Aller au contenu principal

Du lait collecté avec un carburant vert

La Prospérité Fermière Ingredia devient le premier groupe laitier français à choisir l'énergie verte, le bio carburant B100, pour le transport de sa collecte de lait, a indiqué l’entreprise le 23 février.

L'objectif de la coopérative La Prospérité Fermière est de faire tourner 25% de la flotte de camions servant à la collecte avec le carburant B100.
© Ingredia

Pas à pas, l’entreprise coopérative de collecte et de transformation du lait La Prospérité Fermière déploie sa stratégie RSE. Dernière étape dans cette démarche ? Assurer une collecte « 100 % responsable de la vache au transport, grâce à une énergie 100% végétale et 100% française », a indiqué il y a quelques jours l’entreprise dont l’usine de transformation est implantée à Saint-Pol-sur-Ternoise, dans le Pas-de-Calais.

Cette orientation doit permettre de « répondre aux attentes de nos clients et à la sensibilité du consommateur final grâce à un engagement collectif avec nos transporteurs », explique-t-on à La Prospérité Fermière.

L’opération se déroule avec trois entreprises régionales de transport – SARL Duquenoy, Transports Pochet et Transports Boddaert -, qui assurent quotidiennement la collecte chez les 1200 éleveurs adhérents de la coopérative.

Le carburant utilisé par ces transporteurs est le Bio carburant B100, « obtenu par l’extraction d’huiles de colza récolté sur son territoire », précise la coopérative La Prospérité Fermière ; autrement dit dans les Hauts-de-France. L’objectif affiché est une utilisation de ce biocarburant dans 25% de la flotte de camions de collecte en 2021.

Chez chacun des transporteurs engagés, le virage est déjà engagé. Au sein de la SARL Duquenoy d’abord, l’enthousiasme est réel, comme en témoigne son dirigeant : « M'étant déjà engagé il y a cinq ans dans l'achat d'une semi de collecte électrique afin de diminuer l'émission de CO2, le projet B100 m'a de suite intéressé pour le prochain investissement. »

Du côté des Transports Pochet, la conversion du parc de tracteurs au B100 est elle aussi « une évidence », selon les dirigeants de l’entreprise qui expliquent avoir déjà fait un premier pas dans la transition énergétique en équipant ses citernes d’un système de pompage électrique « depuis quelques années ».

Enfin, pour les Transports Boddaert, « utiliser le B100 semble être une possibilité de réduire l’impact carbone de la collecte du lait ».

La Prospérité Fermière Ingredia a été récemment récompensée du prix EY de l’engagement sociétal et environnemental.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde