Aller au contenu principal

Emploi agricole : l’administration rabote les heures supplémentaires

La profession agricole des Hauts-de-France voit ses latitudes d’heures supplémentaires durant les récoltes réduites par l’administration.

Les dérogations aux heures supplémentaires doivent permettre d’effectuer les chantiers de récolte en toute sécurité.
Les dérogations aux heures supplémentaires doivent permettre d’effectuer les chantiers de récolte en toute sécurité.
© Bruno Compagnon

La demande de dérogation à la durée maximale hebdomadaire de 48 heures est prévue dans le code rural. Elle permet jusqu’à un maximum de cinq semaines à six journées de 12 heures. Dans le passé, les FDSEA et à présent la FRSEA déposaient chaque année une demande de dérogation pour que les exploitations agricoles et les entreprises agricoles puissent ainsi monter à 72 heures hebdomadaires pour les travaux de récolte (d’été et d’automne).
Cette demande a toujours été motivée par le caractère imprévisible des conditions climatiques, qui peuvent nécessiter de donner «un coup de collier» temporaire pour achever les chantiers. Si la météo est toujours imprévisible, l’administration, en l’occurrence la Dirrecte, estime, pour sa part, que cette incertitude qui revient d’année en année est à anticiper pour les entreprises. Dit autrement, elle considère que les agriculteurs et les ETA doivent disposer d’un «plan B» pour les périodes climatiques difficiles. Un plan B, dans des microentreprises, c’est simple :
il suffit que les agriculteurs et les ETA embauchent en préventif des salariés supplémentaires, et bien sûr, qu’ils achètent ou louent le matériel à leur mettre en main pour réaliser les travaux. CQFD ! Pour ne pas être pris de court sur les chantiers, il suffit de mettre les entreprises à terre !
La première décision donc de ramener de 72 heures à 60 heures le contingent hebdomadaire d’heures travaillées pendant cinq semaines durant les périodes de récolte est donc une mise en péril du bon fonctionnement des exploitations et des filières. Elle vient après une première réduction en 2017 au profit de «l’harmonisation régionale» qui s’était opérée au moment du rapprochement des dérogations du Nord-Pas-de-Calais et de la Picardie… Au final, les entreprises et les salariés se voient privés de près d’un tiers de temps de travail possible, ce qui pénalise lourdement les deux pans de la relation sociale agricole. Cette décision s’accompagne de surcroît d’une condition irréaliste : que la FRSEA rende un bilan détaillé des entreprises ayant eu recours à la dérogation. Une demande irréaliste, de plus, qui achève de creuser le fossé entre la profession aux besoins sociaux les plus variables et l’administration. La FRSEA et l’ensemble des FDSEA n’acceptent pas en l’état cette dérogation et s’attachent à présent à explorer les voies permettant d’en modifier les termes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les deux dernières minutes de la conférence de presse de rentrée de la ministre de la Transition écologique ont d’abord jeté un froid dans la filière betteraves avant de déchaîner les passions sur les réseaux sociaux.
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s’est exprimée contre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde