Aller au contenu principal

Ecotaxe : le pourquoi du refus

Vent de colère contre l’écotaxe sur les poids lourds.

© AAP


Xavier Beulin l’avait annoncé le week-end dernier, le monde agricole s’est mobilisé le 22 octobre dernier contre le principe d’application de l’écotaxe poids lourds. Dans le département de la Somme, la Fdsea et les Jeunes Agriculteurs avaient choisi de dénoncer les modalités de cette taxe par le bâchage des deux bornes situées à proximité d’Albert, sur la route d’Amiens. Une action qui se voulait avant tout symbolique, en cette pleine période de travaux, mais qui a eu la portée recherchée : faire prendre conscience à tous de cette nouvelle charge distorsive pour l’économie agricole et rurale, car elle a permis de faire le lien entre l’agriculture, les entreprises agroalimentaires et l’économie connexe sur les territoires ruraux.

Les raisons du mécontentement
L’écotaxe se veut être un levier à double impact : d’un côté, rationaliser par la fiscalité le transport routier en poids lourds, et de l’autre contribuer à l’émergence de nouveaux modes de transport. En soi, nul ne peut s’opposer à une meilleure efficacité énergique ou environnementale du transport de marchandises. Néanmoins, dans les faits, l’application de l’écotaxe met en lumière une distorsion supplémentaire sur les emplois locaux.
En effet, le réseau routier taxé (autoroutes non concédées, routes nationales (10 000 km) et réseau local (5 000 km) est davantage emprunté pour et par les produits de proximité. De plus, les circuits de production – transformation – commercialisation font qu’à chaque maillon local (et donc à chaque emploi local) les produits locaux sont taxés, à l’inverse des produits d’importation qui ne supporteront qu’une seule fois cette fiscalisation.
A l’heure où des pans entiers d’économie agricole tombent, alors que l’agriculture et l’agroalimentaire font figure de rares piliers de croissance et de commerce, c’est un impôt qui se met en place au détriment principalement de l’économie locale.

Rien de neuf sur  les transports alternatifs
Le monde agricole est d’autant plus sceptique que les réelles solutions alternatives paraissent plus qu’hypothétiques. Deux exemples pour l’illustrer. D’abord, le canal Seine Nord Europe, dont le projet était antérieur au Grenelle de l’environnement dont est issue l’écotaxe, et qui ne parvient pas à avancer réellement. L’écotaxe aurait-elle un effet sur ce projet. Certainement pas compte tenu de la complexité et de l’ampleur du financement. Pourtant, une seule péniche à dimension de ce projet éviterait l’équivalent d’une centaine de camions sur l’A1….
Autre exemple, le fret ferroviaire. Les rails, les trains et les wagons existent, mais en 2011, le monde agricole a pu mesurer toute l’inertie de ce mode de transport, qui est mécaniquement opérationnel, mais humainement bloqué. L’écotaxe changera-t-elle les états d’esprit ? On peut en douter.
Quoi qu’il en soit, cette incohérence entre les objectifs et les actes a suscité une vive réaction dans le monde agricole, et cette mobilisation sur l’ensemble du territoire national aura au moins permis de mettre le sujet sur le devant de la scène.
La profession agricole demande l’ajournement de l'écotaxe en vue d’un traitement différencié des zones rurales. Le gouvernement ne donne aucun signe sur le sujet. A ce stade, le débat est au moins réouvert.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde