Aller au contenu principal

En Allemagne, des fonds publics pour le bien-être ?

Une commission installée par la ministre de l’Agriculture préconise un plan de reconversion des élevages plus respectueux du bien-être animal financé par des taxes à la consommation sur les viandes et le lait.

La label public allemand de bien-être animal prévoit des mesures qui pourraient être financées par des fonds publics. La question fait débat.
La label public allemand de bien-être animal prévoit des mesures qui pourraient être financées par des fonds publics. La question fait débat.
© Pixabay

La ministre de l’Agriculture, Julia Klöckner, a installé l’année dernière une commission spéciale sous la présidence de l’ancien ministre de l’Agriculture, Jochen Borchert (CDU), pour faire des propositions de reconversion des élevages allemands. Cette commission comprenait des scientifiques, des représentants de l’économie et des éleveurs, des défenseurs des consommateurs et des représentants des protecteurs des animaux et de l’environnement. Elle vient de rendre sa copie. La commission propose un développement continu des élevages dans le cadre d’une stratégie à long terme tenant compte des exigences techniques et des attentes de la société en matière de protection des animaux et de la nature. Elle préconise la généralisation du label public de bien-être animal Tierwohl. Ce label prévoit, au niveau 1, plus de place et du matériel d’occupation pour les animaux, au niveau 2, de la place supplémentaire et des contacts avec le climat extérieur et, au niveau 3 et 4, encore plus de place qu’aux niveaux 1 et 2, et des parcours extérieurs, des pâtures, etc. En termes de calendrier, la commission prévoit l’introduction du label Tierwohl en 2020 pour les porcs et en 2021 pour les volailles et les élevages laitiers et de viande. En 2025, elle propose sa mise en place au niveau européen. Il serait obligatoire pour obtenir des aides. En 2030, le niveau 1 deviendrait le minimum requis pour tous les animaux et en 2040 le niveau 2 serait le minimum obligatoire pour les aides. Pour financer cette stratégie, la commission Borchert propose la taxation des viandes et des produits laitiers. Les taxations proposées seraient de 40 cts sur le kg de viande, 2 cts sur le kg de lait et d’œufs, 15 cts sur les fromages, les beurres et les poudres. Les coûts du bien-être animal doivent être portés par le consommateur et le produit des taxes doit servir à compenser au moins 80 % des coûts supplémentaires dans les bâtiments et la conduite des élevages.

Le leader de la viande mobilisé
Pour le moment ces propositions suscitent plus de critiques que de soutiens. Est-ce que l’argent parviendra aux éleveurs ? Le soutien politique durera-t-il ? Les marchés suivront-ils ? D’autres considèrent que c’est une erreur de financer durablement des coûts supplémentaires avec des impôts. En attendant, Tönnies, le groupe leader de la viande en Allemagne, a décidé d’encourager les éleveurs à s’impliquer dans le label Tierwohl et montre qu’il croit en l’avenir de la viande en plein débat sur le recul des élevages et de la consommation et de la montée en puissance des contraintes sur le bien-être animal. Le patron du groupe est également favorable à une taxe sur les viandes comme le propose la commission Borchert. Chez Tönnies il y aura au plus tard dans cinq ans, 70 % des porcs qui seront issus des programmes Tierwohl et de protection de la nature, assure-t-il. Si les ersatz de viandes et les viandes de culture vont se développer dans l’entreprise familiale Tönnies dans les décennies à venir, les protéines animales auront encore, et de loin, la place la plus importante, a-t-il déclaré.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde