Aller au contenu principal

Dominique Dereumaux, le sens inné de la pédagogie

Dominique Deremaux est à la tête de la ferme pédagogique «Sucrine et Féculine» depuis 2004. Portrait.

© AAP

Il est des bonheurs d’enfance que l’on n’oublie jamais.Dominique se souvient encore de Brigitte et Agnès, qui tenaient la ferme tout en bas de sa rue, et qui l’accueillaient bras ouverts. C’est avec elles qu’elle a fait ses premiers pas dans les étables, les basses cours et les champs. Comme tout enfant, sa passion alors se concentrait sur les animaux. Plus de 40 ans après, Dominique n’a rien perdu de cette passion, mais c’est elle aujourd’hui qui, en compagnie de sa fille, joue les guides de ferme auprès des enfants et d’adultes handicapés ou souffrant d’Alzheimer.
Tout commence par une rencontre avec un agriculteur, qui deviendra son époux. Après avoir fait des études de secrétariat et avoir passé des stages d’animation, elle découvre avec lui les «coulisses» d’une ferme. «J’ai tout appris avec lui», dit-elle tout sourire. Heureuse qui comme Ulysse a fait un beau voyage, une idée la chiffonne pourtant : l’image déformée qu’ont les gens sur le métier d’agriculteur.
«Pour beaucoup, l’agriculteur est considéré comme un pollueur, plutôt sale, pas très éduqué, qui n’a le temps de rien...Je voulais casser cette image et remettre les choses à leur juste place», raconte-t-elle.

Il était une fois «Sucrine et Féculine»
Pour ce faire, rien de mieux qu’une communication à travers une ferme pédagogique. «Sucrine et Féculine», est portée sur les fonts baptismaux en 2004, après avoir reçu tous les agréments (Inspection académique, Ddass, Draaf, Office de tourisme, Jeunesse et sports, pompiers) et être en conformité avec les normes relatives à l’accueil du public. Le tout agrémenté d’une formation avec la Chambre d’agriculture de la Somme pour des cours d’économie, de préparation d’accueil du public et des attentes des enseignants.
Si les grandes lignes sont fixées, ce travail requiert une adaptation permanente et une inventivité constante pour se renouveler et surprendre enfants et adultes. Il suffit de pénétrer dans le hangar et la salle pédagogique pour comprendre. Avec des bouts de cartons, des graines, de la paille, des coquilles, des plumes, des verres, des images... Dominique crée un univers entier. Tout est astuce, ludique et fait main. Et quand elle vous montre comment se fait la farine, avec une vieille machine qui fait un tintouin d’enfer, des graines de blé et un tamis, vous retrouvez instantanément votre âme d’enfant, avec une seule envie en tête : qu’elle recommence !
Mais derrière l’aspect ludique et des trouvailles d’une simplicité biblique, il y a des heures de travail et beaucoup de rigueur. Pour préparer un atelier d’une demi-journée, Dominique peut y passer une heure comme plusieurs jours, selon le thème.«Il faut être réactif, toujours vérifier ses informations, avoir de la rigueur pour assurer la sécurité du public et du tempérament pour faire respecter les règles auprès des enfants», dit-elle. Si ce n’est pas toujours chose aisée, les bons moments partagés avec eux dominent largement. «Quand je vois les enfants ou des adultes handicapés repartir avec le sourire jusqu’aux oreilles, cela vaut tout l’or du monde. C’est cette émotion qu’ils ressentent alors qui me fait continuer», confie-t-elle.
Et une émotion qui la pousse à faire travailler son cerveau jour et nuit pour trouver de nouveaux ateliers dignes de susciter l’intérêt de son public. Même si cette activité ne dégage pas un revenu en soi, elle attire son monde, au point que Dominique se voit contrainte de refuser parfois du monde. Son secret ? Outre une bonne préparation et un travail de réseau conséquent lors de ses débuts, «ici, on prend les enfants pour de vrais enfants et pas pour des adultes».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Au cours des mois de janvier et de février derniers, plusieurs agriculteurs ont été verbalisés pour avoir réalisé  des épandages de produits organiques dans leurs parcelles. 
Un excès de zèle de l’OFB qui agace les agriculteurs
Lors de la dernière session de la Chambre départementale d’agriculture, ses élus ont regretté les méthodes et motifs d’…
Un nouveau magasin de produits locaux à Corbie
Vincent Dufrenoy ouvrait une nouvelle boucherie et magasin de produits locaux à Corbie ce 1er avril. On y a fait un tour !
La période de l’intercampagne est propice pour nettoyer et désinfecter locaux et matériels.
Pommes de terre : faire le grand nettoyage de printemps
Si cela n’a pas déjà été fait lors de la dernière intercampagne, il faut absolument procéder cette année  à un grand nettoyage…
170 exploitations agricoles couvrant environ 30 000 hectares ont obtenu le label d’agriculture de conservation «Au cœur des sols».
Déjà 30 000 hectares labellisés «Au cœur des sols»
Les agriculteurs de l’Apad fêtent la première année d’existence de leur label d’agriculture de conservation des sols «Au cœur des…
Les détenteurs du Certiphyto pourront vacciner contre la Covid-19
La liste des personnes autorisées à administrer des vaccins contre la Covid-19 s'allonge puisque les détenteurs du Certiphyto…
Produire de la Pompadour, ce n’est que de l’amour
La variété Pompadour sait se faire désirer et c’est ce qui rend sa culture intéressante aux yeux des six producteurs picards…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde