Aller au contenu principal

Deux récoltes en une avec le relay-cropping

Pratique culturale Le Centre d’étude technique agricole (Ceta)  de Romilly-sur-Seine (10), pionnier dans l’expérimentation, teste actuellement le relay-cropping. Deux cultures sont semées avant moisson, sur une même parcelle. Intéressant pour les Cive et la méthanisation.

D’ici mi-mai, du maïs sera semé dans les parcelles d’orges de deux agriculteurs, au nord-ouest de l’Aube.
D’ici mi-mai, du maïs sera semé dans les parcelles d’orges de deux agriculteurs, au nord-ouest de l’Aube.
© CETA ROMILLY-SUR-SEINE

Dans un secteur particulièrement concerné par le développement de la méthanisation, le Ceta de  Romilly-sur-Seine, dans l’Aube, s’intéresse de près aux cultures intermédiaires à vocation énergétiques (Cive). «On produit déjà de la Cive d’hiver, note Sébastien Vatin, conseiller agricole au Ceta, de la Cive de mai, mais on souhaitait développer les Cive d’été, difficiles à produire en raison des stress hydriques estivaux.» Pour produire davantage de Cive, qui ne sont pas, contrairement aux cultures principales, limitées en volume dans les méthaniseurs, le Ceta se tourne alors vers la technique peu utilisée dans la région, celle du relay-cropping. Au lieu de semer après moisson derrière un escourgeon récolté, la culture est implantée au début de l’épiaison, dans la culture en place. 

Une pratique qui demande de semer en intercalaire selon le principe suivant. «En automne, on sème l’orge d’hiver avec un combiné de semis classique, sauf que l’on sème deux rangs sur quatre, avec un semoir à écartement de quinze centimètres ce qui fait que l’on laisse un intercalaire de trente centimètres de large de libre tous les soixante centimètres», décrit le conseiller technique. 

Une démarche volontairement différente de la technique plus habituelle de semer un rang sur trois, pour laisser plus de lumière à la Cive. Après le désherbage d’automne, les cultures intermédiaires sont semées au printemps, dans ces rangs libres. 

 

Des résultats  encourageants

La technique, déjà déployée lors de la campagne de 2020 sur une parcelle d’orge d’hiver de cinq hectares, a donné des résultats encourageants, mais à améliorer. «On a perdu 20 % de rendement dans l’orge d’hiver dans les bandes en relay-cropping, avec des calibrages en dessous des normes et pas mal de population épi.» Côté Cive, l’agriculteur a obtenu un volume de 6,5 tonnes de maïs en matière sèche, 9 tonnes en sorgho. Le tournesol, en sur-maturité au moment de l’ensilage, n’a pas été récolté. La technique reste malgré tout intéressante puisqu’elle permet, analyse Sébastien Vatin, «de récolter de l’orge d’hiver et d’assurer une production de matière.»

Cette année, deux parcelles sont concernées par l’expérimentation : l’une de huit hectares en orge d’hiver, l’autre, sur une trentaine d’hectares en orge d’hiver et de printemps semis d’automne aux Grandes-Chapelles. 

D’ici mi-mai, maïs, sorgho monocoupe et tournesol devraient être semés. Les deux agriculteurs qui testent le relay-cropping ont opté pour 75 % d’une dose pleine pour l’orge d’hiver, au lieu de 50 %. La pratique culturale pour la Cive reste, elle, inchangée, hormis l’évolution dans le semoir (cf. encadré).

Elle pourrait bien intéresser au-delà des agriculteurs qui sont investis dans la méthanisation. «On pourrait, pourquoi pas, envisager une double récolte grains, en orge d’hiver et tournesol grains», espère Sébastien Vatin. De quoi donner du grain à moudre à la trentaine d’adhérents de la structure auboise.

 

Trouver le bon semoir

Pour parvenir à ce résultat, les agriculteurs du Ceta ont été accompagnés par Étienne de Saint-Laumer (product marketing chez Horsch). Ils ont d’abord utilisé, l’an dernier, un semoir prototype de la marque. C’est un semoir porté équipé d’éléments de semis du modèle Avatar avec écarte-ment réglable, permettant ainsi d’éviter l’écrasement sur le rang. Une parcelle de cinq hectares a ainsi été semée en maïs, sorghos et tournesols, avec un résultat variable en fonction des cultures. «Le sol était très dur, la régularité de semis n’était pas optimale et nous avons pu observer un peu de casse de graines, admet Sébastien Vatin. Nous réitérons cette année nos essais, le semoir a été repensé, la société Horsch nous accompagne pour cette campagne avec un nouveau prototype.»  
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La transhumance des moutons dans les prés salés de la baie de Somme est l’occasion d’échanger avec les éleveurs sur les conditions d’exercice de leur métier.
Une marée humaine s’annonce pour la fête de l’agneau
La nouvelle édition de la fête de l’agneau AOP des prés salés de la baie de Somme qui se tiendra ce samedi 16 septembre à Saint-…
Olivier Devillers cultive 4 ha de pommes de terre bio robustes. Un choix  agronomiquement cohérent.
Davantage de pommes de terre robustes dans la plaine
100 % de pommes de terre robustes chez les producteurs bio de la région en 2026. C’est l’objectif de la coopérative Norabio et de…
Déployée sur 3 hectares, la canopée d’une puissance de 2,9 MWc devrait permettre de réaliser une économie en eau de près de 30 % pour les cultures irriguées.
À Brouchy, une canopée agrivoltaïque totalement inédite
Ce 21 septembre, Benoît Bougler inaugurait une canopée agrivoltaïque de 3 ha sur son exploitation de grandes cultures à…
Betteraves : la richesse doit augmenter
Le second prélèvement de betteraves a été réalisé par la CGB Somme, lundi 28 août dans quatorze sites répartis sur l’ensemble du…
betteraves
Cristal Union prêt à accueillir de nouveaux producteurs
Le contexte est porteur et le groupe coopératif assure qu'il dispose des capacités industrielles nécessaires dans ses sites.
Semés plus tard, comparativement aux années précédentes en raison d’une forte pluviométrie printanière, les conditions météorologiques qui ont suivi ont toutefois été favorables à leur développement, «ce qui permettra pour bon nombre  d’éleveurs de se reconstituer un stock».
Bien calculer le prix du maïs sur pied de 2023
L’achat et la vente de maïs sur pied sont une pratique courante dans le département. Pour calculer le juste prix, deux méthodes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde