Aller au contenu principal

Domart-Corbie : moins d’impôt et de charges sociales en lissant le revenu

Echos des dernières assemblées cantonales de la Fdsea.

© AAP


Une quinzaine d’agriculteurs étaient présents dans la soirée du 30 janvier à la salle des fêtes de Saint Léger-les-Domart pour l’assemblée générale du canton présidée par Christophe Lenglet en présence de Olivier Thibaut, vice-président de l’Uplp. Dans un premier temps, Christophe Lenglet a souhaité revenir sur les acquis syndicaux de l’année, soulignant au passage le travail réalisé par les responsables départementaux ou les responsables des sections et des commissions de la Fdsea. «Au fil des années, cela reste compliqué de négocier comme le montre l’évolution du prix du lait et la pression mise sur les industriels», a-t-il rappelé.
Pour le canton de Corbie, c’est au lycée Ste Colette qu’une vingtaine d’agriculteurs se sont retrouvés à l’invitation de Philippe Blootacker, président cantonal, le 7 février en présence de Simon Catteau, secrétaire général adjoint. La première partie de l’assemblée a été consacrée à des commentaires sur la loi d’avenir et sur le dossier "1000 vaches". «Nous avons beaucoup de crain­tes sur le passage des aides par les régions prévu par la loi d’avenir car les projets de la profession ne correspondront pas forcément avec ceux des conseillers régionaux. Cependant, nous avons des atouts à faire valoir afin de bénéficier de l’effet levier des aides publi­ques», a-t-il expliqué. Concernant le projet "1000 vaches" qui, la veille de cette assemblée, a fait l’objet d’une forte mobilisation lors de la réunion d’informations organisée à Abbeville par les opposants : «Nous regrettons la dérive idéologique de l’association et la mauvaise image donnée aux éleveurs qui entrave leurs projets», a précisé Simon Catteau.

Anticiper les variations de revenu
Anticiper les variations de revenu : tel était le sujet qu’ont souhaité aborder les deux présidents de cantons. Stéphane Lefever, juriste en droit des sociétés à la Fdsea, a averti d’emblée sur la disparition progressive des outils existants. Il a beaucoup insisté sur l’anticipation «car il y a de l’argent à gagner» selon son expression. Pour anticiper, l’idéal est de réaliser un prévisionnel de trésorerie et de le mettre à jour régulièrement et de s’imposer quelques règles simples afin d’adapter son revenu à la variation annuelle.
La première règle consiste à bien définir son objectif de résultat. Ensuite, il est impératif de bien prendre en compte tous les facteurs économiques liés au fonctionnement de l’exploitation. Enfin, il faut anticiper la gestion sociale et fiscale.
En termes de gestion, Stéphane Lefever a mis en avant trois points clefs sur le financement. D’abord, financer à 100 % son besoin en fonds de roulement. En second lieu, être en capacité de financer une marge de sécurité de l’ordre de 10 à 15 % de la valeur ajoutée pour pallier aux variations de prix et aux imprévus. Enfin, pouvoir assurer la croissance de l’exploitation.
«Ne pas oublier de gérer en fonction de la date de clôture, d’anticiper ou de retarder certaines charges en fonction de l’objectif du résultat, de bien gérer ses amortissements, de jouer sur les stocks de produits de l’exploitations et enfin de lisser le revenu par la moyenne triennale par exemple ou par la DPI / DPA», a-t-il précisé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde