Aller au contenu principal

«En environnement, les fermes industrielles ne sont pas plus mauvaises»

© Photo : Agra

INTERVIEW

Jean-Louis Peyraud, chercheur à la direction scientifique de l'Inra

La "ferme des 1 000 vaches", symbole de l’industrialisation de l’élevage en France, suscite de nombreux débats à la veille de la fin des quotas laitiers. Entretien avec Jean-Louis Peyraud, chercheur à la direction scientifique de l’Inra et président du Groupement d’intérêt scientifique «Elevage de demain».

La "ferme des 1 000 vaches" est entrée en activité le 13 septembre. En quoi cette ferme est-elle si différente des élevages français ?
Sur la "ferme des 1 000 vaches", il y a plusieurs choses frappantes. La première chose, c’est la taille du troupeau. An Allemagne, il y a beaucoup d’exploitations de 2 000 ou 3 000 vaches. Je ne dis pas que ce sont des modèles à suivre. mais en France, cela reste des modèles marginaux. Et ce n’est pas parce qu’une ferme le fait, que le modèle sera promu.
La seconde chose, c’est l’origine de l’investissement. il vient d’un entrepreneur du BTP : c’est complètement hors-norme en France.

Le projet a-t-il des points positifs ?
On vante souvent le modèle de polyculture-élevage. C’est très intéressant d’avoir des animaux et des cultures sur un même territoire. Et dans un territoire comme la Somme, l’élevage est en train de disparaître. Au départ, ce sont six éleveurs qui avaient chacun une centaine de vaches. Est-ce que ce type de projets n’est pas une façon de maintenir de l’élevage dans certains territoires ? On peut se poser la question.

Economiquement, le projet des 1 000 vaches est-il solide ?
Le promoteur fait tout pour, et avec des investissements forts. Le gros avantage de cette ferme, c’est qu’elle devrait être très réactive aux signaux du marché après 2015, contrairement à certaines fermes familiales. Par exemple, en modifiant la ration des animaux, elle peut considérablement augmenter ou diminuer la production totale de lait car le nombre d’animaux est élevé. De plus, une ferme de cette taille a un poids non négligeable pour négocier les aliments du bétail, mais aussi vis-à-vis de l’industrie pour vendre le lait. Ce sont des points économiques positifs à ne pas négliger.
Après, les économies d’échelle ont des limites. En élevage intensif avec de tels troupeaux, il faut faire de gros investissements dans les bâtiments. La marge réalisée par litre de lait est très faible. Leur objectif est donc de produire en quantité pour être économiquement rentable. Mais il suffit qu’il passe en marge négative, même proche du zéro, et ils ne sont plus rentables. Le moindre écart technique peut coûter cher. Le modèle est risqué.

«Faire de l’environnement» est-il possible dans des élevages de taille industrielle ?
Une ferme comme la "ferme des 1 000 vaches" peut être aussi efficace d’un point de vue environnemental qu’une autre ferme. Tout est contrôlé dans le bâtiment. On peut imaginer qu’il y aura un spécialiste responsable des rations, un spécialiste pour gérer les effluents d’élevage… L’exploitation peut tout-à-fait répondre aux normes de la directive nitrates, voire faire plus. Une exploitation industrielle n’est pas plus mauvaise qu’une exploitation extensive. elle peut même être meilleure car elle rejette très peu. Le méthaniseur permet de rejeter moins de gaz à effet de serre, la maîtrise de l’alimentation permet de limiter les rejets d’ammoniac. Pour les cultures, ils auront les appareils qui permettent d’injecter le lisier directement dans le sol ce qui évite les problèmes d’odeurs et limite les émissions de gaz dans l’air. Mais la pollution des eaux peut arriver autant dans ce type d’exploitation que dans une exploitation extensive.
Pour résumer, les systèmes extensifs arrivent à de bonnes performances environnementales naturellement. Les exploitations intensives peuvent y arriver, mais avec beaucoup d’investissements matériels, de l’ordre de millions d’euros.

Quelle est la principale limite du modèle de la "ferme des 1 000 vaches" ?
Elle est sociétale. Pour les citoyens, les animaux doivent être élevés en extérieur. Développer une ferme comme cela, ça met les vaches dans une position de monogastrique (poulet, porcs) : à l’intérieur toute l’année. Ce type d’élevage n’est pas acceptable pour les citoyens.
Les opposants au modèle industriel expliquent aussi que ce dernier crée moins d’emplois que de nombreuses exploitations petites et moyennes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L214
Une pétition demande la dissolution de L214
Des agriculteurs ont lancé le 13 novembre une pétition en ligne pour dénoncer les agissements de l’association de protection…
Nicolas Mourier, épaulé d’Angélique, apprentie étudiante en agronomie à l’UPJV, poursuit l’amélioration de ses pratiques. Ici, un essai de différents couverts dans du blé.
Nicolas Mourier et l’ACS, de la praticité à la technicité
Ce 24 novembre, le député Leclabart organisait une table ronde sur le thème de l’agriculture régénératrice. Nicolas Mourier,…
Yann Joly espère que le Tribunal de grande instance de Paris reconnaîtra le «trouble anormal de voisinage» causé par  les éoliennes. Il pourrait ainsi réclamer une indemnisation financière des pertes liées à l’arrêt de son élevage laitier. 
Yann Joly devant le TGI : « Je n’ai plus rien à perdre »
Yann Joly, ancien éleveur laitier du Boisle, a vu son troupeau dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013.…
Le méthaniseur de Fabien et Anne-Sophie Niquet assure une complémentarité à leur activité d’élevage laitier. 
Une diversification méthanisation réussie : ils partagent leur expérience
Ces 26 et 27 octobre, Fabien et Anne-Sophie Niquet ouvrent leurs portes aux professionnels de l’agriculture puis au grand public…
Le 24 novembre dernier, Frédéric Morel, responsable de la région Hauts-de-France et Ardennes et Yann Lecointre,  directeur général d’Innoval ont présenté à quelque 130 éleveurs des Hauts-de-France les contours de la nouvelle entité coopérative baptisée Innoval née de la fusion entre Evolution, les entreprises de conseil en élevage BCEL Ouest  et Copavenir et le GDS de Bretagne. La suite de la journée était consacrée à des interventions techniques sur la reproduction animale.
Innoval, la coop de l’ouest qui gagne le nord
Quelque 130 éleveurs de la région ont assisté le 24 novembre dernier à une réunion de présentation des activités et du périmètre…
Cinq robots de traite DairyRobot R9500 sont installés dans deux bâtiments distincts (deux et trois robots), en circuit libre. 
Des robots GEA pour la traite confortable d’un gros troupeau
D’année en année, le Gaec de l’Argilière à Grandcourt (80) n’a cessé d’évoluer. 7 UTH s’y activent désormais, avec une grosse…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde