Aller au contenu principal

Du soja dans la Somme, les débuts d’un possible

Le Groupe Carré a réalisé, il y a quelques jours, sa première récolte de soja chez l’un de ses agriculteurs partenaires dans le sud de la Somme. L’occasion de prendre des repères pour un développement futur. 

Pour une première année d’essais, les résultats de la culture de soja dans la Somme par le Groupe Carré sont encourageants.
Pour une première année d’essais, les résultats de la culture de soja dans la Somme par le Groupe Carré sont encourageants.
© Vincent Fermon

Cultiver du soja dans les Hauts-de-France, est-ce possible ? C’est pour répondre à cette question et répondre à la dépendance des éleveurs français aux importations protéiques que le Groupe Carré a lancé cette année une expérimentation. Pour le négociant, derrière la mise en place de cet essai, il y a «une volonté de prendre de l’avance», estime David Vandenberghe, responsable d’expérimentation du Groupe Carré. Fin de semaine dernière, une parcelle d’un peu plus d’un hectare (1,10 ha) a été récoltée sur la commune de Cartigny, au sud-est de Péronne. L’expérimentation est conduite en partenariat avec un agriculteur, l’institut technique Terres Inovia, et consiste à tester plusieurs variétés, de précoce (triple zéro) à plus tardive (double zéro). Si la récolte qui a été réalisée n’était «pas commercialisable» en l’état selon M. Vandenberghe, elle a au moins permis de s’intéresser à l’itinéraire technique et de tirer des premiers enseignements. 

 

Un rendement  compris entre 24 et 27 qx 

Mise en culture le 24 avril, la parcelle de soja avait préalablement été travaillée de manière superficielle. La densité de semis idéale se situe entre 150 et 170 kg de graines par hectare. Un roulage a été ensuite effectué afin d’amener de l’homogénéité et de limiter les problèmes liés au désherbage. Pour contenir la présence d’adventices, un passage de Proman (2,5 l) a été réalisé, «et c’est tout», constate Mathieu Warlop, qui a également suivi l’essai. «Il reste quelques chénopodes, mais globalement, c’est satisfaisant avec un seul passage», assure le technicien. En termes de maturité pour la récolte, au 14 octobre, seules les variétés du groupe «triple zéro» avaient atteint un de degré de maturité permettant une récolte optimale. Pour les variétés «double zéro», il aurait fallu, selon le responsable d’expérimentation du Groupe Carré, «encore quelques jours de beau temps». D’une manière générale, la récolte du soja s’effectue entre le 15 septembre et le 15 octobre. Sur le plan mécanique, la récolte s’effectue avec une moissonneuse-batteuse équipée d’une barre de coupe de 9 m, à la vitesse de 3,5 à 4 km par heure. Avec un rendement compris entre 24 et 27 qx/ha, la récolte est jugée «encourageante». «Compte tenu du contexte de l’année, c’est pas mal du tout, estime David Vandenberghe. Si les conditions avaient été normales, on aurait atteint l’objectif de 30 qx». La seule difficulté serait finalement liée à l’appétence de la plante : «On a constaté pas mal de lièvres dans la parcelle, dès la levée, d’où quelques dégâts», rapporte Mathieu Warlop. L’expérimentation sera donc, en toute vraisemblance, reconduite l’an prochain.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L214
Une pétition demande la dissolution de L214
Des agriculteurs ont lancé le 13 novembre une pétition en ligne pour dénoncer les agissements de l’association de protection…
«Soulagement» pour les agriculteurs futurs méthaniseurs d’Ailly-sur-Somme
Après une consultation publique houleuse, et plusieurs modifications pour tenter de contenter tout le monde, le projet d’unité de…
Poulehouse se grille avec ses partenaires
Partageant largement sur les réseaux sociaux son différend avec le groupe coopératif Noriap, sa filiale Cocorette et Œufs Nord…
Yann Joly espère que le Tribunal de grande instance de Paris reconnaîtra le «trouble anormal de voisinage» causé par  les éoliennes. Il pourrait ainsi réclamer une indemnisation financière des pertes liées à l’arrêt de son élevage laitier. 
Yann Joly devant le TGI : « Je n’ai plus rien à perdre »
Yann Joly, ancien éleveur laitier du Boisle, a vu son troupeau dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013.…
Le méthaniseur de Fabien et Anne-Sophie Niquet assure une complémentarité à leur activité d’élevage laitier. 
Une diversification méthanisation réussie : ils partagent leur expérience
Ces 26 et 27 octobre, Fabien et Anne-Sophie Niquet ouvrent leurs portes aux professionnels de l’agriculture puis au grand public…
Pour le sénateur Demilly, Mousline est « essentielle pour l'est de la Somme »
Le 28 octobre, le groupe Nestlé, propriétaire de la marque Mousline, a annoncé que les activités de production et de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde