilisée. Néanmoins, l'avaleur commence à prendre une place appelée à se développer. Il y en aura 23 en service cette année pour un peu plus de 80 trémies. Les représentants des trois constructeurs de ce type de matériel : Ropa, Grimme (Kleine) et Holmer ont chacun à tour de rôle présenté les caractéristiques de leurs avaleurs qui étaient par ailleurs exposés  sur le site. Aujourd'hui, les avaleurs sont proposés en 10 m de largeur ou 8 m avec vis découpeur de tas.
Martial Amourette, patron de l'entreprise de travaux agricoles Picardie récolte, travaille avec des avaleurs. Il a témoigné sur l'utilisation de ce matériel. Il y voit plusieurs avantages : économie de carburant (un seul moteur) de personnel (un chauffeur qualifié en moins, celui de la grue), plus de sécurité dans l'utilisation, moins de gêne dans les déplacements sur route, l'avaleur roule plus vite qu'une grue.
Les problèmes, "toujours les mêmes", dit-il, c'est la distance entre les silos et les camions, les fonds de silos souvent irréguliers, la qualité d'arrachage : avoir des betteraves les plus propres possible au départ car le déterreur ne fait que la moitié du travail. La visibilité routière est un autre problème soulevé : "il faut placer le silo en se souciant du positionnement des camions et des autres usagers de la route". Dans le même ordre d'idée, il déplore que l'accès au silo est souvent difficile et ne facilite guère le chargement. "Il faut 15 m d'espace vide autour du silo", insiste-t-il.
Du point de vue coût, l'Asbs a calculé que l'avaleur revient à 1,10 euro la tonne de betterave déterrée, alors que l'on arrive a 1,25 euro pour le tandem trémie grue. Ce qui ferait, à raison de 20 Mt de betteraves déterrées en France en 2012, une économie de 3 millions d'euros. Mais cette économie bénéficie essentiellement aux industriels.
"Il nous faut là aussi discuter sur un plan interprofessionnel pour partager les avantages et inconvénients de l'utilisation de ce type de matériel", commente Dominique Fiévez, président de l'Asbs. "On est habitué à la trémie, plus souple et plus adaptable, mais il faut reconnaître une meilleure qualité de déterrage avec l'avaleur".

Simplification des réceptions :  une expérimentation en 2013

Lors de la dernière campagne, la tare collet a beaucoup augmenté (voir encadré page précédente). "Nous avons du intervenir dans certains cas. Cela a permis de relancer le dossier récurrent de la simplification des réceptions", a déclaré Dominique Fiévez, lors de l'assemblée de l'Asbs. "Après la fin de non recevoir des industriels en 2011, nous avons trouvé une solution pour ne plus avoir de discussions sur ce sujet. Il s'agit de forfaitiser la tare collet, Ce n'est pas l'achat de la betterave entière, mais un calcul permettant de respecter l'équilibre économique entre les planteurs et les industriels", a-t-il indiqué.
Ce calcul part de la tare collet moyenne des cinq dernières années. On mesure ensuite l'écart de richesse entre la betterave décolletée et non décolletée. On tient compte aussi du taux de betteraves malades.
"Bien entendu, il revient aux planteurs de s'assurer de la qualité des betteraves livrées, c'est à dire correctement effeuillées, qualité que l'on observera sur la table de tri en sortie de laveuse. Cette observation se fera sur un échantillon réduit. Le prélèvement sera fait avec une seule sonde au lieu des trois", précise Dominique Fiévez. "La réception gagnera ainsi en fiabilité, il n'y aura plus d'intervention manuelle, et elle sera facilement contrôlable par la présence ou non de feuilles".

Attin va tester le système
Tereos et Cristal Union vont expérimenter cette simplification à titre dérogatoire la prochaine campagne : à Attin et Lillers d'une part, à Sillery et Erstein d'autre part. Et cette expérience fera l'objet d'un suivi interprofessionnel.
"Je suis optimiste. Ce qui va être pratiqué est proche de nos demandes. On pourra étendre le prélèvement à une sonde à condition que le déterrage soit systématique", a commenté Eric Lainé.
Le président de la CGB a par ailleurs soulevé la question du lavage des échantillons qui est, regrette-t-il, souvent source de contentieux. "Nous avons constaté une amplification des pertes au lavage au fur et à mesure que les betteraves livrées sont plus propres. Nous avons donc demandé au fabricants que l'on réduise l'écartement entre le bord du plateau et le corps de la laveuse. Nous attendons la réponse".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
La crise qui secoue la gouvernance de Tereos a-t-elle trouvé une issue ce soir ? Réponse dans les prochaines heures.
Gouvernance de Tereos : Xavier Laude, Jérôme Hary et Gérard Clay confortés dans leur mandat
Saisi en référé, le Tribunal de Senlis a rendu sa décision aujourd'hui sur la capacité de trois membres du conseil de…
Tom Vilsack
Aux Etats-Unis, Biden devrait finalement choisir Tom Vilsack pour l’agriculture
Le président américain élu, Joe Biden, prévoit de nommer l'ancien gouverneur de l'Iowa, Tom Vilsack, au poste de secrétaire…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde