Aller au contenu principal

Emmanuel Macron veut donner un second souffle aux Égalim

En l’absence de Salon de l’agriculture, le chef de l’État s’est rendu dans une exploitation agricole à Étaules (Côte-d’Or) le 23 février. À une semaine de la fin des négociations annuelles, Emmanuel Macron s’est employé à tracer des perspectives pour pacifier les relations commerciales. 

La répartition de la valeur était au cœur du déplacement présidentiel.
La répartition de la valeur était au cœur du déplacement présidentiel.
© Élysée

Porcs élevés sur paille et vendus en direct, rotations allongées avec introduction de légumineuses, haies pour favoriser la biodiversité, certification HVE 3 sur les rails... Près de Dijon (Côte-d’Or), la ferme d’Étaules, sélectionnée pour la visite d’Emmanuel Macron le 23 février, coche toutes les cases des «transitions» souhaitées par l’Élysée. Un cas d’école idéal pour que le chef de l’État rappelle la condition indispensable pour mener à bien ces évolutions : «Donner de la visibilité» aux producteurs. Une semaine avant la fin des négociations commerciales annuelles – particulièrement tendues cette année –, la répartition de la valeur était au cœur du déplacement présidentiel. «Aujourd’hui même, des grands distributeurs demandent - 10 % à des producteurs de charcuterie», a dénoncé Emmanuel Macron lors d’une table ronde réunissant des acteurs des filières alimentaires. «On se fiche du monde», a-t-il tonné, considérant que «ceux qui ne jouent pas le jeu ont un train de retard» sur les attentes des consommateurs.

 

La filière laitière mise en avant

Au-delà de cette saillie verbale, les échanges ont été marqués par un ton policé, contrastant avec l’ambiance délétère des négociations commerciales. La part belle a été faite à la filière laitière, qui «fait partie des filières qui me rendent optimiste», considère Emmanuel Macron, avec des initiatives vertueuses, comme celle de l’APBO (association des producteurs laitiers Bel de l’Ouest). En 2018, ses 170 éleveurs ont proposé à leur collecteur un cahier des charges visant une plus juste rémunération des producteurs, des vaches ayant accès au pâturage et nourries sans OGM. La contrepartie ? Un prix de base de 350 E/1 000 l, assorti de 21 E de primes. Mais la filière laitière reste «loin de l’objectif», déplore Marie-Thérèse Bonneau, vice-présidente de la FNPL (producteurs de lait, FNSEA) : «Les indicateurs de coût de production ne sont soit pas utilisés du tout, soit utilisés pour une partie minimale des échanges.»

Emmanuel Macron s’est employé à tracer des perspectives pour pacificier les relations commerciales. Un chantier basé sur le triptyque «plus grande transparence», «visibilité» et «parachèvement de l’organisation des producteurs». «On va l’accompagner avec des changements de loi, j’y suis tout à fait ouvert», a-t-il lancé. M. Macron a ouvert la question de la «compatibilité entre certaines dispositions de la loi dite LME (Loi de modernisation de l’économie de 2008, ndlr) et la loi Égalim». Promulguée en 2008, la loi LME a assoupli la négociation des prix et services entre les centrales d’achat des grandes surfaces et leurs fournisseurs «On doit passer une étape supplémentaire (…). Le ministre [de l’Agriculture] aura à proposer cela», a déclaré le chef de l’État. Selon Michel Biéro, directeur exécutif achats de Lidl France, «la loi Egalim, où l’on part des prix à la production, ne peut pas coexister avec la LME, où l’on part de tarifs et on négocie des services».

 

«Ce qu’a dit Serge Papin, on va le faire»

«Il faudra peut-être aménager la LME pour rendre les indicateurs de coût de production incontournables», ajoute l’ancien patron de Système U Serge Papin. L’ex-distributeur, missionné par le ministre de l’Agriculture pour renforcer la mise en œuvre de la loi Égalim, a rappelé les trois pistes qu’il proposera dans son rapport d’ici fin avril : faire figurer les indicateurs de coût de production dans les contrats commerciaux ; accroître la transparence avec un tiers de confiance («Ce n’est pas facile, monsieur le président...») ; et développer la contractualisation pluriannuelle et tripartite. «Ce qu’a dit Serge Papin, on va le faire», a répondu Emmanuel Macron, indiquant que le ministre de l’Agriculture a «commencé à travailler dessus avec Bercy».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Pour Antoine, Carole et Yann Lardeur, le robot d’alimentation est une réponse au manque  de main-d’œuvre pour leur atelier d’engraissement de quatre-cents taurillons. 
Un premier robot d’alimentation est installé dans la Somme
La famille Lardeur, installée en Gaec à Beauquesne, a fait le choix d’investir dans un robot d’alimentation Lely Vector pour son…
Richard sur terre met les pieds en baie de Somme
Le youtubeur défenseur de la ruralité Richard sur terre débarque ce week-end sur le littoral picard, à Cayeux-sur-Mer, où il sera…
OFB
« L’OFB va monter en puissance », selon son DG
L’agriculture « est un des combats prioritaires » de l’Office français de la biodiversité, a déclaré son directeur général,…
Forte pression mildiou : que faire ?
 Ne pas relâcher, continuer à protéger le feuillage, sont les conseils d'Arvalis Institut du végétal.
La nouvelle répartition des pulpes Tereos fait grincer la campagne
Tereos a décidé une nouvelle méthode de répartition des pulpes et une nouvelle grille de tarifs dès la prochaine campagne…
Pluies incessantes et orages violents frappent la campagne
Des orages localisés ont fortement touché des parcelles de la Somme ces derniers jours, notamment dans le secteur de Conty. Plus…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde