Aller au contenu principal

Diversification et anticipation profitent à Tereos

En dépit de la crise sanitaire, le groupe sucrier Tereos semble tirer plutôt favorablement parti de sa stratégie de diversification et de sa capacité à anticiper les crises depuis la fin des quotas.

Alexis Duval, président du directoire de Tereos.
Alexis Duval, président du directoire de Tereos.
© D. R



À l’occasion de la présentation des résultats semestriels du groupe coopératif Tereos, le président de son directoire, Alexis Duval est revenu sur la méthode et les moyens qui permettent à l’entreprise d’afficher un EBITDA semestriel «en hausse» ; et pas n’importe laquelle puisqu’il est en progression de 114 %, à 237 millions d’euros. Parallèlement, la dette nette du groupe est en baisse (- 253 millions d’euros) par rapport à septembre 2019.
Pour expliquer ces performances, Alexis Duval n’y est pas allé par quatre chemins : «La dynamique très positive de nos résultats depuis 2019, dans un environnement européen libéralisé (fin des quotas, ndlr) et marqué par la Covid-19, est le fruit de notre stratégie d’anticipation.» Autrement dit, s’il n’épargne pas au passage les stratégies d’entreprises concurrentes, il assure que c’est bien grâce à «une stratégie d’adaptation» que le groupe s’en sort ainsi. «Avec la fin des quotas, une dépréciation des prix et de nos résultats en Europe, notre marge s’est trouvée divisée par deux, rappelle Alexis Duval. Mais, poursuit-il, depuis 2019, nous avons su la faire progresser régulièrement.» Trois ans après une période de «rupture», le groupe Tereos a, en effet, trouvé un niveau de marge de 12,3 %, «ce qui correspond à ce que nous avions avant la fin des quotas».

40 millions d’euros perdus à cause de la jaunisse
Dans le détail, la performance est à mettre au compte à la fois d’une croissance des résultats des divisions «Sucre et Renouvelables Europe», d’un «dynamisme du marché de l’alcool et sucre et renouvelables international», une «performance opérationnelle record» - les usines du groupe ont augmenté leur productivité -, le tout malgré «un effet de conversion défavorable du fait de la dépréciation du real brésilien». Au Brésil justement, Tereos affirme par ailleurs profiter d’un volume de canne en progression, des prix qui se sont tenus grâce à la contractualisation et le redressement des prix de l’éthanol. Bien que plus incertaines, les activités «amidon et produits sucrants» ne devraient pas être trop marquées par la crise. Quant à l’épisode de jaunisse qui affecte les rendements betteraviers en 2020, il aura bel et bien, quant à lui, un impact financier sur les comptes de la coopérative. Alexis Duval l’estime, au global à 40 millions d’euros sur l’EBITDA, «dont 20 millions sur l’exercice fiscal en cours et 20 millions sur le prochain». Chez ses producteurs adhérents, la coopérative estime la baisse de rendement à 23 % par rapport à la moyenne des cinq dernières années, «avec de fortes disparités régionales», mais pas encore pour l’heure d’incidence sur les surfaces qui seront emblavées pour 2021.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Les productions ne manquent pas dans le territoire de la CC2SO. Les équipes (ici Alain Defosse, président,  et Delphine Damay, en charge du PAT), misent sur le plan alimentaire pour booster la consommation de produits locaux, levier du «bien manger». 
Plan alimentaire à la CC2SO : belle opportunité pour les agriculteurs
Le plan alimentaire territorial qu’a initié la CC2SO prend forme. L’objectif principal est le «bien manger», indispensable à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde