Aller au contenu principal

Doux : actualité à rebondissements

L’association des éleveurs du Nord de la France réunit son conseil d’administration.

Philippe Traché : «L’association 
est là pour défendre notre filière, collectivement nous serons 
plus forts».
Philippe Traché : «L’association
est là pour défendre notre filière, collectivement nous serons
plus forts».
© AAP

Créée le 9 juillet dernier, l’association des éleveurs de volailles du Nord de la France a pour but de fédérer et de défendre les intérêts des éleveurs de volailles du Nord Pas de Calais et de Picardie fournisseurs du groupe Doux. Le président de l’association, Philippe Traché, a réuni son conseil d’administration le 16 juillet. A l’ordre du jour, plusieurs points d’actualité. En effet, dans l’affaire Doux, l’actualité est riche en rebondissements !
Les éleveurs, déjà très pénalisés par les créances rencontrent à présent des difficultés avec certains fournisseurs : d’une part les fournisseurs de gaz, qui exigent des paiements «au cul du camion» pour livrer, d’autre part l’aliment qui arrive au compte-goutte. Impossible pour les éleveurs d’avoir une visibilité dans ce contexte. Dans ce climat déjà tendu, est venu s’ajouter cette semaine un problème avec un transporteur qui emmène les animaux des élevages vers l’abattoir. Les éleveurs ont reçu un courrier exigeant le règlement des transports qui auraient dû être payés par Doux. Le transporteur en question justifie sa demande en faisant référence à la loi Gayssot qui permet à un transporteur de se faire payer par l’expéditeur ou le destinataire en cas d’incapacité du donneur d’ordre. Le conseil d’administration, alerté par de nombreux éleveurs, a immédiatement sollicité la Fnsea. Les transporteurs étant créanciers de Doux, cette demande n’a pas lieu d’être. Aussi, la Fnsea demande à ce que les éleveurs ne paient pas cette facture de transport. Cette information doit être relayée sur le terrain : ne payez pas ces factures !
Chaque jour, les éleveurs vont de «surprises en surprises». Dans ce contexte, il est difficile de ne pas céder à la panique. L’association des éleveurs de volailles du Nord de la France est là pour centraliser les questions et apporter des solutions aux éleveurs. «Il existe une filière dans le Nord de la France, avec plus de cent éleveurs, un abattoir et des emplois. L’association est là pour défendre cette filière, insiste Philippe Traché. Si vous êtes concernés par le problème Doux, vous pouvez adhérer à l’association car c’est collectivement que nous serons plus forts».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

mildiou pomme de terre
Un plan européen de lutte contre le mildiou réclamé

L’hiver et le printemps pluvieux ont favorisé le mildiou qui s’attaque aux cultures. Huit organisations demandent un plan d’…

Escaudoeuvres Tereos Agristo
Le projet d’Agristo sur l’ancien site Tereos d’Escaudoeuvres (59) en consultation publique

L’industriel belge Agristo est le troisième à dévoiler un peu plus les contours de sa future usine implantée sur le sol des…

Il faudra attendre un certain nombre de jours de beau temps pour pouvoir retravailler certaines parcelles et évaluer les pertes.
Coulées de boue : les agriculteurs ne veulent pas porter le chapeau

Les inondations qui ont touché la vallée de la Somme fin de semaine dernière relance le débat sur la prévention du phénomène d…

La coopérative Sodiaal a un nouveau président

Le conseil d’administration de la coopérative Sodiaal, réuni ce mercredi 19 juin à Pau à l’occasion de l’Assemblée…

L'alliance rurale élections européennes Schraen Lassalle
Une défaite au goût amer pour l’Alliance rurale et des conséquences pour la chasse

Initiateur de la liste L’Alliance rurale, candidat en troisième position, le nordiste Willy Schraen dresse un constat amer de…

En raison des mauvaises conditions climatiques, au semis puis au printemps, le potentiel de rendement des céréales à paille  est dégradé.
Un potentiel dégradé en céréales à paille pour la France

Pluies et manque d’ensoleillement ont grevé le potentiel des céréales à paille ; le rendement de l’orge d’hiver est déjà…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde