Aller au contenu principal

Sortie
À Doullens, des fleurs parmi les vieilles pierres

Qu’on l’appelle «Journées doullennaises des jardins d’agrément» ou «Fête des plantes», cela importe peu tant que l’événement qui doit réunir une cinquantaine d’exposants dans la citadelle de Doullens puisse avoir lieu et rencontrer son public ces 29 et 30 mai. 

Président de l’association des Journées doullennaises des jardins d’agrément (JDJA), Jean-Claude Marzec trépignait d’impatience jusqu’à il y a encore quelques jours à l’idée de voir la 34e édition de la Fête des plantes se tenir ce week-end. Et peu importe si d’autres événements ont lieu en même temps, à Doullens, on a des arguments de poids pour faire venir les visiteurs. La nouveauté de cette édition reste forcément la mise en place d’un protocole sanitaire strict et le respect des gestes barrières compte tenu d’un contexte sanitaire fragile, mais le cadre retenu reste le même : la Citadelle de Doullens, qualifiée de «plus ancienne citadelle de France», et «l’une des plus vastes citadelles Renaissance». 

 

Jusqu’à 60 exposants présents

À l’intérieur, ils seront entre 50 et 60 exposants, «pépiniéristes producteurs animés par la volonté de faire découvrir de nouvelles variétés et de diffuser des végétaux de qualité», dixit les organisateurs, pour participer à ce grand rendez-vous horticole ouvert au grand public. «De France et de Belgique, ils (les exposants) viendront à la rencontre d’un public en quête d’une plante pour leur jardin, leur terrasse ou leur intérieur», explique l’association des journées doullennaises des jardins d’agrément. 

Pour d’autres, cette fête des plantes sera aussi l’occasion de (re)découvrir les deux murs végétaux qu’abrite la Citadelle de Doullens, réalisés il y a vingt-cinq ans par le botaniste Patrick Blanc, et entretenus depuis par les organisateurs des JDJA. D’autres, enfin, y trouveront l’opportunité d’écouter la conférence de Cédric Basset. Collecteur de plantes au Japon, en Chine, en Indonésie et dans l’Himalaya, il évoquera samedi 29 mai dans l’après-midi (15h30) l’importance de la biodiversité dans les jardins occidentaux.

 

Conseils, conférence et ateliers

Rendez-vous où l’on pourra découvrir et acheter des plantes de toutes sortes, les journées ne se résument toutefois pas qu’à cela, qu’on se le dise. Pour ses organisateurs, «amateurs éclairés et collectionneurs de plantes», la tenue de ce rendez-vous ne serait pas tout à fait la même si elle n’était pas un peu militante. Intitulé «Jardiniers… au secours de la terre», le thème retenu en dit effectivement long sur son esprit. Ce que Jean-Claude Marzec ne cache pas : «Les préoccupations environnementales sont en tête des pensées actuelles et plus que jamais de notre fête des plantes», assurait-il lors de la présentation de l’événement. Parmi les initiatives destinées à donner son empreinte à la fête, on peut citer des ateliers de permaculture proposés par l’association ateliers de permaculture seront proposés par l’association Le jardin bioquesnois afin d’expliquer «comment cultiver son jardin d’agrément ou son potager sans utiliser d’intrant chimique» ; un choix de plantes sauvages à feuillage persistant pour épurer l’air et favoriser la captation du CO2 ou encore une exposition temporaire (29 mai - 30 octobre) au sein même de la citadelle. À l’heure où «la diversité végétale est compromise par des destructions de plus en plus fréquentes, accidentelles ou volontaires en Océanie, en Asie ou bien encore en Amérique du Nord», les valeureux organisateurs des Journées doullennaises des jardins d’agrément veulent montrer qu’il est quand même possible d’agir localement par quelques petits gestes, en joignant l’utile à l’agréable.

 

Infos pratiques 

Samedi 29 et dimanche 30 mai
Citadelle de Doullens, Côte d’Amiens 80600 Doullens
Renseignements : 06 07 27 68 79
Site officiel : www.jdja.net
De 9h30 à 19h
Entrée : 6
- Pass 2 jours : 8 ; gratuit pour les moins de 15 ans
Restauration sur place
Parking gratuit
Les chiens sont admis, tenus en laisse
Exposition temporaire «Jardiniers... au secours de la terre», du 29 mai au 30 octobre 2021
www.lacitadellededoullens.fr 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Pour ses premières vendanges, Martin Ebersbach a pu compter sur l’aide de sa famille et de ses amis. Reste tout le travail de vinification à réaliser.  Dégustation de la première coupe de vin effervescent bio d’Ailly-sur-Noye début 2023. 
Une première vendange au Vignoble des Vœux
Pour pouvoir s’installer à la ferme familiale des Vœux, à Ailly-sur-Noye, Martin Ebersbach a planté un vignoble pour y produire…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde