Aller au contenu principal

Grandes cultures
En Argentine, Messi pousse dans des champs de maïs

Pour marquer leur attachement puis leur gratitude envers l’équipe argentine de football, des agriculteurs ont semé du maïs avec une technologie qui leur permet de faire apparaître le visage de leur idole et capitaine de l’Albiceleste, Lionel Messi.

Messi
Le portrait de Lionel Messi mesure la taille de quatre terrains de football.
© AFP

Depuis que l'Argentine a remporté la Coupe du monde de football – au détriment de l'équipe de France, faut-il le rappeler – c'est tout un pays qui continue de rendre hommage au capitaine de son équipe, Lionel Messi. Et le monde agricole n'est pas en reste.

Dans la campagne de Ballesteros, à environ 500 kilomètres au nord-ouest de Buenos Aires, un agriculteur fait parler de lui en ayant reproduit dans l'une de ses parcelles de maiis le visage de l'idole argentine grâce à une technologie avancée de semis. Interviewé par l'AFP, Charly Faricelli a déclaré qu'il prévoyait de dessiner le visage de Messi dans son champ de maïs, quel que soit le résultat de l'Argentine au Qatar.

« Nous nous identifions à l'équipe nationale, car elle a souffert avant de gagner, et le monde agricole souffre également », a-t-il encore déclaré, faisant allusion à une sécheresse majeure qui a touché les fertiles plaines de la pampa argentine au centre du pays.

Selon l’AFP, « contrairement à d'autres conceptions de cultures, où les plantes sont coupées pour créer une image, ce tatouage est le résultat de différentes concentrations de graines plantées ». L’agriculteur explique qu'« avec les progrès de la technologie, le tracteur sait exactement, au fur et à mesure, combien de graines semer à quel endroit ».

Le portrait du meneur de jeu de l'équipe argentine de football est visible depuis le ciel, le portrait mesurant près de quatre terrains de football. Selon l'agriculteur argentin, il y aurait en tout 25 reproductions de cette image de Lionel Messi dans des champs de cinq provinces. Il a invité d'autres agriculteurs sur les réseaux sociaux à imiter son hommage et leur a partagé le logiciel à télécharger sur leur équipement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
De gauche à droite, Rémi Chombart et Laurent Degenne, associés à l’origine  du projet, et Pierre Chombart, responsable du site : «l’idée est de maximiser les capacités de production qu’offre la méthanisation.»
Un méthaniseur véritable pôle de production d’énergies vertes
À Vraignes-en-Vermandois (80), dix-huit agriculteurs se sont associés autour d’une unité de méthanisation bien particulière. En…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde