Aller au contenu principal

A disques ou à dents, quel matériel pour le semis direct ?

Trois Cuma de la Somme et leurs partenaires organisent une journée de démonstration de matériels de semis direct avec leurs constructeurs le mardi 11 août, à Vignacourt.

Jusqu’à une quinzaine de constructeurs sera représentée lors de la journée de démonstration, le mardi 11 août, à Vignacourt, sur l’axe entre Havernas et Vignacourt.
Jusqu’à une quinzaine de constructeurs sera représentée lors de la journée de démonstration, le mardi 11 août, à Vignacourt, sur l’axe entre Havernas et Vignacourt.
© Väderstad

«À disques !» «Non, à dents !» «Puisque je te dis que je préfère à disques...» Si elle tend à se développer, la technique du semis direct n’en reste pas moins un exercice complexe, avec un matériel spécifique à adopter. Pour répondre aux questions de leurs adhérents sur le semis direct, et plus largement d’autres agriculteurs, les Cuma de Belloy-sur-Somme, des Vallois et de Canaples organisent une journée de démonstration de matériels de semis direct, le mardi 11 août, à Vignacourt, entre Amiens, Doullens et Abbeville. La FRCuma Hauts-de-France, la Chambre d’agriculture de la Somme et la FDSEA 80 en sont partenaires. La journée se déroulera en deux temps : travail sur paille broyée le matin (9h30) ; sur paille exploitée l’après-midi (14h). Quant au choix de la parcelle qui a été retenue pour les démonstrations, «on a voulu éviter la facilité, expliquait en milieu de semaine Vincent Lepers, représentant la Cuma de Belloy-sur-Somme et administrateur de la FRCuma Hauts-de-France. Dans des terres limoneuses, tout pousse. Le défi de cette journée de cette démonstration, c’est de voir comment vont se comporter les différents semoirs dans une terre plus argileuse». Entre treize et quinze constructeurs sont attendus lors de cette journée, avec des matériels à disques ou à dents, aux largeurs variables, de 2, 3, 4, 5 ou 6 mètres. Selon le cahier des charges imposé par les organisateurs de la démonstration, chaque semoir devra pouvoir être trainé sans effort par un tracteur de 160 chevaux.

Essayer pour se faire la main
L’idée de ce rendez-vous étant «de se faire la main» avec la technique du semis direct et les différents semoirs présents sur le marché, les trois Cuma organisatrices présenteront des semis de couverts végétaux, implantés après blé. «Les couverts sont un bon moyen pour commencer, estime Vincent Lepers. Ce n’est pas le plus compliqué, mais l’on se doit de les réussir». Pour s’en assurer, la Chambre d’agriculture de la Somme sera chargée de suivre l’évolution des ces intercultures ; un domaine dans laquelle elle s’était déjà exprimée l’an dernier. L’agriculteur lui, dont la Cuma est en réflexion «depuis un peu plus d’un an» autour du semis direct, ne cache pas son enthousiasme et ses questions : «Nous sommes allés voir d’autres agriculteurs qui pratiquent déjà, mais nous devons faire notre propre expérience. Le matériel que l’on achète doit être adapté à nos exploitations, au risque de se planter.» Complexe, le semis direct ? «Ce n’est pas simple, c’est vrai, parce qu’il y a plein de paramètres à considérer, explique M. Lepers. Cela demande de bien connaître son exploitation, les sols qu’on cultive, leur humidité.»

Questions-réponses en direct
Enfin, investir dans un matériel de semoir direct à plusieurs, grâce à une Cuma, est aussi l’opportunité selon Vincent Lepers, d’avoir accès à plusieurs types de matériels : «Fonction des terres ou des cultures, selon les conditions, les besoins peuvent être différents», assure-t-il.
Au sein de chaque Cuma participante, il restera ensuite à définir l’utilité de tel type de semoir ou d’un autre, son utilisation à titre individuel par les adhérents de la Cuma ou avec un chauffeur... et, enfin, quel modèle choisir ? D’abord arrêté sur un type de machine, Vincent Lepers admet avoir quelque peu changé sa réflexion en l’approfondissant. La journée du 11 août, sera pour lui comme pour les autres participants, l’occasion de repartir avec des réponses à de nombreuses questions.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde