Aller au contenu principal

Deux salons en un pour les Hauts-de-France

La Région Hauts-de-France a dévoilé en début de semaine son programme de participation au prochain Salon international de l’agriculture, à Paris. La surprise, c’est la réédition d’un salon virtuel comme l’an dernier en parallèle à une présence physique à la Porte de Versailles.

En plus de la présence de la Région et des filières régionales porte de Versailles, un salon virtuel est organisé.
© hautsdefrance.fr

On savait que l’annulation du SIA en 2021 avait créé un vide que la Région Hauts-de-France avait choisi de compenser par l’organisation d’un salon virtuel de l’agriculture. Le succès de cet événement inédit a rencontré un certain succès puisqu’environ 1 million de visiteurs y avaient participé. En 2022, alors que les organisateurs du SIA travaillent à la mise en place d’une «édition des retrouvailles», le Conseil régional des Hauts-de-France fait coup double. La vice-présidente chargée de l’Agriculture, Marie-Sophie Lesne, a en effet annoncé le 15 février un double événement : une présence de la Région et des filières régionales porte de Versailles, mais aussi un salon virtuel à suivre depuis… son salon. La raison de cette initiative ?
«Paris est un rendez-vous important, mais tout le monde ne peut pas s’y rendre, a expliqué Mme Lesne. On garde le meilleur du confinement qu’on choisit de concilier avec une participation parisienne qui est fondamentale».

Critiques sur la politique nationale
Une fois la forme de la participation de la Région présentée, le discours de la vice-présidente régionale se fait plus incisif, d’autant qu’il s’agit d’évoquer l’actualité agricole. Et les sujets ne manquent pas. «Avec l’augmentation des charges qui se poursuit, nous sommes sollicités par différentes filières», rapporte ainsi Marie-Sophie Lesne. Et cette dernière d’exposer ses attentes par rapport à la loi Egalim 2 qui a occupé nombre de débats au cours des derniers jours : «Egalim 2 impose une prise en compte des coûts de production dans la formation du prix. Cela est une bonne chose, quelque chose qui était attendu, mais j’attends maintenant de voir ce que cela va donner…» Évoquant ses « doutes », l’élue nordiste dit attendre également «de voir quelles seront les sanctions infligées à la grande distribution si elle ne respecte pas les règles». Autre sujet, les difficultés rencontrées par plusieurs filières bio : «C’est quelque chose qui nous inquiète, forcément. Ce que les filières bio vivent aujourd’hui nous rappellent qu’il faut se garder d’avoir des discours trop volontaristes. Les conversions doivent être corrélées à la demande». S’appuyant sur les chiffres du dernier recensement agricole, et constatant que l’élevage perd encore des actifs, Marie-Sophie Lesne a rappelé son souhait de «maintenir les soutiens à une profession qui reste fragile».

D’autres rendez-vous déjà en préparation
Si le SIA sera l’occasion pour la Région Hauts-de-France de mettre en avant «ses richesses» agricoles avec ses partenaires, elle devrait aussi en profiter pour partager plusieurs de ses actions en soutien à l’agriculture (plan régional pour l’agroécologie, plan Bio Hauts-de-France, appels à projets Feader pour l’agroalimentaire, aides directes pour l’installation…). Viendront ensuite d’autres rendez-vous professionnels, une fois que le SIA aura refermé ses portes : les assises régionales de l’approvisionnement local le mercredi 4 mai à Lille ; les assises régionales de l’élevage le 11 mai à Lille ou encore les assistes régionales du renouvellement des générations à Amiens, le vendredi 1er juillet…. Car pour Marie-Sophie Lesne et ses collègues de la majorité du Conseil régional, pas de doute : «L’agriculture fait partie intégrante de l’ADN de la région Hauts-de-France et représente un secteur d’avenir». Ces rencontres «grand format» s’ajouteront alors à « près de 250 rencontres et réunions sur les territoires » organisée par la Région pour définir sa stratégie agricole. Et ainsi confortent l’idée selon laquelle cette manière de faire est «inédite» en France.

2022 sera l’édition des «retrouvailles»…et de la politique

Après une édition écourtée en 2020, puis annulée en 2021, les organisateurs de Salon international de l’agriculture (Sia) veulent faire de l’édition 2022 celle des «retrouvailles», ont-ils expliqué lors d’une conférence de presse le 14 février. Pour tenir ce salon - du 26 février au 6 mars - malgré les incertitudes sanitaires, «la volonté agricole n’aurait pas suffi sans volonté politique, et elle était là», a déclaré le président du salon Jean-Luc Poulain à l’adresse du ministre de l’Agriculture. Julien Denormandie est revenu sur le caractère politique de cette édition. «Le salon se tient à la fin des négociations commerciales, ce qui signifie que la préparation du salon, c’est la négociation commerciale», a expliqué le ministre. Pour tenir ce salon, les organisateurs suivront un protocole sanitaire axé sur la ventilation et l’aération des bâtiments. Le port du masque, le pass vaccinal et le service unitaire y seront par ailleurs de rigueur, ont expliqué les organisateurs. Économiquement, le président du Salon se dit «très satisfait» des réservations des professionnels, en termes de mètres carrés et de nombre de présences, rappelant toutefois que «ce ne sera pas le même salon» qu’à l’accoutumé.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’augmentation de prix en vue pour les betteraves qui seront récoltées en 2023, mais des engagements techniques…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde