Aller au contenu principal

Elevage : des petits trucs qui changent tout

La remise des prix du concours «Trucs et astuces des éleveurs» des Hauts-de-France a eu lieu jeudi 6 juin, à l’Institut Saint-Eloi de Bapaume (62). De nombreuses idées sont à chiper !

Les trois vainqueurs du concours. De gauche à droite : 
Jérôme Grocaux et Frédéric Willame, agriculteurs dans l’Aisne, 
et Lucas Gilbert, éleveur dans le Pas-de-Calais. 
Les trois vainqueurs du concours. De gauche à droite :
Jérôme Grocaux et Frédéric Willame, agriculteurs dans l’Aisne,
et Lucas Gilbert, éleveur dans le Pas-de-Calais. 
© D. R.



Chacun a son propre petit truc. Son astuce pour améliorer ses conditions de travail, simplifier ses tâches quotidiennes ou encore gagner un peu de temps. Bricolages astucieux ou dispositifs plus complexes qui changent la vie… Ces trucs et astuces ont désormais leur concours. Il a été organisé cette année par la Chambre d’agriculture des Hauts-de-France (après deux éditions dans l’Aisne), en partenariat avec le Service de remplacement, la MSA, la Région, le Crédit agricole et Groupama. Objectif : mettre en avant ces dispositifs innovants qui pourront servir à chacun.
Plus de quarante éleveurs, salariés et élèves ou apprentis ont répondu à l’appel*. Ils ont déposé au total soixante-trois dossiers pour décrire leur invention dans le domaine de l’alimentation, du paillage, de la contention ou encore de la sécurité et du rangement. Le secteur bovin, et notamment l’élevage laitier, a été particulièrement représenté, quelques astuces concernant aussi des élevages ovins et porcins. Les systèmes présentés sont parfois sortis tout droit du cerveau de leur inventeur, ou alors sont des objets que l’on trouve dans le commerce, mais qui ont été bricolés «maison», avec des matériaux recyclés pour un coût minimal.

Praticité et sécurité
Il en a fallu du temps pour étudier tous ces trucs, preuve que les éleveurs de la région sont imaginatifs ! Le jury était présidé par Françoise Crété, présidente de la Chambre d’agriculture de la Somme, qui a également remis les prix aux vainqueurs, le jeudi 6 juin, à l’Institut Saint-Eloi de Bapaume. Sur quels critères ces derniers ont-ils été jugés ? La conception, l’innovation bien sûr, mais aussi la praticité, la sécurité et, enfin, la reproductibilité. Mais alors qui sont ces grands gagnants ?
C’est Frédéric Willame, éleveur laitier au Nouvion-en-Thiérache (02), qui arrive à la première place, avec un système pensé en équipe, avec ses enfants et son salarié. L’agriculteur a conçu un système de ventilation qui prend la forme d’un bardage en bois pivotant. «J’ai fabriqué des panneaux mobiles avec un système de contrepoids pour faciliter la manipulation, explique l’intéressé. On s’est inspiré du Velux !» Le dispositif s’intègre parfaitement dans le paysage et nécessite peu d’investissement (environ 100 € par panneau d’après l’agriculteur).
Arrivé deuxième du concours, Lucas Gilbert, éleveur de bovins viande à Wismes (62), a été récompensé pour son système de découpe et de récupération des filets et ficelles de balles rondes. «Une lame placée dans la cage de la désileuse permet de couper le filet ou les ficelles qui entourent les balles, peut-on lire dans le texte de présentation du dispositif. Le filet est entouré autour d’un rouleau placé sur la porte. Les deux organes (scie et rouleau) sont entraînés par des moteurs hydrauliques alimentés par la désileuse.» «C’est simple et fait avec des matériaux de récupération», explique l’agriculteur, qui a d’ailleurs été contacté par le constructeur de matériel Kuhn, intéressé par le système.

Vacances en famille
En troisième position, la cuve d’abreuvement en prairie de Jérôme Grocaux, agriculteur à Billy-sur-Aisne (02), permettant de faciliter l’abreuvement des animaux. Le dispositif est réalisé à partir d’une cuve de 1 000 litres qui alimente un abreuvoir individuel. Les deux matériels sont fixés sur un support qui peut également recevoir une pierre à lécher.
Parmi les autres inventions mises en avant lors de ce concours, on peut aussi citer une barrière sur godet pour le transport des veaux, un lève caillebotis, un brumisateur contre les mouches, un «taxi brico lait» facilitant la distribution du lait aux veaux, un collier de surveillance fluorescent ou encore un système de contention mobile pour bovins. L’ensemble de ces «Trucs et astuces» seront prochainement visibles sur le site Internet de la Chambre d’agriculture des Hauts-de-France.
Tous les participants se sont vu remettre un lot offert par les partenaires. Le vainqueur a remporté un chèque de 2 000 € pour des vacances en famille, accompagné, entre autres, de quelques jours de remplacement offerts. Le deuxième et le troisième ont également reçu des chèques de 1 000 € et 500 €, ainsi que des jours de remplacement.
Une catégorie «jeune» a même été créée pour souligner le travail de jeunes agriculteurs tout aussi astucieux que leurs aînés. Ils ont présenté un système permettant de déplacer facilement les veaux, un pare-vue en caoutchouc amovible, des poteaux pour parc amovible ou encore un repousse fourrage multi-usage.
«Vous avez tous de bonnes astuces chez vous, a souligné Françoise Crété, lors de la remise des prix. C’est par le partage qu’on arrivera à améliorer les conditions de travail en élevage.» Une invitation lancée à tous les éleveurs de la région pour participer à la prochaine édition !

* Neuf éleveurs de l’Aisne, cinq du Nord, quatre de l’Oise, seize du Pas-de-Calais et neuf de la Somme

Les solutions «travail» des organismes agricoles

La MSA propose, par exemple, des actions de prévention au sein des exploitations et un accompagnement pour la sécurité et la santé des exploitants et des salariés, compris dans les cotisations. Le Service de remplacement permet aux agriculteurs de se faire remplacer ou de remplacer temporairement un salarié. Une prise de contact en amont est nécessaire pour une meilleure prise en charge. Enfin, la chambre d’agriculture propose des formations sur l’organisation du travail ou encore des rendez-vous «de diagnostic travail» pour, notamment, réduire la pénibilité au travail. Autant de services pour améliorer les conditions de travail au sein des exploitations.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Produire des pulpes de betteraves en abaissant la facture énergétique,  c’est le défi dans lequel s’est lancé le groupe coopératif Cristal Union.
Sainte-Émilie lauréate d’un prix pour la décarbonation
La sucrerie Sainte-Émilie du groupe coopératif Cristal Union figure parmi les 16 lauréats du plan de relance gouvernemental en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde