Aller au contenu principal

Dix voies d’adaptation des systèmes fourragers face au changement climatique

Entre hersage, déprimage, étêtage, pâturage tournant, semis et sursemis, vers de terre, trèfle blanc, pâturage au fil et semences, les combinaisons et les solutions sont nombreuses pour adapter la production de fourrage en fonction des conditions climatiques.

Le monde agricole est en première ligne pour constater l’évolution du climat : hivers plus doux et davantage pluvieux, étés plus secs et surtout plus chauds qui s’étalent sur une plus longue période. Peuvent s’y ajouter des contrastes ponctuels tels que des gels tardifs alors que la végétation de la prairie a déjà redémarré et est donc plus sensible. Pour ne pas subir, il vaut mieux anticiper et être acteur. Il est important de prendre en compte différentes voies d’adaptation afin de rester performant. Dix solutions sont envisageables.

 

Favoriser l’enracinement

En prairie naturelle ou temporaire, la première voie d’amélioration consiste à favoriser la profondeur d’enracinement. Cette dernière dépend de la plante, mais aussi de la conduite. En effet, la plupart des graminées renouvellent leurs racines sur deux ans, sauf le ray-grass anglais qui le fait chaque année à l’automne. La profondeur de l’enracinement est en lien avec la hauteur d’herbe. Il est donc conseillé de laisser monter la végétation pour une fauche une fois tous les deux ans. Pour le ray-grass anglais, il faut éviter absolument le surpâturage d’automne, période où la plante renouvelle ses racines. Pour aider la plante à développer ses racines, une seule machine : le ver de terre. Celui-ci brasse les différents horizons de sol, amenant la fertilité davantage en profondeur. Ses galeries verticales seront ainsi empruntées par les racines. Pour finir, le hersage de fin d’hiver arrache les plantes dont les racines sont superficielles comme les pâturins communs ou les agrostis au profit des espèces à racines profondes.

 

Choisir le bon mélange

Les espèces fourragères sélectionnées sont toutes d’enracinement profond. Connaître la biologie de chacune d’entre elles permet de concevoir ou de choisir un mélange pertinent en fonction de la complémentarité des espèces. Cela concerne les différentes dates d’épiaison, les résistances aux périodes froides ou chaudes, les tolérances aux périodes sèches ou humides. Au sein des espèces, des critères variétaux peuvent également être pris en compte telles que la résistance à la sécheresse, au froid, la pérennité, ou encore la dormance pour la luzerne. 

 

En été, favoriser le stock sur pied

Le fourrage récolté par les animaux est, bien sûr, la solution la plus économique. Il serait dommage d’en venir à nourrir ses animaux l’été comme en hiver. La constitution de stocks d’herbe sur pied destinés à être pâturés peut être la solution, mais… avant toute chose, il faut rechercher la qualité. Pour cela, cinq points sont à respecter : avoir fait un déprimage afin d’avoir une végétation dense ; avoir étêté afin d’avoir peu d’épis au profit des feuilles ; avoir une bonne proportion de légumineuses (trèfle blanc, lotier, trèfle violet, hybride, luzerne) ; envisager le pâturage au fil avant et arrière dès que la végétation dépasse 15 cm. Enfin, en cas de prairie temporaire, il est recommandé de prendre en compte les critères variétaux comme la résistance aux maladies, la remontaison ou la tolérance à la sécheresse.

 

Des semis sous couvert

Lors des implantations de prairies, de luzerne, ou encore dans l’itinéraire cultural du méteil et même du maïs, on peut penser aux semis associés, sous couvert, en simultané ou en décalé. Les exemples sont multiples : semis simultané d’orge de printemps et de luzerne ou éventuellement décalé de quelques semaines, semis de printemps de fourragères dans du méteil d’hiver ou céréales d’hiver ; semis de fourragères en inter rang du maïs. Chaque espèce protège l’autre. Il y a certainement de nombreuses combinaisons à inventer ou à réinventer, comme le semis de fourragère dans de la céréale en cours de montaison. Le problème de la mise en œuvre et du machinisme devra, quant à lui, être résolu.

 

Implanter de la luzerne

La luzerne est la meilleure assurance sécheresse et canicule. Son utilisation consiste surtout à constituer des stocks. Mais cette fabuleuse plante aux multiples vertus agronomiques, zootechniques et environnementales est encore plus avantageuse en affourragement en vert : pas de pertes au champ, pas de pertes ni de risques liés à la conservation. Une récolte journalière est ainsi transformée presque instantanément en lait ou en viande. Il faut cependant être équipé ou s’inventer une méthode «maison» telle que le pressage d’une boule, non ficelée et distribuée aussitôt en râtelier.

 

Une alternative : la betterave fourragère

Pour constituer des stocks pour l’hiver, le maïs est une plante fabuleuse, par sa productivité, sa valeur en énergie-amidon, et par son faible coût de récolte ramené à la tonne de matière sèche. Un stress hydrique lors de l’une des phases de l’évolution de la plante peut avoir de graves conséquences. On peut donc répartir le risque en cultivant plusieurs autres plantes annuelles et notamment la betterave fourragère. Si en cours de saison l’eau vient à manquer, ou si la chaleur devient excessive, la betterave semble se faner. Toutefois, elle redémarre avec une extraordinaire vigueur dès que la chaleur baisse et que les pluies de fin d’été arrivent. L’introduction de la betterave permet de diversifier la rotation, de diversifier la ration des animaux, de mieux répartir les pointes de travaux dans les champs. Quelques chiffres sont à retenir pour cette espèce : 1,15 UFl pour une production de 100 tonnes par hectare et surtout un faible encombrement (0,6 UEL). La betterave peut être pâturée au fil dès la mi-août et ainsi limiter le surpâturage des prairies à l’été et à l’automne. 

 

Penser aux dérobées

Les cultures dérobées fourragères sont une solution pour produire du fourrage supplémentaire en intersaison, destiné à être stocké ou pâturé. Leur exploitation peut avoir lieu à la fin de l’été ou à l’automne, mais également au printemps, ou bien à la fois en été-automne et au printemps. L’usage peut être le pâturage ou la fauche ou les deux. Il faut néanmoins surveiller que les dérobées utilisées au printemps ne pénalisent pas la culture suivante, et prendre en compte la réserve en eau du sol, sa fertilité et la date de disponibilité de la parcelle. On associera alors trois ou quatre espèces. Dans tous les cas, la qualité de la semence et les soins à l’implantation sont essentiels.

 

Cultiver du méteil

Il existe plusieurs types de méteil. Celui que l’on emploie communément aujourd’hui est un mélange d’au minimum une céréale à paille et d’une légumineuse à grosse graine. Il y a au moins cinq céréales utilisables et trois légumineuses. Le méteil, quant à lui, peut être d’hiver (semé à l’automne et récolté au printemps), de printemps (semé au printemps et récolté en été), ou d’été (semé en été et récolté avant l’hiver). Celui-ci peut être récolté plantes entières en ensilage ou en grain sec ou inerté. Le nombre de combinaisons possibles est donc très large. Les constituants sont souvent choisis pour être peu exigeants en eau ou consomment de l’eau en période où celle-ci ne manque pas ou peu (sauf pour le méteil semé en été). Bien sûr, après récolte du méteil, il n’y a pas de repousse. Or, souvent, le sol dispose d’une bonne réserve en eau, d’une bonne température et d’un bon reliquat azoté après cette récolte. Au printemps, alors que les journées sont longues, il sera possible de semer dans le méteil des espèces fourragères graminées et/ou légumineuses. Il existe d’autres possibilités de culture sous couvert comme le semis de prairie au printemps dans du méteil d’hiver ou le semis de prairie dans du méteil de printemps ou d’été. Ces techniques sont particulièrement intéressantes lorsque l’on implante des espèces lentes d’installation (fétuque, dactyle, fléole). 

 

Raisonner l’aménagement parcellaire

Les animaux sont souvent mieux à l’extérieur que dans un bâtiment. Néanmoins, pour le confort des animaux et leur performance zootechnique, il faut parfois repenser l’aménagement des prairies avec, par exemple, des points d’eau bien répartis, des haies coupe-vent,  des arbres «parasol», des chemins faciles d’accès, du pâturage tournant. Et surtout, dès que l’herbe vient à manquer, il est nécessaire de concentrer les animaux sur une petite parcelle afin d’éviter le surpâturage des autres parcelles.  L’idéal est d’affourrager à l’ombre. 

 

Constituer des stocks tampons

Il est essentiel de disposer de stocks de secours qui vont se conserver sur une longue durée : paille, foin et céréales peuvent permettre de passer les périodes difficiles. Elles sont d’ailleurs faciles et peu coûteuses à conserver d’une année sur l’autre, et constituent une assurance.

Hersage, déprimage, étêtage, pâturage tournant, semis et sursemis, vers de terre, trèfle blanc, pâturage au fil et semences sont des «mots» qui ne sont pas nouveaux. Comme un jeu de cartes, il convient de les rebattre pour les adapter à ce nouveau contexte climatique. Les combinaisons et les solutions sont nombreuses. À chacun d’être imaginatif et de mettre tous les atouts de son côté pour mieux maîtriser ces aléas climatiques.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Pour être juste, le prix d’un maïs sur pied s’établit en fonction du rendement  en grain, de la cotation sur le marché et de la culture qui sera implantée  par la suite.
Quel prix pour le maïs sur pied en 2021 ?
L’achat et la vente de maïs sur pied sont une pratique courante dans le département. Pour calculer le juste prix, deux méthodes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde