Aller au contenu principal

Du Département au Sénat, le pari de Laurent Somon

Président du Conseil départemental de la Somme, Laurent Somon a annoncé être candidat aux prochaines élections sénatoriales. Parmi ses colistiers, un ancien agriculteur.

La liste conduite par Laurent Somon (au centre) est composée de Georges Dufour, Françoise Maille-Barbare, Isabelle de Waziers, et Alain Baillet.
La liste conduite par Laurent Somon (au centre) est composée de Georges Dufour, Françoise Maille-Barbare, Isabelle de Waziers, et Alain Baillet.
© V.F.

Un président peut-il cacher un sénateur ? Laurent Somon en fait le pari. Fin de semaine dernière, c'est depuis la terrasse d'un restaurant surplombant le canal de la Somme et les hortillonnages d'Amiens que l'actuel président du Conseil départemental de la Somme a lancé sa campagne pour les prochaines élections sénatoriales.

Celles-ci auront lieu le 27 septembre prochain et Laurent Somon prend la mesure de la tâche qui s'annonce pour rejoindre le Palais Bourbon. Il sera accompagné de quatre colistiers : Isabelle de Waziers, Georges Dufour, Françoise Maille-Barbare et Alain Baillet.

Pourquoi se présenter ?

Vétérinaire de formation ayant exercé en zone rurale, élu local « depuis plus de 30 ans », maire de Bernaville de 2001 à 2015, président de communautés de communes de 2008 à 2020 et président du Conseil départemental depuis 2015, Laurent Somon revendique une solide connaissance du territoire qu'il entend représenter au Sénat.

« Pendant toutes ces années, je suis allé à la rencontre des habitants, des élus, des acteurs locaux du monde économique, agricole, culturel, associatif, médico-social (…) et accompagné, dans mes différents mandats, les évolutions et mutations de notre département ». S'il souhaite désormais s'investir au sein d'une autre assemblée, c'est par souhait « de participer au processus législatif (…) et amender la politique nationale ». « Les crises qui se sont succédées, que ce soit sur le plan social avec l'apparition des Gilets jaunes ou sanitaire avec le Covid-19 ont montré l'importance du rôle de collectivités comme les départements ou les régions dans les réponses à apporter », constate M. Somon. Or, et ce n'est pas la première fois qu'il l'exprime, il garde le sentiment que ces collectivités locales sont « oubliées ».

Compte tenu de la situation économique, sociale, territoriale de la Somme, il milite par exemple pour « que la Somme soit discriminée de manière positive et obtienne une plus grande attention de la part de l'Etat ». Il souhaite par ailleurs obtenir « plus de souplesse et de flexibilité » pour les collectivités locales ou encore « défendre l'autonomie fiscale et financière de nos collectivités ».

Le choix du local et de l'expérience

S'il venait à être élu au Sénat, Laurent Somon sait qu'il devra quitter la présidence du Conseil départemental, en raison de la loi sur le non-cumul des mandats ; sans tirer un trait définitif sur son implication au sein de cette assemblée : « Je redeviendrai un « simple » conseiller départemental », assure-t-il.

Pour « trouver » ses colistiers, c'est au sein de cette collectivité qu'il est allé piocher, pour deux d'entre eux : Isabelle de Waziers – elle est maire de Lignières-en-Vimeu, vice-présidente de la Communauté de communes Somme sud-ouest et vice-présidente du département en charge de l'insertion et du retour à l'emploi -, et Françoise Maille-Barbare, maire de Rosières-en-Santerre et vice-présidente du Conseil départemental en charge des collèges et de la réussite scolaire.

Numéro 3 sur la liste, Georges Dufour est quant à lui l'atout « agricole » de la candidature Somon. Exploitant agricole retraité, il est installé sur la commune de Saveuse, en toute proche périphérie ouest d'Amiens. D'abord maire de sa commune, puis vice-président d'Amiens métropole en charge du secteur ouest, il a exercé des fonctions au sein de la caisse locale d'Amiens du Crédit Agricole puis au sein de la caisse régionale du Crédit Agricole Brie-Picardie.

Enfin, le maire de Fort-Mahon et vice-président du Syndicat mixte Baie de Somme Grand Littoral Picard, ancien hôtelier-restaurateur, Alain Baillet met sa candidature sous le signe de la défense des spécificités du littoral picard et de l'activité touristique.

La liste emmenée par Laurent Somon s'affiche sous la bannière « majorité sénatoriale », et a d'ores et déjà obtenu le soutien du président sortant du Sénat, Gérard Larcher ; lequel a quant à lui annoncé qu'il serait candidat à sa succession en cas de réélection.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Produire des pulpes de betteraves en abaissant la facture énergétique,  c’est le défi dans lequel s’est lancé le groupe coopératif Cristal Union.
Sainte-Émilie lauréate d’un prix pour la décarbonation
La sucrerie Sainte-Émilie du groupe coopératif Cristal Union figure parmi les 16 lauréats du plan de relance gouvernemental en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde