Aller au contenu principal

Edition 2018 Plaine en fête, c’est ce week-end !

Tous les ans, les Jeunes agriculteurs de la Somme organisent la plus grande fête agricole du département. Ils donnent rendez-vous ce week-end, à Gentelles.

Benjamin Bizet, président de la Plaine en fête 2018.
Benjamin Bizet, président de la Plaine en fête 2018.
© © J. A.

Dimanche festif
Le dimanche, vous retrouverez le marché fermier qui fut un réel succès l’année précédente. Pour 2018, pas moins d’une vingtaine de productions seront représentées. Manger local entre dans les mœurs, les citoyens sont de plus en plus sensibles à leur bien-être. Celui-ci passe en premier lieu par leur alimentation, et cela, ils en ont bien conscience. Cerise sur le gâteau : ils ont une réelle volonté de participer à l’entretien de l’agriculture française, alors profitons-en, surfons sur la vague, nous sommes à la mode ! Et pas n’importe laquelle…
Plus que jamais, la profession a besoin de cette vitrine à champ ouvert pour continuer à sensibiliser le grand public. C’est donc nombreux, tant en termes de visiteurs que de professionnels agriculteurs ou interprofessionnels, que Benjamin Bizet et son comité d’organisation vous attendent. Le monde agricole doit être représenté dans sa globalité. «C’est un rendez-vous à ne pas manquer», souligne Benjamin Bizet, président de cette édition.
L’un des premiers buts de cette manifestation, dans un secteur si difficile, parfois isolé et isolant, est de créer du lien. Savoir s’offrir une parenthèse d’échange et de convivialité est plus qu’important. Pour que ça tourne dans nos fermes, il faut que ça tourne dans nos têtes, et rien de mieux que de prendre un peu d’air et de sortir de son quotidien.
Il y aura de quoi s’occuper la journée, entre concours de labours, course de tracteurs tondeuses, moiss-batt-cross, rodéo mécanique, structure gonflable, tours en tracteur, mais aussi de quoi se restaurer.
Une petite faim ? Deux points friteries-buvettes et une buvette seront à votre disposition. Sans oublier le bœuf à la broche sous le chapiteau !

Benjamin Bizet : «Plaine en fête est la vitrine de l’agriculture samarienne»

Pour Benjamin Bizet, président de la Plaine en fête 2018,
l’événement est un moment d’échanges prévilégiés entre les agriculteurs et les autres citoyens de la Somme.

Benjamin, en quelques mots, comment décrirais-tu la Plaine en fête ?
La Plaine en fête se veut avant tout la vitrine du monde agricole samarien car, paradoxalement à l’omniprésence de la profession dans le département, les citoyens nous connaissent assez peu. Nous souffrons souvent d’une mauvaise image. Je pense qu’elle vient de la méconnaissance du secteur agricole et des discours trop généralistes de la télévision. Plaine en fête est là pour remédier à cette fracture sociale. C’est un événement festif et rassembleur, autant pour les citoyens que pour les professionnels, et qui permet de créer du relationnel.

Quelles sont les plus grandes difficultés que tu as rencontrées ?
Plaine en fête est un projet de longue haleine, il faut s’investir un peu. Une bonne équipe est primordiale. Cela nécessite beaucoup d’énergie pour maintenir une motivation toujours au top car, malheureusement, trouver toutes les infrastructures nécessaires n’est pas évident. Entre l’impossibilité d’être aidé ou les réfractaires au projet, les déconvenues peuvent être difficile à gérer, et il faut aussi supporter l’animatrice ! (rires)

Quelles ont été tes forces pour mener à bien ce projet ?
La grande force de JA est son réseau. Chacun apporte sa pierre, l’échange des expériences et des contacts permet d’aborder les problématiques plus sereinement. La fidélité de nos partenaires est aussi à noter car, sans eux, le projet serait compromis. L’élément le plus fort reste la passion du métier. Alors, avec ça, on arrive à tout !

Tu es avant tout agriculteur, pourquoi t’être lancé dans ce projet ?
La Plaine en fête s’organise chaque année dans un arrondissement différent. De cette façon, chacun peut tenter l’aventure. Il faut cinq ans pour que la Plaine en fête puisse faire le tour du département. Je suis dans le syndicat depuis un certain nombre d’années. J’ai commencé à m’investir de plus en plus, et l’occasion de présider la Plaine en fête en a été une de plus. Je voulais être de l’autre côté de la barrière pour mesurer l’ampleur d’un tel événement. Et je ne suis pas déçu !
Propos recueillis par Céline Buisset

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde