Aller au contenu principal

Elevage bovin : des babynettes pour s’adapter à la demande du marché

Un nouveau marché a vu le jour ces dernières années, pour des génisses plus jeunes et plus légères. Couramment appelées babynettes, elles sont conduites comme des taurillons et abattues à 16-18 mois.

Produire des animaux légers pour s’adapter au consommateur. 
Produire des animaux légers pour s’adapter au consommateur. 
© F. D’Alteroche



En règle générale, les génisses qui ne sont pas conservées pour le renouvellement du troupeau allaitant sont commercialisées juste après le sevrage, en maigre, et restent peu valorisées. De leur côté, les génisses de boucherie abattues à trente-trente-six mois semblent aujourd’hui ne trouver de débouché plus que dans les rayons des boucheries traditionnelles. Ces dernières années, les initiatives se multiplient autour d’une nouvelle voie de valorisation : des femelles abattues plus jeunes et donc plus légères.
Quel que soit leur nom : jeunes bovins femelles, génisses primeurs, génisses rajeunies, babyvelles ou plus couramment babynettes, elles séduisent de plus en plus les opérateurs.
«Poids, gammes, finitions…Il y a autant de définitions de babynettes que de clients, confie Jean-Luc Duret, directeur adjoint d’EMC2 Elevage. La coopérative qui a mis en place depuis 2018 une grille spécifique babynettes au-dessus des génisses de même poids. «Toutes les études le montrent : produire un animal plus léger, c’est possible. Mais ce n’est viable pour l’éleveur, que si le prix au kilo est revu à la hausse», insiste-t-il. La solution, ce sont donc les contrats de filière qui l’apportent.

Objectif RHD !
Ces babynettes-là se veulent destinées au marché français. Avec un secteur en ligne de mire : celui de la restauration hors domicile (RHD). La RHD, ce n’est pas que du bas de gamme. Les restaurants sont aussi demandeurs de carcasses légères, mais d’une viande grasse et maturée, aujourd’hui très souvent importée, en Angus, par exemple. «Dans ce cas, la race n’apparaît pas comme un critère déterminant. Il s’agit davantage de communiquer sur la qualité de la viande. C’est pourquoi, on peut se permettre d’introduire des croisées, explique Jean-Luc Duret. On n’est pas forcément sur des races “exotiques”. Le croisement charolais-salers fonctionne bien.» Les animaux issus de croisement vont en effet souvent donner une viande plus persillée.
Car c’est bien cela qui est recherché : le persillé. Soit le degré d’infiltrations de graisse se trouvant au sein même du tissu musculaire. Un persillé élevé rend la viande plus tendre, fondante, savoureuse et, aussi, plus riche en graisse. Une viande qui serait boudée par le consommateur s’il devait l’acheter crue, mais qui emporte tous les suffrages une fois cuite. C’est là tout le paradoxe :
la viande persillée est davantage appréciée dans l’assiette que dans la barquette. Idéale donc pour la restauration hors domicile.
«C’est l’une des principales difficultés sur ce dossier, reconnaît Jean-Luc Duret. Jusque-là on sait classer un animal par sa conformation, un état d’engraissement. Or, il n’y a pas de mesure officielle du persillé. C’est en cours. Car tant qu’il n’y a pas cela, on ne sait pas forcément derrière l’intégrer dans les objectifs de sélection.»

Une bonne technicité
Pour l’accompagnement de ses adhérents engagés dans cette démarche, EMC2 Elevage avance pas à pas. «On ne vient pas avec des recettes toutes faites, précise Jean-Luc Duret. On chemine avec l’éleveur, en assurant un suivi animal par animal. On commence à voir ce qui fonctionne et ce qui fonctionne moins. Nos adhérents ont souvent de bonnes surprises par le poids de leurs babynettes à l’abattage.» On constate en effet qu’il y a, sur ces types de viande, moins d’émoussage (l’étape qui consiste à retirer le gras de surface pour une meilleure présentation de la carcasse). Un bon point.
Cette démarche, qui reste encore novatrice, requiert une bonne technicité. Il est donc intéressant de le faire dans le cadre d’une coopérative. C’est une voie de valorisation qui peut apporter du revenu sans être sur un système trop complexe. En cela, elle répond aussi aux attentes des producteurs, s’avérant ainsi une vraie piste d’avenir.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Un nouveau magasin de produits locaux à Corbie
Vincent Dufrenoy ouvrait une nouvelle boucherie et magasin de produits locaux à Corbie ce 1er avril. On y a fait un tour !
170 exploitations agricoles couvrant environ 30 000 hectares ont obtenu le label d’agriculture de conservation «Au cœur des sols».
Déjà 30 000 hectares labellisés «Au cœur des sols»
Les agriculteurs de l’Apad fêtent la première année d’existence de leur label d’agriculture de conservation des sols «Au cœur des…
Les détenteurs du Certiphyto pourront vacciner contre la Covid-19
La liste des personnes autorisées à administrer des vaccins contre la Covid-19 s'allonge puisque les détenteurs du Certiphyto…
Secure Colza : des leviers techniques pour redynamiser la culture
Donner des clés aux agriculteurs pour leur permettre de maintenir leurs surfaces de colza : c’est tout l’objectif de Secure colza…
Produire de la Pompadour, ce n’est que de l’amour
La variété Pompadour sait se faire désirer et c’est ce qui rend sa culture intéressante aux yeux des six producteurs picards…
«Des gelées historiques» dans les vergers de la Somme
Le gel, qui a frappé de plein fouet bon nombre de cultures en France en ce début de semaine, n’a pas épargné les vergers de la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde