Aller au contenu principal

Elevage laitier : filmez vos vaches

La Chambre d’agriculture de la Somme propose de filmer et d’analyser les vidéos time lapse de vos étables depuis un an.

Cette photo illustre bien que l’allottement des jeunes animaux est primordial, car la concurrence à l’auge peut ralentir la croissance. 
Cette photo illustre bien que l’allottement des jeunes animaux est primordial, car la concurrence à l’auge peut ralentir la croissance. 
© D. R.



Etre éleveur est un métier qui demande beaucoup de passion et, par passion, les éleveurs passent énormément de temps dans leurs étables... Néanmoins, visionner les animaux sans la présence de l’éleveur est parfois bien révélateur : vingt minutes de vidéo résument vingt-quatre heures de vie de l’étable. Sur le principe, c’est une petite caméra de chantier, qui a été dérivée de son utilisation première pour être désormais utilisée dans les élevages.
L’idée est de prendre des photos à intervalles réguliers qui, une fois assemblées, forment une vidéo. Cette méthode repose sur l’analyse de différents critères, dont, en premier lieu, les aspects circulation, fluidité et occupation homogène des locaux. Mais également, elle permet de voir la place et l’accès à l’auge, comme à l’abreuvement, ainsi que le temps d’auge vide et, enfin, la répartition du temps de repos et de couchage.

Astuces pour la prise de vidéo
Quelques astuces permettent de mieux valoriser la prise de vidéo. Idéalement, il faut placer la camera à 2 à 3 m de haut sur le côté gauche des animaux (pour observer le remplissage du rumen) à l’auge. C’est la prise de vue la plus intéressante. Généralement, la caméra prend une photo toute les dix ou vingt secondes pendant vingt-quatre heures (un cycle de distribution de l’alimentation). La vidéo de départ peut être complétée par une autre vidéo, si une autre partie du bâtiment n’est pas visible dans la première prise.
Si l’on souhaite approfondir, par exemple, le passage d’une porte intelligente, une vidéo peut être réalisée sur un intervalle plus court et avec des prises de photos plus rapides, toutes les trois à cinq secondes. Il est également possible de marquer sur le dos un lot de vaches, par exemple les primipares, à la bombe aérosol, avec de la couleur. De la sorte, on peut d’un simple coup d’œil visualiser les problèmes. Ainsi, on cible l’analyse sur les animaux marqués.

L’analyse de la vidéo
L’analyse est, dans un premier temps, effectuée par le technicien, puis la vidéo est visionnée une seconde fois avec l’éleveur. Dans la majeure partie des cas, c’est l’éleveur qui se rend compte rapidement du dysfonctionnement, matérialisé par le film. L’analyse permet une prise de recul sur la vie de l’étable en vingt-quatre heures. L’affichage de l’heure et de la date sur la vidéo permettent une analyse encore plus précise.
Au final, dans la majeure partie des cas, la caméra a permis de revoir les réglages de circulation des animaux ou la disponibilité de la ration et des points d’eau. La caméra peut aussi aider à conforter l’éleveur dans le bon fonctionnement de ses méthodes de travail.

De nouvelles utilisations
Il est envisageable d’analyser de nombreuses tâches du quotidien. Comme, par exemple, la réalisation de la traite pourrait être analysée, et essayer ainsi de formaliser quelques tâches répétitives pour gagner du temps. Il en est de même pour la gestion des chantiers d’ensilage aux silos. Dans ce cas, l’objectif est bien de vérifier l’adéquation entre les différents dimensionnements des matériels.
Très rapidement, l’envie de filmer tout ce qui évolue dans le temps se fait ressentir. Il reste sûrement de nouvelles interprétations à exploiter grâce à cette méthode ! N’hésitez pas à en parler à votre conseiller habituel.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Un nouveau magasin de produits locaux à Corbie
Vincent Dufrenoy ouvrait une nouvelle boucherie et magasin de produits locaux à Corbie ce 1er avril. On y a fait un tour !
170 exploitations agricoles couvrant environ 30 000 hectares ont obtenu le label d’agriculture de conservation «Au cœur des sols».
Déjà 30 000 hectares labellisés «Au cœur des sols»
Les agriculteurs de l’Apad fêtent la première année d’existence de leur label d’agriculture de conservation des sols «Au cœur des…
Les détenteurs du Certiphyto pourront vacciner contre la Covid-19
La liste des personnes autorisées à administrer des vaccins contre la Covid-19 s'allonge puisque les détenteurs du Certiphyto…
Secure Colza : des leviers techniques pour redynamiser la culture
Donner des clés aux agriculteurs pour leur permettre de maintenir leurs surfaces de colza : c’est tout l’objectif de Secure colza…
Produire de la Pompadour, ce n’est que de l’amour
La variété Pompadour sait se faire désirer et c’est ce qui rend sa culture intéressante aux yeux des six producteurs picards…
«Des gelées historiques» dans les vergers de la Somme
Le gel, qui a frappé de plein fouet bon nombre de cultures en France en ce début de semaine, n’a pas épargné les vergers de la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde