Aller au contenu principal

Elections chambres d’agriculture : les enjeux en trois questions

La FNSEA, dont le score s’érode depuis vingt-cinq ans, parviendra-t-elle à conserver sa majorité absolue au niveau national ? La Coordination rurale consolidera-t-elle sa deuxième place ? Comment évoluera le taux de participation ?

© AAP



L’enjeu des élections aux chambres d’agriculture, c’est d’abord d’être le porte-voix de la profession auprès des pouvoirs publics. Le scrutin de 2019 ne fait pas exception. «C’est ce score qui fera qu’on sera plus ou moins écoutés par le ministère», rappelait au printemps Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération paysanne, au lancement, très précoce, de sa campagne. Avec 53,39 % des voix au dernier scrutin, la liste d’union FNSEA-JA est jusqu’ici incontestée dans ce rôle, loin devant le deuxième syndicat, la Coordination rurale, reléguée à plus de trente points (20,49 %).
Toutefois, depuis les années 80, le score de cette liste d’union majoritaire s’est érodé d’une petite dizaine de points (cf. graphique). L’un des enjeux du scrutin 2019 sera donc de savoir si la FNSEA et les JA parviendront à se maintenir au-dessus de la barre symbolique des 50 %. Le scénario d’une perte de la majorité absolue n’est pas impossible, car le score de la liste d’union peut varier de 10 points entre certains scrutins. Il pourrait d’ailleurs tout aussi bien rebondir. Quel que soit le résultat de la FNSEA, il pourrait peser sur la réelection de Christiane Lambert à la tête de son syndicat en 2020, à l’issue de son premier mandat.

Bataille pour la seconde place
Autre enjeu : la seconde place. Le scrutin de 2013 avait sonné comme une victoire pour la Coordination rurale (CR), qui avait dépassé la Confédération paysanne (Conf’) pour la première fois de son histoire au niveau nationale, et pris la tête de quatre chambres départementales. Toutefois, deux petits points seulement séparaient la Conf’ et la CR au niveau national. La question sera donc de savoir si les dynamiques entamées depuis 2007, positive pour la CR, négative pour la Conf’, se poursuivront. Aucun des deux syndicats minoritaires ne s’est risqué à afficher à un score à atteindre.
Le résultat du scrutin ne se lit pas seulement grâce au score national, mais également au nombre de chambres départementales emportées. La Coordination rurale ambitionne de conserver les quatre chambres d’agriculture ravies en 2007 - Lot et Garonne, Charente, Calvados et Puy de Dôme (sur une liste d’union avec la Confédération paysanne pour ce dernier département). Elle en vise d’autres, comme la Dordogne et la Haute-Vienne, où elle avait échoué de justesse au dernier scrutin. Mais Christiane Lambert a d’ores et déjà annoncé qu’elle espérait que des chambres soient reprises à la CR et à la Conf’.
Ultime interrogation : le taux de participation. Il est traditionnellement élevé en agriculture, à 54,34 % au dernier scrutin, mais il avait fortement chuté par rapport à 2007 (de plus de 10 points). Continuera-t-il de s’éroder, à l’instar de la plupart des scrutins électoraux en France, à l’exception de l’élection présidentielle ? L’issue du vote du projet de loi agriculture et alimentation, dont la lecture définitive est attendue début octobre, tombe à pic, et devrait inévitablement peser sur les scores de chacun des syndicats et tout comme la participation. Reste à savoir de quelle manière.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde