Aller au contenu principal

Elevage laitier : faire face au manque de fourrage

Avec la sécheresse qui s’est installée, la pousse de l’herbe a été stoppée. L’inquiétude grandit également pour les maïs. Comment faire face à cette situation ?

En période de sécheresse, réserver le maïs aux vaches laitières.
En période de sécheresse, réserver le maïs aux vaches laitières.
© CA 80




Dans les élevages, on peut se trouver dans trois situations : les stocks de maïs sont suffisants pour nourrir tous les animaux jusqu’à la prochaine récolte (tout va bien !), les stocks de maïs sont suffisants pour les vaches laitières, mais pas pour les autres animaux, les stocks sont insuffisants ou nuls pour les vaches laitières.
Quelles sont les pistes envisageables ? Tout d’abord, il convient de compléter les stocks manquants par des fourrages. L’achat de coproduits humides est possible, à condition d’en trouver. Il faut dès maintenant contacter les courtiers habituels pour connaître les disponibilités et les prix (transport compris). Attention, nous ne sommes pas les seuls sur le marché, les prix risquent de monter rapidement. L’achat de paille et de foin, «opérations fourrages», voisins, petites annonces, peuvent également être envisagés.
Ensuite, on peut compléter les stocks manquants par des concentrés, de la pulpe sèche ou son équivalent, des coproduits secs (correx…), des concentrés dits «paroi», des concentrés spéciaux «ration sèche»… Avec pour objectif de remplacer une partie du maïs sans déconcentrer la ration. Il faut rester vigilant sur les risques d’acidose quand la proportion de concentrés dépasse les 30 %. Attention également à l’évolution des prix. Il ne faut pas attendre le dernier moment. Il convient également d’économiser les meilleurs fourrages afin de réserver le maïs ou autres ensilages (herbe, céréales…) aux vaches laitières. Pour les génisses ou autres animaux, les rations paille + concentrés, foin  + concentrés conviennent très bien.
On peut également déconcentrer la ration en introduisant du foin ou de la paille. Suivant le stade de lactation du troupeau (vaches en état et production laitière moyenne ne dépassant pas vingt-deux litres de lait), cette solution est parfaitement envisageable.
Et enfin, passer en ration sèche, par exemple 10 kg de paille + 10 à 12 kg de concentrés. Sachez toutefois que c’est une solution extrême qui ne peut pas s’improviser.
Quelle décision prendre ?
Que faire pour nourrir ses animaux laitiers ? Plusieurs options peuvent être envisagées. Face au manque de fourrage, la première solution peut être de réformer ou de vendre les animaux. Pour les génisses, il est préférable de passer à une ration sèche avec un concentré qui ne dépasse pas 200 €/t environ et à hauteur de 3 kg par ration maximum.
Si la ration sèche pour les génisses ne permet pas une économie suffisante de fourrages, il faut voir pour déconcentrer la ration des vaches laitières avec de la paille ou du foin dans la mesure du possible et, ensuite, y ajouter de l’ensilage de blé en tout dernier recours.
Dans tous les cas, combler un déficit fourrager a toujours un coût, mais ne pas l’anticiper peut allonger la facture : difficultés à trouver une solution, augmentation des prix, baisse de la production laitière, répercussions sur la santé des animaux…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les 54 saisonniers retenus ont participé à une journée d’essais sous l’œil attentif de Fabien Deguehegny, un des associés de la SCEA Biosources.  Premiers «vrais» désherbages prévus mi-mai. 
Recruter 52 saisonniers locaux pour le désherbage : pari gagné
La SCEA Biosources, à Méharicourt, a converti 163 ha en bio, dont 80 ha de légumes. Un des enjeux était de recruter une…
Aujourd’hui, il n’est pas possible de planter les pommes de terre en direct dans la pré-butte. Un travail sur le couvert est encore à mener pour y parvenir. 
Le pré-buttage d’été pour limiter l’érosion : rêve ou réalité ?
Jean-Paul Dallene, installé à Oppy (62), pratique le pré-buttage d’été pour ses pommes de terre depuis trois ans. Même si la…
Douze-mille personnes avaient participé à l’édition 2019 d’Ailly-le-Haut-Clocher.
Plaine en fête 2021 ? Oui !
Covid ou pas, les Jeunes agriculteurs de la Somme ont décidé d’organiser Plaine en fête cette année. L’édition devra certainement…
Pulvé
Dans le Nord, une commune de Flandre fait de l'anti-agribashing
Dans une publication sur le réseau social Facebook, une élue de la commune d'Hondeghem, dans les flandres, tente d'expliquer à…
450 hectares de betteraves à ressemer dans la Somme
Au 20 avril, la CGB estime autour de 4 500 hectares la surface de betteraves sucrières endommagées par l’épisode de gel dans les…
Hugues d’Hautefeuille a testé plusieurs itinéraires culturaux dans ses micro-parcelles, à Monsures. 
Une filière orties émerge en Hauts-de-France
L’ortie est une plante qui pousse partout où on ne la souhaite pas. Pourquoi ne pas la cultiver pour en tirer des bénéfices ? C’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde