Aller au contenu principal

Doux : actualité à rebondissements

L’association des éleveurs du Nord de la France réunit son conseil d’administration.

Philippe Traché : «L’association 
est là pour défendre notre filière, collectivement nous serons 
plus forts».
Philippe Traché : «L’association
est là pour défendre notre filière, collectivement nous serons
plus forts».
© AAP

Créée le 9 juillet dernier, l’association des éleveurs de volailles du Nord de la France a pour but de fédérer et de défendre les intérêts des éleveurs de volailles du Nord Pas de Calais et de Picardie fournisseurs du groupe Doux. Le président de l’association, Philippe Traché, a réuni son conseil d’administration le 16 juillet. A l’ordre du jour, plusieurs points d’actualité. En effet, dans l’affaire Doux, l’actualité est riche en rebondissements !
Les éleveurs, déjà très pénalisés par les créances rencontrent à présent des difficultés avec certains fournisseurs : d’une part les fournisseurs de gaz, qui exigent des paiements «au cul du camion» pour livrer, d’autre part l’aliment qui arrive au compte-goutte. Impossible pour les éleveurs d’avoir une visibilité dans ce contexte. Dans ce climat déjà tendu, est venu s’ajouter cette semaine un problème avec un transporteur qui emmène les animaux des élevages vers l’abattoir. Les éleveurs ont reçu un courrier exigeant le règlement des transports qui auraient dû être payés par Doux. Le transporteur en question justifie sa demande en faisant référence à la loi Gayssot qui permet à un transporteur de se faire payer par l’expéditeur ou le destinataire en cas d’incapacité du donneur d’ordre. Le conseil d’administration, alerté par de nombreux éleveurs, a immédiatement sollicité la Fnsea. Les transporteurs étant créanciers de Doux, cette demande n’a pas lieu d’être. Aussi, la Fnsea demande à ce que les éleveurs ne paient pas cette facture de transport. Cette information doit être relayée sur le terrain : ne payez pas ces factures !
Chaque jour, les éleveurs vont de «surprises en surprises». Dans ce contexte, il est difficile de ne pas céder à la panique. L’association des éleveurs de volailles du Nord de la France est là pour centraliser les questions et apporter des solutions aux éleveurs. «Il existe une filière dans le Nord de la France, avec plus de cent éleveurs, un abattoir et des emplois. L’association est là pour défendre cette filière, insiste Philippe Traché. Si vous êtes concernés par le problème Doux, vous pouvez adhérer à l’association car c’est collectivement que nous serons plus forts».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les deux dernières minutes de la conférence de presse de rentrée de la ministre de la Transition écologique ont d’abord jeté un froid dans la filière betteraves avant de déchaîner les passions sur les réseaux sociaux.
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s’est exprimée contre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde