Aller au contenu principal

Devenez enquêteur ornithologue, le temps d’une journée

Picardie nature propose aux volontaires de participer à une enquête sur les oiseaux marins échoués de la côte picarde, ces 8 et 22 mars.

Enfiler les chaussures de marche, se balader dans les 8 km qui séparent Ault de la Pointe du Hourdel, et surtout ouvrir l’œil, à la recherche de restes d’oiseaux. C’est ce que propose Picardie nature, ces jeudis 8 et 22 mars, avec son enquête participative sur les oiseaux marins échoués de la côte picarde. «L’objectif de l’opération est d’évaluer l’impact de la pollution en hydrocarbures et en macro-déchets sur les oiseaux marins», explique Sébastien Legris, chargé d’étude scientifique observatoire faune.
La mission consiste à observer particulièrement deux espèces indicatrices : le Guillemot de Troïl (Uria aalge), aux allures de petit Pingouin, et le Fulmar boréal (Fulmarus glacialis), que les novices peuvent facilement confondre avec un Goëland. Le premier vit uniquement en mer. «S’il est observé sur la côte, c’est mauvais signe», précise le spécialiste. Il cherche sa nourriture en volant littéralement sous l’eau à l’aide de ses puissantes ailes. Il se nourrit surtout de petits poissons de bancs. Il ne resterait qu’une centaine de couples en France, très menacés par la pollution pétrolière.
Le Fulmar boréal, lui, a une colonie de reproduction au niveau des falaises d’Ault, et il est donc fréquent de le croiser. Il se nourri aussi de petits poissons et de crustacés, et peut plonger jusqu’à 3 m. Beaucoup de ces oiseaux meurent à cause de sacs en plastique retrouvés dans leur estomac.

Recenser les oiseaux
Les observations faîtes sur ces deux espèces peuvent ensuite être généralisées aux autres oiseaux pélagiques (qui vivent en mer, ndlr). «L’enquête permet aussi de recenser le nombre d’oiseaux échoués, toutes espèces confondues», ajoute Sébastien Legris. Un moyen de pouvoir alerter en cas de phénomènes de mortalité inhabituels.
Concrètement, le groupe, d’une petite vingtaine de volontaires, n’a qu’à prévenir le spécialiste lorsqu’il trouve un cadavre. «On prélève avec des sacs, du gel désinfectant pour les mains et tout ce qu’il faut, et on essaie de déterminer les causes de la mort.» Les corps des oiseaux sont ensuite envoyés à l’autopsie, au Gon (Groupe ornithologique et naturaliste du Nord-Pas-de-Calais), à Lille.

Résultats étudiés
Les résultats remontent ensuite à l’AFB (Agence française de la biodiversité), pour renseigner son indicateur. Le but de l’agence : créer un observatoire qui doit mettre en place des suivis à l’échelle d’une sous-région marine, afin de mesurer l’état de conservation des espèces et des habitats en milieu marin, à différentes échelles (locale, régionale, nationale, internationale). Sébastien Legris pourra envoyer son rapport aux participants.
Les chercheurs volontaires sont sûrs de ne pas rentrer bredouille. Le week-end dernier, un groupe a prélevé 70 cadavres. Et en décembre, 150 avaient été trouvés. Les seules exigences à la participation sont d’être un bon marcheur et d’avoir le sens de l’observation.

Infos pratiques

Rendez-vous les jeudis 8 mars et/ou 22 mars.

A 10 heures, devant le casino de Cayeux-sur-Mer.
Prévoir tenue chaude et pique-nique pour le midi.
Fin de la journée prévue vers 16h30.
Inscription deux jours avant au moins, auprès de Sébastien Legris : 07 69 80 39 82 ;
sebastien.legris@picardie-nature.org

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Produire des pulpes de betteraves en abaissant la facture énergétique,  c’est le défi dans lequel s’est lancé le groupe coopératif Cristal Union.
Sainte-Émilie lauréate d’un prix pour la décarbonation
La sucrerie Sainte-Émilie du groupe coopératif Cristal Union figure parmi les 16 lauréats du plan de relance gouvernemental en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde