Aller au contenu principal

DPA : plus de souplesse DPI : moins de possibilités

Les déductions pour aléas et pour investissement viennent d’être modifiées par le parlement.

Les déductions pour investissements et pour aléas sont des dispositifs permettant de lisser le revenu en mettant de côté des sommes destinées à être utilisées en cas de coup dur. La nouvelle version adoptée par le Parlement, change la donne à partir des clôtures comptables du 31 décembre 2012. Depuis plusieurs années, la DPI avait été largement utilisée par les agriculteurs pour corriger les variations de revenus. La réforme en corrige les abus constatés sur les acquisitions de matériels. Quant à la DPA, elle acquiert plus de souplesse.

Un plafond global de 27 000 €
Désormais, les déductions pour aléas et pour investissement bénéficient d’un plafond commun et global de 27 000 € par période de 12 mois et ce dans la limite des revenus de l’exercice. Auparavant, le plafond maximum de la DPI était de 20 000 € et celui de la DPA de 23 000 €. Dans les cas des Gaec et Earl, ce plafond est toujours multiplié par le nombre d’associés exploitants, avec une limite fixée à trois associés. Par contre, pour un exploitant individuel ou une Scea, le plafond est unique.

Un encours global de 150 000 €
Les nouvelles DPI et DPA ne doivent pas dépasser un plafond cumulé d’en cours de 150 000 €. Ce plafond est également multiplié dans les GAEC et les EARL par le nombre d’associés exploitants sans pouvoir excéder trois (450 000 euros maximum). Ce plafond intègre toutes les DPI en stock sur l’exploitation et non encore affectées. Il faut vérifier à la fois les encours de DPI et de DPA non affectés et le total des DPI qui, après avoir été affecté sur immobilisations, reste à réintégrer.

Utilisation de la DPI
A compter du 31 décembre 2012, les sommes déduites du revenu en vue d’une DPI ne pourront plus être affecté sur des biens amortissables : matériel, bâtiment, installation. Par contre, les affectations de DPI pourront continuer d’être utilisées sur les parts sociales et les stocks à rotation lente. Par contre, les DPI inscrites en compte avant le 31 décembre 2012 pourront toujours être affectées sur des biens amortissables, tels que du matériel roulant ou des bâtiments.

Obligation d’épargne de 50 %
Deux mesures viennent alléger l’utilisation de la DPA : l’assurance, notamment celle de l’assurance récolte, n’est plus obligatoire et l’obligation d’épargne imposée par la DPA est ramené à 50 % au lieu de 100 % antérieurement. Cette somme doit être bloquée sur un compte bancaire spécifique dans les 6 mois de la clôture de l’exercice comptable.

Un délai de 7 ans
Le délai d’utilisation des sommes boquées est ramené de 10 à 7 ans. Ce qui implique que l’épargne devra être utilisée au cours des 7 exercices qui suivent son inscription en compte. Autre nouveauté, les éleveurs pourront constituer de l’épargne pour les stocks de fourrage.

Ce qui ne change pas pour la DPA
L’exploitant peut toujours utiliser l’épargne DPA pour la survenance d’aléa d’origine climatique, sanitaire et naturel non couvert, mais reconnu par l’administration, pour le règlement de primes et cotisations d’assurance et des rachats de franchises correspondantes aux aléas.
Un retrait est également prévu en cas d’aléa économique qui doit être égal à une baisse de 10 % de la valeur ajoutée par rapport aux trois exercices précédents. La réintégration anticipée n’est pas possible. Si la déduction est utilisée hors aléas, elle est réintégrée au résultat et majorée d’une pénalité de 0,40 % par mois.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde